Archives
15 avril 2013

Une année favorable pour Migros

Migros se porte bien: le bénéfice et le chiffre d’affaires du distributeur ont progressé l’an dernier. Clients et collaborateurs en profiteront.

Jörg Zulauf, chef du département 
Finances, et Herbert Bolliger, 
président de la Direction générale
Migros (depuis la droite), se sont
montrés satisfaits de l’exercice 2012.
Jörg Zulauf, chef du département 
Finances, et Herbert Bolliger, 
président de la Direction générale
 Migros (depuis la droite), se sont
montrés satisfaits de l’exercice 2012. (photo: Walter Bieri)

C’est un Herbert Bolliger visiblement satisfait qui s’est présenté la semaine passée devant la foule de journalistes venus assister à la conférence de presse annuelle de Migros qui se tenait à Zurich.

Il est vrai qu’à l’heure de présenter le bilan de l’année, le président de la Direction générale de Migros avait toutes les raisons de sourire. En 2012, le chiffre d’affaires du groupe Migros a progressé à 25 milliards de francs (+0,6% par rapport à l’exercice précédent). «Nous avons obtenu un résultat réjouissant malgré des baisses de prix très importantes, un tourisme d’achat toujours aussi fort et un recul du chiffre d’affaires dans le domaine des voyages», a relevé Herbert Bolliger.

Le bénéfice du groupe Migros attire particulièrement l’attention: en hausse de près de 10% à 724 millions de francs, il correspond à 2,9% du chiffre d’affaires.

Comme Migros, en tant que coopérative, n’a pas à verser de dividendes à des actionnaires à la différence d’une société anonyme, son bénéfice alimentera ses fonds propres.

Mais que va donc faire le distributeur de cet argent? «Nous l’utiliserons pour financer nos investissements dans les magasins, nos produits et nos entreprises», a expliqué Jörg Zulauf, chef du département Finances et membre de la Direction générale.

Ces cinq dernières années, Migros a consenti plus de 7 milliards de francs d’investissements, ce qui en fait un pilier important de l’économie suisse. Cet argent, elle peut le réunir elle-même grâce à son solide capital, sans avoir à l’emprunter à des tiers, par exemple à des banques. «Cela nous rend plus autonomes et nous apporte stabilité et sécurité, a insisté Jörg Zulauf. La bonne santé des finances de Migros, ce sont nos collaborateurs et nos clients qui en profitent.»

Le prix de plus de 2000 articles a baissé l’an dernier

En 2012, le commerce de détail de Migros a connu une croissance de 1,3%. Ce secteur-clé englobe le chiffre d’affaires des coopératives régionales ainsi que celui de filiales telles que Globus, Interio ou Migrolino. Sa progression est à mettre plus particulièrement au crédit de Denner (+1,7%), de Migrol (+6,5%), du groupe Office World (+2,6%) ainsi que du groupe Gries Deco (+25,4%).

Le chiffre d’affaires des coopératives régionales Migros connaît, lui, à nouveau un léger recul. Cela s’explique avant tout par deux raisons: le tourisme d’achat frontalier toujours aussi soutenu et les baisses de prix que Migros a continué à opérer cette année.

«L’an dernier, nous avons baissé le prix de plus de 2000 articles et investi 204 millions de francs à cet effet, a précisé Herbert Bolliger. De la sorte, nous avons globalement réduit nos prix de plus de 9% depuis 2009, ce qui représente plus de 1,5 milliard de francs.»

C’est considérablement plus que les autres acteurs du commerce de détail suisse, lesquels ont baissé leurs prix d’à peine 4% durant la même période.

Perspectives positives pour l’année en cours

Malgré leurs prix à la baisse, les produits Migros sont restés au même niveau de qualité. Mieux: un nombre croissant d’entre eux portent un label prouvant qu’ils ont été élaborés selon des critères écologiques et/ou socialement responsables. Le chiffre d’affaires de ces produits certifiés a augmenté de 14,3%. Le label Bio s’est mis particulièrement en évidence avec un résultat qui a bondi de 40 millions de francs.

En enrichissant son assortiment de produits Bio, Migros est en train de tenir l’une des promesses faites à la génération de demain, la Génération M. Le programme du développement durable du distributeur a été lancé voici un an et compte depuis quarante-trois promesses faites aux enfants et adolescents de notre pays. Deux fois par année, Migros rend compte des progrès réalisés en mettant l’accent non seulement sur ses succès, mais également sur les objectifs manqués.

Pour ce qui est du prochain exercice, Herbert Bolliger prévoit une croissance du chiffre d’affaires de 4 à 5%, notamment due à la reprise de la chaîne allemande de supermarchés Tegut par Migros Zurich.

Auteur: Andreas Dürrenberger