Content: Home

Les petites bêtes d’Alex Aebi

Ce biologiste neuchâtelois s’amuse à transformer vieilles capsules de café et canettes usagées en de petits bijoux d’insectes. Ou quand création rime avec récupération.

Une maison à deux pas de la gare de Neuchâtel. Dans le jardin, accrochés aux branches des arbres nus, de drôles de bestioles rouillent poétiquement. Ce sont quelques-unes des créations d’Alex Aebi, biologiste sérieux et artiste facétieux qui se plaît à métamorphoser capsules de café et canettes usagées en de délicats criquets, libellules et autres scarabées.

«Tout a commencé lors d’un séjour à Edimbourg durant lequel je me suis amusé à construire des jouets pour mes enfants.» A partir d’objets de récupération, ce papa attentionné a bidouillé de jolis bateaux qui vont sur l’eau et un mini-carrousel qui donnait le tournis à deux coccinelles.

Aujourd’hui, mis à part quelques abat-jour en PET, ce trentenaire ne se consacre plus qu’à la fabrication d’insectes presque plus vrais que nature. «Je m’inspire d’espèces existantes. J’ai un peu de peine à faire des trucs plus délire... Je reste entomologiste dans l’âme.»

C’est une rencontre, avec la galeriste et designer Gema Barrera, qui va le pousser hors de ses retranchements scientifiques. Son travail devient alors davantage artistique. A l’aide de ses pinces et ciseaux, il façonne désormais aussi des tableaux bucoliques mettant en scène le peuple de l’herbe, ainsi que de minuscules coléoptères et diptères montés sur des bagues-bulles.

Mais les œuvres d’Alex Aebi conservent toujours leur caractère ludique et écologique des débuts. Et c’est fondamental pour ce prof qui anime à l’occasion des ateliers bricolage. «J’ai envie de transmettre des notions de développement durable aux générations futures, de leur montrer que les déchets constituent une matière première dont il est possible de tirer parti.»



Une bague de la collection les BubbleBugZzz.

Les bijoux

«Avec Gema Barrera de la galerie Caractère à Neuchâtel, nous avons lancé un projet de bagues: les BubbleBugZzz. Si on m’avait dit qu’un jour je ferais des bijoux, j’aurais bien rigolé!»



Une boîte à outils pour s'évader.

Sa boîte à outils

«C’est ma boîte à évasion pour assouvir mes crises de création. Et mon atelier, c’est juste un petit coin de canapé...»




Alex Aebi est responsbale d'une nouvelle formation de l’Université de Neuchâtel qui fait le lien entre les sciences naturelles et humaines.

Son job

«J’ai le privilège d’être le responsable du Bachelor en biologie et ethnologie, une nouvelle formation de l’Université de Neuchâtel qui fait le lien entre les sciences naturelles et humaines. »



Horismenus butcheri, une guêpe mexicaine découverte par Alex Aebi. (Photo: Guillaume Perret)

Son insecte

«Au Mexique, j’ai découvert un nouvel insecte, une petite guêpe de 2 mm de long que l’on a baptisée Horismenus butcheri. Il s’agit d’un parasitoïde, une sorte d’Alien qui s’attaque aux ravageurs des haricots mexicains.»



Une bédé humoristique, écolo et didactique mais pas trop.

Une bédé

«A Noël, j’ai offert à mes enfants l’album «Vert un jour, vert toujours» qui narre les aventures de Grrreeny, un tigre qui est tombé dans un lac radioactif. C’est humoristique, écolo et didactique mais pas trop!»

 

Publié dans l'édition MM 7
11 février 2013

Texte
  Super   Commentaires  1

 Imprimer  Envoyer

CARTE D’IDENTITE

Alex Aebi

Naissance: 25 septembre 1973 à Genève.
Etat civil: marié, père de trois enfants.
Signe particulier: curieux de nature.
Il aime: «Explorer de nouveaux horizons.»
Il n’aime pas: «Voir des fraises sur les étalages des grands magasins en hiver!»
Rêve: «Etre capable de recycler le temps...»

Sur la Toile

recycleandplay.ch


Rédiger un commentaire


1 Commentaire

Hans Krapf [Invité(e)]

Ecrit le
18 février 2013

  • Vous avez déjà signalé ce commentaire