Archives
21 mai 2012

A chaque plante son effet

Après l’homéopathie et les Fleurs de Bach, place à la gemmothérapie. Cette médecine naturelle fait appel aux pouvoirs thérapeutiques des jeunes pousses des plantes.

Dessin de plantes glissées dans des flacons
Aujourd’hui encore marginale, la gemmothérapie commence toutefois à se faire une place dans notre pays.

Avez-vous déjà suçoté des bonbons à base de bourgeon de sapin pour soulager votre toux? Eh bien, sans forcément le savoir, vous avez eu recours à la gemmothérapie, cette branche de la phytothérapie – l’utilisation médicinale des végétaux – qui emploie exclusivement les jeunes pousses des plantes. Le principe sous-jacent? A l’état embryonnaire, le bourgeon porterait en lui tout le potentiel de développement de l’arbre en devenir.

Les bourgeons ont un effet drainant.

«Un véritable concentré thérapeutique, confirme Terry Garrone, droguiste à Vevey. Il rassemble les propriétés des diverses composantes de la plante, comme les fruits, les racines ou les feuilles.» Ainsi, le bourgeon de tilleul combinerait les vertus calmantes et sédatives liées à la fleur et celles diurétiques et dépuratives de l’aubier (n.d.l.r.: la partie blanchâtre qui se forme chaque année entre le bois dur et l’écorce de l’arbre et où circule la sève), nous explique Philippe Andrianne dans son Traité de gemmothérapie. La thérapeutique par les bourgeons (Ed. Amyris).

Née dans les années 1960 en Belgique

Petit cours d’histoire: c’est dans les années 1960 que le Dr belge Pol Henry décide de se lancer dans une étude systématique des bourgeons et des jeunes pousses. Il trouve le moyen d’en extraire la quintessence en les laissant macérer dans un mélange d’eau, de glycérine et d’alcool, créant ainsi une nouvelle méthode thérapeutique qu’il baptise phytembryothérapie, en allusion à l’état embryonnaire des plantes utilisées. Le terme de gemmothérapie ne naîtra que quelques années plus tard, sous la plume de l’homéopathe français Max Tétau. Une référence cette fois-ci au latin gemmae qui signifie à la fois bourgeon et... pierre précieuse, qu’elle soit d’origine minérale ou organique, comme l’ambre. De véritables trésors dans nos forêts et jardins! Aujourd’hui encore marginale, la gemmothérapie commence toutefois à se faire une place dans notre pays. «Même si ses effets n’ont pas encore été prouvés scientifiquement, elle fait partie intégrante de la formation de droguiste, relève Terry Garrone. D’ailleurs, en Suisse, elle est remboursée par certaines assurances.»

Riches en oligoéléments, en minéraux et en vitamines

Quel genre de maux soigne-t-elle? «D’une manière générale, les bourgeons ont un effet drainant et détoxiquant, explique encore le droguiste veveysan. Ils contiennent par ailleurs davantage d’oligoéléments, de minéraux et de vitamines que la plante. Plus spécifiquement, on emploie par exemple le cassis dans les cas d’allergie, notamment au pollen, ou le genévrier comme coupe-faim.» Et d’ajouter que les macérats glycérinés – le liquide obtenu par la macération des bourgeons – peuvent également être combinés. «Ainsi, un mélange de frêne, de bouleau et de genévrier aura un effet amaigrissant.»

A ce jour, aucun effet secondaire n’a été constaté. «Et les résultats sont très satisfaisants, assure Terry Garrone. Mais la pratique est encore méconnue. C’est nous, bien souvent, qui la recommandons aux clients. Après, c’est une histoire de bouche à oreille...»

Les bourgeons, sources de santé

Le cèdre du Liban agit particulièrement dans les cas d’eczémas secs, les dermatites et les urticaire chroniques. (Photo: Keystone)
Le cèdre du Liban agit particulièrement dans les cas d’eczémas secs, les dermatites et les urticaire chroniques. (Photo: Keystone)
  • Le cèdre du Liban est utilisé comme remède draineur du système cutané et entre d’ailleurs dans bon nombre de préparations cosmétiques. Il agit particulièrement dans les cas d’eczémas secs, les dermatites et les urticaire chroniques.Arbre sacré des mythologies orientales, il est le symbole de l’immortalité. Sa résine entre d’ailleurs dans la composition du baume de momification.
L'églantier est particulièrement recommandé chez l'enfant. (Photo: istockphoto)
L'églantier est particulièrement recommandé chez l'enfant. (Photo: istockphoto)
  • Le rosier sauvage est l’un des principaux remèdes de la sphère ORL, utilisé pour traiter les affections telles que rhinite, amygdalite, otite, trachéo- bronchite, rhinopharyngite. Particulièrement recommandé chez l’enfant.Au XIIe siècle déjà, sainte Hildegarde de Bingen écrivait de cette plante: «Celui qui souffre du poumon pilera de l’églantier avec ses feuilles et y ajoutera du miel cru... et obtiendra une boisson qu’il prendra souvent: il enlèvera ainsi la pourriture de ses poumons et leur rendra la santé...»
Le tilleul est un tranquillisant végétal. (Photo: istockphoto)
Le tilleul est un tranquillisant végétal. (Photo: istockphoto)
  • Le bourgeon de tilleul est utilisé en cas d’insomnie ou de peurs, spécialement chez les enfants. Véritable tranquillisant végétal, il intervient dans les troubles mineurs du sommeil, puis­qu’il en favorise et en augmente la durée.Le bain aux fleurs de tilleul est également réputé pour soigner la fatigue nerveuse, l’insomnie et l’anxiété. Il ferait des merveilles auprès des enfants irritables ou hyperactifs.
L'airelle agit contre le vieillissement prématuré. (Photo: Keystone)
L'airelle agit contre le vieillissement prématuré. (Photo: Keystone)
  • L’airelle est une plante à orientation principalement féminine, qui agit contre le vieillissement prématuré. Remède polyvalent, elle est notamment recommandée lors de la ménopause, comme antispasmodique ou pour lutter contre les bouffées de chaleur.L’airelle est aussi appelée vigne du Mont Ida, une chaîne de montagnes turque considérée comme sacrée par de nombreuses mythologies. Elle est notamment le sanctuaire de Cybèle, la Mère des dieux de l’Antiquité.
L'aubépine est la plante du coeur. (Photo: istockphoto)
L'aubépine est la plante du coeur. (Photo: istockphoto)
  • L’aubépine est la plante du cœur par excellence. Son bourgeon possède à la fois les propriétés de la fleur (régulation du rythme cardiaque et de la tension) et du fruit (renforcement du muscle cardiaque).Plante associée à la virginité, on dit de l’aubépine qu’elle n’est jamais frappée par la foudre (d’aucuns y voient une analogie avec son action équilibrante électrique du cœur). Les cannes en bois d’aubépine sont par ailleurs réputées pour agir contre la fatigue.

Auteur: Tania Araman

Photographe: Oreste Vinciguerra