Archives
26 janvier 2015

A la conquête de l’Ouest

Curieux de l’espace et des gens, Nicolas Noël tient un blog original de ses balades dans l’Ouest lausannois. Un territoire en rapide mutation.

Nicolas Noël et son chien Nestor se reposent sur un tronc d'arbre mort
Nestor accompagne souvent Nicolas Noël dans ses balades dans l'Ouest lausannois.

Il se définit lui-même comme un spécialiste de la lenteur, seule allure qui permet de vraiment voir le monde. C’est donc à pied qu’il va et parcourt. Pas les lointains espaces, non, juste ceux d’à côté. Oui, Nicolas Noël est un arpenteur de la proximité, en l’occurrence l’Ouest lausannois, où il vit depuis 1996.

Enseignant-géographe, il a pris un congé sabbatique de six mois, histoire de mener à bien son projet original: tenir un blog sur ses déambulations en zig-zag ou sur le fil des huit communes de cette région. «J’avais envie de parler autrement des quartiers de l’Ouest, qui souffre encore d’une image négative. On n’y voit que des barres d’immeubles et des routes. Certains clichés ne sont pas faux, mais la réalité de l’Ouest va au-delà de ça:

Ici, c’est bourré d’humanité.»

Il potasse, lit, archive. Et surtout va sur les chemins à la rencontre des gens, de leur mémoire. Il en sort des instantanés en images et en sons, qu’il épingle sur son blog. Une interview de cheminot centenaire, un chant d’oiseau, le murmure du monde qui change. Une façon de raconter les lieux, pour garder les traces de l’histoire urbaine.

Il y a de l’engagement citoyen derrière cette démarche.

Les décideurs, politiciens et urbanistes, ne se rendent pas toujours compte de l’importance de certains quartiers et de leur rôle social.»

Mais que l’on ne s’y trompe pas: Nicolas Noël n’a rien d’un ennuyeux passéiste. Il est surtout curieux et attentif à l’évolution. «Une ville peut et doit grandir, mais en restant humaine, sans perdre ses espaces verts et ses vrais bistrots. Je voudrais que l’on n’oublie pas la mémoire.

Nier la page industrielle et ouvrière de Renens serait insulter les gens qui ont fait ces lieux.»

Son projet est loin d’être terminé. «C’est le travail de toute une vie… ou du moins de plusieurs années!» Il envisage déjà d’écrire un livre de portraits, avec toutes ces belles rencontres, «ces vraies gueules» que l’on croise encore dans l’Ouest, le vrai, celui qui est juste à côté de Lausanne.

Une journée avec Nicolas Noël

Texte: © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Laurent de Senarclens