4 août 2017

L’Amour sans préavis

Imprévisibles, légers et sans attaches, les flirts de vacances sont de délicates bulles qui éclatent au retour. Pour certains, l’aventure se transforme néanmoins en une belle histoire d’amour, à l’image d’Elena et Roberto.

Elena et Roberto se sont mariés et ont aujourd’hui un petit garçon de 4 ans qui s’appelle Dylan.
Elena et Roberto se sont mariés et ont aujourd’hui un petit garçon de 4 ans qui s’appelle Dylan.

Ils n’avaient a priori aucune chance de se rencontrer. Elena est russe et habite Moscou, Roberto est espagnol et vit en Suisse romande, où il est né. C’était compter sans un petit coup de pouce du destin qui les réunit le 3 décembre 2006 à Sharm el-Sheikh, en Egypte, au hasard du bar de leur hôtel. «J’étais parti là-bas avec un ami pendant un mois pour passer mon brevet de plongée, explique Roberto. Je me rappelle encore la première fois que je l’ai aperçue au loin: c’était le soir de son arrivée, à la réception. Alors, quand je l’ai revue avec son amie un peu plus tard dans la soirée, je n’ai pas hésité à aller lui parler.» Une assurance qui est encore aujourd’hui l’une des choses préférées d’Elena chez celui qui est son mari depuis neuf ans.

Il m’a tout de suite beaucoup plu, mais je ne parlais ni le français ni l’anglais, c’était donc difficile de nous comprendre.

Elena

«Heureusement que certains membres du personnel maîtrisaient le russe. On a aussi noirci un nombre incalculable de serviettes en papier avec des petits dessins, ça nous aidait à communiquer. Mais avec tout ça, je pensais honnêtement que je ne le reverrais pas des vacances. Le lendemain même, il est pourtant venu toquer à ma porte.»

Elena et Roberto passeront le reste du séjour ensemble. Au moment des adieux, le Romand est persuadé qu’un lien spécial s’est tissé entre eux. Un son de cloche légèrement différent du côté de la Moscovite. «J’avais 28 ans à l’époque et venais de divorcer. J’étais donc partie pour me changer les idées, pas pour rencontrer quelqu’un. Et surtout, je vivais en Russie et lui en Suisse. Comment est-ce que ça aurait bien pu marcher?»

D’autant plus que c’est avec un tendon d’Achille cassé qu’elle rentre au pays et passe un mois à l’hôpital, plâtrée des orteils à la hanche. «Je n’ai pas tout de suite dit à Roberto ce qu’il m’était arrivé et malgré ça, il m’appelait tous les jours. On s’écrivait aussi beaucoup de messages, que chacun traduisait dans la langue de l’autre grâce à internet. De retour chez moi, j’ai acheté un petit livre pour apprendre le français et lui a fait pareil pour le russe. Avec du recul, je pense sincèrement que s’il n’avait pas été si insistant, je ne serais pas ici aujourd’hui.»

Il la surprend à Moscou

Une persévérance digne d’une comédie romantique, qui mène Roberto à Moscou, un jour glacial de février 2007. «Je lui avais demandé son adresse, non pas pour lui envoyer un cadeau comme elle le pensait, mais pour la surprendre chez elle. Nous étions donc en train de discuter ce soir-là au téléphone l’air de rien, quand j’ai sonné à la porte. Elle a été tellement surprise que sa première réaction a été de me la claquer au nez.»

Quand je l’ai vu face à moi, en jeans et baskets par une température de moins 18 degrés, je n’y ai simplement pas cru.

Elena

«Ça semblait irréel. Son séjour de quatre jours chez moi a tout changé: il fallait que nous puissions être ensemble.»

Par-delà les obstacles

S’ensuit une relation à distance difficile à supporter pour les deux amoureux qui ne peuvent pas se voir aussi souvent qu’ils le voudraient en raison des visas. Au bout d’un an et demi, le couple décide donc de se marier et de rapatrier Elena en Suisse. Outre ces difficultés, ils se heurtent à un mur de méfiance. L’entourage de la jeune Russe craint qu’elle se fasse embarquer dans un trafic d’êtres humains, celui de Roberto redoute la coureuse de dot.

Des inquiétudes rapidement balayées au moment de leur union. Un parcours semé d’embûches pour Roberto et Elena qui ont malgré tout tenu le coup. Ils sont aujourd’hui parents d’un petit Dylan de 4 ans et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Benutzer-Kommentare