Archives
27 août 2012

A l’aventure... sur les routes suisses!

Après «Pékin Express», place à «Schweiz Express»! Du 31 août au 2 septembre, une vingtaine de candidats – dont Mister Suisse romande ainsi qu’un duo de joyeux lurons fribourgeois – prendront part à cette version helvète du célèbre jeu télévisé.

les deux candidats, en habits traditionnels suisses, sous un arbre avec un plan dans les mains
Les deux candidats fribourgeois 
Philippe Vorlet et Bob Corpataux 
ont l’intention de 
placer leur aventure sous le signe 
de la rigolade.

Point de départ: Monthey (VS). Destination: encore inconnue – mais vraisemblablement à l’autre bout du pays. Entre les deux: des centaines de kilomètres à parcourir, en stop notamment, des épreuves à surmonter, des adversaires prêts à tout pour arriver les premiers... Si, si: Pékin Express à la sauce suisse, ça existe bel et bien, et le 31 août, ils seront une vingtaine – dont une guest star: Raphaël Millius, alias Mister Suisse romande (voir plus bas) – à se lancer dans l’aventure.

Des épreuves pour souder les équipes avant tout

Certes, dans une version légèrement édulcorée de l’émission culte de M6, puisque l’expédition Schweiz Express – qui connaîtra là sa deuxième édition – ne durera que trois jours et qu’aucune traversée de désert ni saut en parachute n’est inscrit au menu. «Notre but n’est pas de soumettre nos candidats à des conditions extrêmes, souligne le Valaisan Corentin Aymon, initiateur du projet avec sa compagne Laurianne Torrenté. Nous voulions que notre jeu soit accessible à tous, que les participants ne se sentent pas limités par leur condition physique. Bien sûr, il y aura quelques épreuves, mais ce sera surtout pour souder les équipes. Notre credo à nous, c’est avant tout l’aventure au sens du voyage, de la découverte...»

Et pour eux, il n’est pas forcément nécessaire de courir à l’autre bout du monde pour se sentir une âme de globe-trotter. «Il existe tellement d’endroits fantastiques chez nous, à seulement quelques heures de route. Schweiz Express, c’est cela aussi: permettre aux participants d’explorer des régions méconnues de Suisse.»

Voilà bien ce dont se réjouissent les candidats fribourgeois Philippe Vorlet et Bob Corpataux: s’offrir une belle balade, voir du pays. «Bien sûr, on est aussi là pour gagner», ajoutent-ils, non sans humour. Si le côté compétition compte à leurs yeux – ne serait-ce que pour montrer aux nombreux participants valaisans ce que Fribourg a dans le ventre! – pas de doute, leur aventure sera avant tout placée sous le signe de la rigolade. Rebaptisés pour l’occasion DJ Käfer & MC Mulaff (soit, en bolze fribourgeois, cafard et gueule de singe...), ces deux joyeux lurons se connaissent depuis près de sept ans et jouissent d’une belle complicité qui leur sera sûrement utile sur le terrain.

Des appréhensions justement, quant à cette prochaine expédition? «Pas vraiment, reconnaissent-ils. Le fait que ça se déroule dans notre pays, ça a quand même un petit côté rassurant. Par contre, le défi, ce sera de trouver quelqu’un qui accepte de nous loger pour la nuit. Ce n’est pas vraiment dans la culture suisse, nos compatriotes sont plutôt frileux...» Le cas échéant, ils ne verraient aucun inconvénient à dormir en forêt. Les voyages sac au dos, ça les connaît, même s’ils ne sont encore jamais partis ensemble. «Notre but, c’est de vivre l’aventure de la manière la plus spontanée possible!»

Treize équipes en lice

Quant aux autres équipes, elles sont composées en majorité de femmes, et l’âge des participants oscille entre 22 et 45 ans. «En 2011, pour la première édition, nous ne comptions que huit binômes, explique Corentin Aymon. Cet été, il y en a treize et nous espérons bien monter jusqu’à vingt l’an prochain!» Pas question en effet de s’arrêter en si bon chemin.

A quand une diffusion sur la RTS?

Bien sûr, on est encore loin des milliers de téléspectateurs de Pékin Express: pour l’heure, outre une légère couverture médiatique, l’aventure helvète n’est diffusée que sur le Net, à coup de vidéos et de photos prises notamment par les candidats. «Cette année, nous allons tourner un film, mêlant interviews et suivi des équipes. Nous espérons ensuite le présenter à des festivals dans la catégorie voyage/aventure.» Avant d’être un jour, qui sait, inscrit à la grille des programmes de la RTS?

Un participant de choix

Sur la ligne de départ le vendredi 31 août: Raphaël Millius, alias Mister Suisse romande 2011
Sur la ligne de départ le vendredi 31 août: Raphaël Millius, alias Mister Suisse romande 2011

Qu’est-ce qui vous pousse à prendre part à ce jeu?

J’envisageais déjà de m’inscrire l’an dernier, mais avec l’élection de Mister Suisse romande, je manquais de temps. Je saisis donc ma chance cette année, en espérant que ma participation offre une meilleure visibilité à ce projet que je trouve très sympa. Et je compte bien montrer une autre facette de ma personnalité, plus aventurière et téméraire, à contre-courant des clichés associés au titre de Mister...

Vous êtes donc un aventurier dans l’âme?

Non, je n’irai pas jusque-là! J’ai le goût de l’inconnu, du challenge, mais je suis loin d’être un Indiana Jones... Cela dit, j’aime voyager. Mais je me déplace rarement sac au dos – si ce n’est pour un voyage de quatre mois en Australie – et j’ai tendance à choisir des destinations balnéaires.

Des inquiétudes?

Seulement à l’idée de me tromper de route, de devoir attendre des heures qu’un automobiliste veuille bien nous prendre en stop, de voir les secondes s’égrener, de perdre patience.

De quoi vous réjouissez-vous le plus?

D’explorer mon pays! J’adore la Suisse et je m’émerveille régulièrement de ses paysages. Et puis, j’ai hâte de partager des bons moments avec les autres participants.

Et comment vous préparez-vous?

Je ne me prépare pas vraiment, je fais confiance à ma condition physique. Je vais me débrouiller pour relever ce défi avec dignité!

Auteur: Tania Araman

Photographe: Pierre-Yves Massot / Arkive