Archives
18 août 2014

A plein gaz vers le sud en Seat Leon TGI EcoFuel

La nouvelle Seat Leon TGI EcoFuel fonctionne au gaz naturel et à l’essence. Test lors d’un voyage en Italie.

La  Seat Leon TGI EcoFuel
La nouvelle Seat Leon TGI EcoFuel.

A la recherche des chaleurs estivales qui boudent notre pays depuis le début des vacances, Marion et moi sommes parties pour une petite escapade en Ligurie, cette région du nord-ouest de l’Italie qui se trouve entre Monaco et Gênes.

Pour ce périple, nous avons eu la chance de voyager à bord d’une Seat Leon qui fonctionne au gaz naturel et à l’essence. Une chance? Oui, car lorsqu’on s’apprête à faire une virée de plus de 1000 km, on est heureux de faire des économies de carburant. En effet, à kilomètres égaux, le gaz naturel est 35% moins cher que l’essence ou le diesel. La Seat Leon utilise en premier lieu sa réserve de gaz jusqu’au dernier atome, puis bascule sur le système essence. La veille du départ, je me suis rendue à la station de gaz naturel la plus proche, à 10 km de chez moi. Le ravitaillement, qui est un tout petit peu plus complexe à réaliser qu’un plein traditionnel, m’a coûté à peine 26 francs.

Comme nous ne connaissions pas la disponibilité du gaz en Italie, ma copilote a recherché une station qui en vendait sur notre tracé. Nous nous sommes donc arrêtées à Martigny pour combler notre réservoir.

Plus de 150 km après mon dernier arrêt à la pompe, nous n’avons déboursé que 10 francs pour refaire le plein! Et, passant par le Grand-Saint-Bernard, la vallée d’Aoste et la bucolique autoroute Alessandria, nous sommes finalement arrivées à destination sans même avoir eu à entamer notre réservoir d’essence et avions même encore de la marge pour visiter les alentours.

Le retour jusqu’à Martigny s’est fait sur l’essence, par flemme de rechercher une station compatible. Au niveau du confort, la Seat Leon est au top! Elle s’est montrée dynamique et fluide, même lors de fortes montées sinueuses comme celle qui mène au col du Grand-Saint-Bernard.

Sur les douze heures de trajet au total, à nul moment je n’ai eu envie de passer le volant à Marion. Je dois avouer que nous avions un peu souci de nous retrouver sur une autoroute inconnue. Mis à part un chauffard qui nous a un peu effrayées et quelques zones en travaux mal indiquées, tout s’est merveilleusement bien passé. Mais si tout s’est bien déroulé, c’est aussi grâce au sentiment de sécurité éprouvé à bord de cette surprenante citadine.

Grâce à ses nombreuses options, comme le détecteur de franchissement involontaire de ligne qui corrige doucement la trajectoire, l’aide au stationnement ou encore la régulation automatique de la distance qui freine tout seul si on s’approche dangereusement d’un véhicule, nous étions sereines.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

La sécurité

Seat a mis le paquet pour la Leon. Un exemple parmi tant d’autres, la régulation automatique de la distance. Ce système mesure la distance et la vitesse relative du véhicule qui précède et maintient une distance de sécurité. La Seat Leon freinera et accélérera en fonction du comportement de la voiture qui précède. Très efficace, cette option ne dispense tout de même pas le conducteur d’être vigilant!

L'autonomie

Grâce à ses deux réservoirs, la Seat Leon peut tenir près de 1300 km si l’on adopte une conduite très douce.

Grâce à ses deux réservoirs, la Seat Leon peut tenir près de 1300 km si l’on adopte une conduite très douce. En toute logique, celui qui est utilisé en premier est le réservoir de gaz de 15kg qui permet de rouler près de 400 km pour moins d’une trentaine de francs. Lorsque celui-ci est vide, la voiture bascule en mode essence et tient près de 900 km grâce à sa capacité de 50l.

Le coffre

Comme il s’agit d’un véhicule équipé de deux réservoirs, le volume du coffre est un peu réduit. Au lieu des 380 l disponibles sur les autres motorisations, le modèle testé propose tout de même 275 l en configuration cinq places et passe à 1205 l banquette rabattue. Ce n’est pas énorme mais amplement suffisant pour le quotidien et les petites excursions.

Le tableau de bord

Fonctionnel et intuitif, il intègre un écran tactile de série qui permet de piloter de nombreuses fonctions comme la navigation, le système audio, ou de changer de mode de conduite. Très sobre, il ne diffère en rien des consoles Seat, si ce n’est qu’il affiche deux jauges de carburant, une pour le gaz et l’autre pour l’essence.

L'habitacle

Lumineux et confortable, l’intérieur reste sobre mais remplit tous ses devoirs. Les sièges ergonomiques offrent un maintien très appréciable sur les longs voyages. A l’arrière, les passagers disposent d’une place aux jambes satisfaisante malgré les proportions réduites du véhicule.

© Migros Magazine - Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli