Archives
26 août 2013

Aux CFF, la ponctualité c'est tout un métier

Chantal Bessire, cheffe de la circulation des trains, gère le trafic des 700 convois et 100 000 voyageurs quotidiens à Lausanne, le plus grand nœud ferroviaire de Suisse romande.

Vue sur la gare de Lausanne depuis la tour de contrôle.
Vue sur la gare de Lausanne depuis la tour de contrôle.

De l’intérieur comme de l’extérieur, la tour de contrôle de la gare de Lausanne fait penser à celle d’un aéroport. Le travail de ses occupants, derrière d’immenses tableaux lumineux et de nombreux écrans d’ordinateurs, y ressemble aussi.

Portrait de Chantal Bessire.
Chantal Bessire

«Nous gérons le trafic de la gare de Lausanne jusqu’aux stations de Vevey et Morges non comprises, explique Chantal Bessire, cheffe circulation des trains. Sous la direction du responsable de la gare de Lausanne, deux agents s’occupent des aiguillages. Un autre collaborateur est au poste de la télécommande et gère donc à distance la circulation des convois sur tout le secteur, une cinquième personne est responsable des annonces aux voyageurs sur les quais et finalement un sixième employé est responsable des tâches administratives.»

La jeune femme est formée pour réussir à gérer tous ces postes. Depuis son bureau au milieu de la salle de contrôle, telle une cheffe d’orchestre, elle garde un œil sur tous les membres de son équipe et s’assure de la ponctualité de tous les convois. «Ce que j’apprécie dans ce métier, c’est sa diversité. Chaque jour, des imprévus surviennent… et il faut y trouver des solutions dans les quelques secondes qui suivent!»

04 h 00: prise de service

Il fait encore nuit dehors, mais Chantal Bessire arrive déjà à son poste de travail. «Je travaille beaucoup avec le «mouvement journalier». Ce document, qui répertorie tous les trafics des trains voyageurs et marchandises qui traverseront aujourd’hui son secteur, est un peu comme sa «bible» qui reprend toutes les spécialités du jour.

Chantal Bessire tient un plan de travail dans les mains.
Prise du service

06 h 00: complications

Déjà le premier gros imprévu de la journée: «accident de personne en gare de Montreux». «Les trains régionaux ne peuvent circuler que jusqu’à Vevey. Pour le tronçon en dérangement, le trafic régional sera effectué par des bus. Et surtout il faut informer les voyageurs.

Chantal Bessire au téléphone.
Complications

06 h 30: pour tenir le coup

Pas facile de gérer le stress et les horaires irréguliers au quotidien. Si Chantal Bessire ne boit jamais de café, elle amène en revanche chaque jour son thermos de thé.

Un thermos de thé.
Pour tenir le coup

07 h 00: pause en solitaire

La cheffe d’équipe prend la plupart de ses pauses du matin et du soir dans le petit local, aménagé à l’arrière de la tour de contrôle. «Une seule personne à la fois peut s’absenter de son poste. Mais on se rattrape parfois en mangeant tous ensemble à l’extérieur à la fin de notre service.»

Chantal Bessire lit souriante le journal.
Pause en solitaire

08 h 15: heures de pointe

«Depuis Rail 2000, tous les InterCity s’arrêtent en gare de Lausanne aux alentours des ’15 et ’45 et les trains régionaux environ 5 à 10 minutes plus tard. En dehors de ces moments, c’est plus calme! On profite alors de faire passer les convois de marchandises ou du service des travaux.

Vue sur la gare depuis la tour.
Heure de pointe

09h 16: formatrice

Nouveau venu au sein de la petite équipe, Kevin Guidetti est formé au poste de «télécommande» qui permet de gérer le trafic des trains sur tout le secteur. La cheffe d’équipe garde un œil attentif sur son travail et lui fournit quelques conseils de stratégie.

Chantal Bessire en train de former un collaborateur aux écrans.
Formation

09 h 43: principal outil de travail

«Malgré les avancées technologiques, cela reste notre outil de travail principal!» La cheffe de circulation jette toujours un coup d’œil sur l’horloge de son bureau ainsi qu’à travers les grandes baies vitrées pour connaître précisément les entrées et sorties des trains en gare.

Horloge au design CFF
Principal outil de travail

11 h 30: retour… en voiture!

La journée de travail est terminée pour Chantal Bessire, qui peut retourner chez elle à Vevey. «Lorsque mes horaires me le permettent, je viens à Lausanne en transports publics. Quand je commence mon service la nuit, j’opte alors pour le covoiturage avec d’autres collègues.»

Chantal Bessire en train de monter dans sa voiture.
Retour en voiture

Auteur: Alexandre Willemin

Photographe: Michal Florence Schorro