Archives
15 mai 2017

Adieu mazout

Estavayer Lait SA, l’entreprise transformatrice de lait de la M-Industrie, vient d’inaugurer la plus grande chaudière à bois de Suisse. Alimentée par les forêts de la région, celle-ci réduit les émissions de CO2 de l’entreprise de 12 000 tonnes par an.

La chaudière à bois permet de réduire de 60% les émissions de CO2 de la laiterie Migros.
La chaudière à bois permet de réduire de 60% les émissions de CO2 de la laiterie Migros. (Photo: Vincent Murith/la Liberté)

La nouvelle chaudière d’Estavayer Lait SA est gigantesque: elle occupe l’entier d’un nouveau bâtiment construit à côté de l’usine de transformation de lait, à Estavayer-le-Lac (FR). Et réduit de 12 000 tonnes les émissions de CO2 produites chaque année, soit l’équivalent de 2264 ménages de quatre personnes. Cette nouvelle installation fait aujourd’hui le bonheur de Migros: en réduisant de 60% ses émissions de CO2, le leader des produits laitiers permet de diminuer de 18% l’ensemble des émissions de la M-Industrie.

Avant sa mise en service en décembre 2016, les 700 tonnes de lait transformées chaque jour par la laiterie étaient chauffées au gaz et au mazout. La nécessité de renouveler certains équipements a fait naître l’idée d’installer un chauffage plus propre. «Le bois est pratiquement le seul vecteur énergétique neutre en CO2 qui permette de produire les quantités de vapeur au niveau de température nécessaire à notre production», explique Alexandre Clerc, responsable technique d’Estavayer Lait SA. Quatre chaudières à gaz restent toutefois en appoint pour assurer les pics de chaleur lorsqu’ils sont nécessaires.

Du bois produit dans un rayon de cinquante kilomètres

Autre avantage: le matériau qui alimente cette nouvelle installation provient exclusivement des forêts alentour. Il est certifié Bois suisse et a poussé dans un rayon de cinquante kilomètres.

«A l’heure actuelle, ces forêts ne sont exploitées qu’à moitié. Et le bois que nous brûlons n’était pas utilisable en scierie et n’avait pas vraiment de débouché», souligne Alexandre Clerc. Ce n’est pas tout: ce changement de combustible a aussi permis au fournisseur d’ Estavayer Lait SA de développer son entreprise et de créer des places de travail.

Alimentée automatiquement, la nouvelle chaudière transforme l’eau en vapeur. Celle-ci est utilisée pour les traitements thermiques indispensables à la transformation du lait: le liquide doit être porté pendant quelques secondes à 85 degrés pour la pasteurisation et à 150 degrés pour la longue conservation.

Cet équipement a coûté 11 millions de francs. Un investissement nettement plus élevé que pour une chaudière classique, mais qui sera rentabilisé grâce aux économies de CO2.

Auteur: Anne-Isabelle Aebli