Archives
16 juin 2014

Migros forme la relève

Bernard Fest, formateur professionnel en polydesign 3D à Migros Bâle, a déjà accompagné près de trente apprentis dans leur cursus.

Bernard Fest et Melanie Hebeisen
Une équipe intergénérationnelle bien rodée: Bernard Fest enseigne l’art du métier de polydesigner 3D à Melanie Hebeisen (Photo: Christian Flierl).

Le fief de Bernard Fest est situé au cœur du labyrinthe de la centrale Migros Bâle à Münchenstein (BL). Son atelier est envahi par les éléments de construction, de bricolage et de décoration.

Agé de 53 ans, ce responsable du département Décoration de Migros Bâle aide les succursales de la coopérative à aménager leurs magasins et leurs vitrines de manière à flatter l’œil des clients: convivialité, enthousiasme et inventivité sont les maîtres mots de son équipe. Avec quatre de ses collaborateurs, Bernard Fest forme actuellement quatre apprentis au métier de polydesigner 3D – autrefois appelé décorateur.

Le changement de dénomination témoigne des mutations que la profession a récemment subies: «De la création à la réalisation en passant par le styling, notre travail a profondément changé depuis quinze ans», explique Bernard Fest. L’ordinateur a gagné en importance. Internet a globalisé l’approche de la conception et de la décoration en rendant possibles les comparaisons. «Il nous faut désormais résister à l’uniformisation», note le responsable.

La passion pour la formation est quant à elle restée intacte chez notre spécialiste, qui s’épanouit pleinement dans la transmission de connaissances essentielles pour l’avenir des apprentis. La collaboration avec ces derniers est pour lui une source de fierté et un moyen de garder l’esprit jeune. Vingt-huit personnes ont déjà bénéficié de sa grande expérience.

Une formation concrète garante de succès

Aujourd’hui, c’est au tour de Melanie Hebeisen, 22 ans, d’être prise sous l’aile de Bernard Fest. Titulaire d’une maturité spécialisée, la jeune femme en est à sa deuxième année de formation – le cursus en compte quatre. Même si elle aurait pu s’inscrire dans une haute école spécialisée, elle a opté pour un enseignement de type professionnel: «Je suis convaincue qu’un bagage pratique m’offrira à l’avenir de meilleures opportunités qu’un diplôme HES.»

L’enseignement joue un rôle primordial pour les apprentis comme pour Migros, qui accorde à la formation professionnelle une place centrale, confirme Diana Furler, responsable Formation professionnelle de la coopérative Migros Bâle. «Nous formons la relève à tous les niveaux de l’entreprise, y compris les plus élevés. Par ailleurs, nous respectons notre engagement social en matière d’égalité des chances.» Dans ce domaine, les formateurs professionnels occupent une place essentielle, souligne Diana Furler. Ils sont en effet les premiers interlocuteurs des jeunes et en même temps leur modèle.

© Migros Magazine – Beat Matter