Archives
20 avril 2017

A l’assaut du bois des Brigands

Au cœur de la forêt de Commounaille, près de Thierrens (VD), trois sentiers didactiques riches en surprises attendent flâneurs et aventuriers.

Le panorama sur le Plateau et les Préalpes depuis le donjon, haut de 16 mètres.
Le panorama sur le Plateau et les Préalpes depuis le donjon, haut de 16 mètres.

Connaissez-vous les règles à suivre pour être un bon brigand? Il faut cheminer en silence, à pas feutrés, les yeux grands ouverts, les oreilles en alerte et le nez en l’air – tout en respectant la nature et en aimant la forêt. Si vous êtes prêts à le faire, alors bienvenue au bois des Brigands! Dans cet endroit exceptionnel, situé juste à côté de Thierrens (VD), serpentent et se rejoignent trois sentiers thématiques, qui dessinent ainsi les trois parties d’une feuille de pain de coucou. Chacun possède sa spécificité et ses nombreuses surprises.

Sur le sentier «Goupil et Fripouille», le guide Marcel Vulliens se glisse dans la peau d’un brigand...
...et ouvre un coffre en bois renfermant les trésors de la forêt.

Dans la peau d’une fourmi

Depuis le parking, on commence par avancer tout droit jusqu’au refuge. Devant, de longs et majestueux bancs et tables en bois accueillent les pique-­niqueurs et les aventuriers fatigués. Les différents sentiers rayonnent à partir de cette clairière, séducteurs et bien balisés. Si l’on entame la découverte à droite, juste avant le refuge, on entre dans l’univers des arbres et des fourmis. A chaque pas, des activités originales offrent aux promeneurs la possibilité de se mettre à la place de ces dernières, et de réfléchir aux difficultés que doivent affronter les fourmis dans un monde de géants. Ainsi, couchez-vous simplement dans les copeaux et admirez les arbres qui bruissent, si haut au-dessus de vous: ne vous sentez-vous pas minuscule, vous aussi?

En partant sur le sentier légèrement à gauche, plusieurs découvertes vous attendent: tout d’abord, un gros cube de bois représentant l’accroissement horaire de la forêt de Commounaille – 25 hectares – durant un an. «Chaque heure, on peut mettre un cube comme ça dans la cheminée!»souligne Marcel Vulliens, président de l’Association du bois des Brigands, qui a accepté de nous servir de guide. Juste à côté, un jeu permet de calculer la hauteur d’un arbre tandis que quelques pas plus loin, on découvre un étonnant espace où se côtoient colonnes de bois hiératiques à têtes de loups et trône de bois. Plus loin: un jardin botanique créé avec soin par une classe de Thierrens, où croissent plantes à insectes, aromatiques, médicinales et «magiques». Le chemin mène ensuite aux jeux du second thème, «Goupil et Fripouille».

Ce sentier permet aux promeneurs de réfléchir aux difficultés rencontrées par les fourmis dans un monde de géants.

Au royaume de la géologie

Pour notre part, nous avons décidé d’arpenter plus en détail «le sentier du Donjon». On se dirige donc sur la gauche, juste avant les tables de pique-nique, pour découvrir le premier d’une série de dix-neuf panneaux didactiques présentant la géologie et la minéralogie de la région.

Passé ce portail, tu entres dans le monde de la géologie. Si tu fais un pas de plus, prépare-toi à quitter le présent afin de remonter le temps et visiter les époques passées»,

nous avertit-il. Sur un ton ludique, les différents panneaux abordent une thématique qui pourrait sembler austère de manière passionnante et imagée. On apprend ainsi, par exemple, que si on comparait l’âge de la Terre à celui d’un humain et que la Terre avait 80 ans, notre vie humaine représenterait alors moins d’une minute. Plus loin, on lit que la Terre, Mars, Vénus et Mercure sont des planètes formées de roches et de métaux, mais que Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont formées de gaz et de glace. Et qu’il y a 20 000 ans, Thierrens était recouvert d’une couche de glace de plus de 500 mètres… «Tous les panneaux ont été créés par Baptiste Grivel, un étudiant de l’Université de Lausanne qui les a utilisés comme base pour son travail de mémoire, explique Marcel Vulliens. J’ai assisté à sa soutenance de fin d’études, et tout était si bien expliqué que la seule question des experts a été: «Mais d’où vous est venue cette idée?»

Le donjon a été construit avec du bois de sapin, d’épicéa et de cèdre du Liban.

Un lieu qui évolue

Juste avant la fin du parcours se dresse celui qui a prêté son nom au sentier: le fameux donjon. Haut de 16 mètres, il offre un panorama privilégié sur le Plateau et les Préalpes – on voit même le Mont-Blanc, quand il fait clair et en se mettant tout à gauche de la plateforme – à ceux qui gravissent ses soixante marches.

Il a été construit avec vingt sapins douglas, ainsi que quarante épicéas coupés dans les forêts de Thierrens et Saint-Cierges, souligne Marcel Vulliens. Quant au toit, il est composé de tavillons en cèdre du Liban, un bois imputrescible.»

On arrive au bout du sentier, pour retourner à gauche direction refuge. Devant nous, un gros rocher, que les travailleurs ont découvert lorsqu’ils ont creusé pour fixer les piliers du donjon. «On a aussi de l’argile cuite, des galets et différentes roches de la région qui attendent dans une caisse. Il faut encore qu’on les incruste dans un bloc, pour que les enfants puissent les découvrir et les toucher», remar­que Marcel Vulliens. Ainsi, au fil des saisons et des idées, l’endroit évolue et s’enrichit. Prochain projet: un mini-arboretum, planté en collaboration avec le Jardin botanique de Lausanne et qui sera inauguré le 3 juin prochain. Il est aussi prévu qu’il y ait quelques personnages étranges qui arpentent les bois, ces prochains mois. Pas des brigands, non! Mais des passionnés venus participer à des jeux de rôle.

Le site: http://www.brigands.ch

Le bois des Brigands comprend trois sentiers thématiques qui réservent leur lot de surprises.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Pierre-Yves Massot