Archives
10 mars 2014

Hotelplan baisse ses prix

Thomas Stirnimann, CEO du groupe Hotelplan qui a récemment présenté les résultats de l’exercice écoulé, évoque le futur de la branche du voyage.

Thomas Stirnimann
Thomas Stirnimann, CEO du groupe Hotelplan. (Photo: Philipp Rohner).

Actuellement, ce sont les pays frontaliers de la Suisse, mais aussi l’Espagne, qui attirent la majorité de nos concitoyens, comme le montre l'infographie ci-jointe. A l’avenir, où ces derniers partiront-ils en voyage?

Compte tenu de la vitesse à laquelle les tendances évoluent, il est difficile de faire des pronostics précis. Nous pouvons cependant prédire un retour en force de la Grèce (actuellement la neuvième destination préférée des Suisses, ndlr.) dans un avenir proche: pendant la crise, celle-ci a pris le bon chemin en investissant dans les installations hôtelières et dans les services. Sans compter qu’elle est attrayante en termes de prix. Les Maldives pourraient aussi voir leur cote grimper du fait de la forte demande des Chinois, des Russes et des Indiens.

Cet hiver, Hotelplan a enregistré de nombreuses réservations pour les Canaries, la Thaïlande, les Maldives, l’île Maurice et Cuba. Pour quelle raison?

L’Egypte est l’une de nos destinations-phares. Du coup, lorsqu’il n’est plus possible de s’y rendre, comme c’est le cas actuellement pour Sharm-el-Sheikh, les vacanciers recherchent des alternatives. Dont les destinations que vous avez citées.

Les clients sont en quête d’offres toujours plus avantageuses. Comment leur donnez-vous satisfaction?

En leur assurant une transparence totale et un vaste éventail de possibilités.

Aucun de nos concurrents ne propose autant de vols et de combinaisons qu’Hotelplan. Nos clients peuvent effectuer leur trajet aller à bord d’un appareil d’Air Berlin et rentrer avec EasyJet ou avec la compagnie charter tchèque Travel Service Airlines.

Chaque année, on entend dire que les prix des vacances ne peuvent plus baisser. Pourtant, Hotelplan vend aujourd’hui des vols aller simple avec Travel Service Airlines à partir de 89 francs, soit avec des rabais allant jusqu’à 50%. Comment est-ce possible?

Nous avons orienté notre système sur celui des compagnies aériennes: nous misons sur un équilibre global. Le prix n’est pas valable pour toutes les places ni pour toutes les dates. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un simple produit d’appel puisque, en moyenne, nous vendons environ 20% de nos billets à ce tarif. En s’y prenant à l’avance et en réservant via nos agences de voyages ou par internet, les clients peuvent en bénéficier. Nous proposons ces vols depuis déjà trois mois. Lors du lancement de l’offre, le prix le plus bas était même de 79 francs. Certains clients ont vraiment fait une bonne affaire!

Quand devons-nous nous attendre à une hausse des prix des voyages?

Si seulement je le savais! Cela dépend essentiellement des taux de change avec l’euro et le dollar. Si ces deux devises s’apprécient, les vacances deviendront plus chères…

L’ère des séjours à bas coût est donc terminée?

Qui sait? Le dollar pourrait aussi chuter à 50 cents par rapport au franc. Il est très difficile de faire des projections sur l’évolution des prix. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui nous pouvons acheter des prestations hôtelières à des conditions très avantageuses.

Et depuis que l’euro est si bon marché, il n’y a plus de différences de prix avec l’Allemagne. Au cours des quatre dernières années, nous avons profité d’une érosion des prix d’environ 30%.

Au cours de l’exercice 2012/2013, le chiffre d’affaires et le bénéfice de l’activité suisse d’Hotelplan ont reculé malgré la bonne santé de l’économie helvétique. Que se passera-t-il si la conjoncture se dégrade?

Une telle évolution serait progressive, ce qui nous laisserait le temps de nous préparer. Nous avons été confrontés à une situation bien plus difficile lorsque Hello Airlines, notre principal transporteur à l’époque, a déposé le bilan en l’espace de 24 heures. Nous avons en effet essuyé des pertes de plusieurs millions de francs (lire encadré).

Dans un communiqué, vous avez indiqué vouloir renforcer le recentrage sur Hotelplan. Du nouveau pour les consommateurs?

Hotelplan Suisse, notre marque phare, est en effet au cœur de nos préoccupations. Nous avons investi beaucoup d’argent dans la rénovation de notre réseau d’agences et dans la production de nouveaux catalogues. C’est aussi elle qui a profité la première de notre nouvelle technologie web. C’est maintenant au tour des marques Vacances Migros et Globus Voyages de se voir offrir un lifting. Tous ces changements seront communiqués cet été, lorsque nous présenterons notre programme hivernal.

Et vous-même, en tant que particulier, dans quelle mesure contribuez-vous à la hausse du chiffre d’affaires d’Hotelplan?

Je pars en vacances deux fois par an avec ma famille. Au printemps, nous choisirons une destination au soleil mais je ne sais pas encore où. Et pour cet été, nous avons déjà réservé un séjour à Mykonos. J’ai hâte d’y être: j’adore la Grèce!

© Migros Magazine – Reto Wild

Auteur: Reto E. Wild