Archives
29 octobre 2012

Agir en s’amusant

Avec leur plate-forme en ligne, les gagnantes du concours Idées vertes incitent par le jeu les Suisses à modifier leurs comportements environnementaux.

Prisca Müller et Majka Baur, gagnantes du concours  "Idées Vertes"
Grâce à Migros et au WWF, 
Prisca Müller 
et Majka Baur ont pu lancer leur start-up dans le Hub 
de Zurich.

Généralement, le mot anglais «hub» désigne une plate-forme aéroportuaire, un nœud de communication. Le Hub de Zurich, lui, ne se situe pas à Kloten mais sous les arches d’un viaduc du Kreis 5, le quartier branché de la ville. Et il ne met pas en réseau des avions, mais de jeunes entrepreneurs porteurs d’un projet durable. Quiconque a une idée en tête ou l’a déjà concrétisée dans une start-up peut y louer temporairement un poste de travail.

C’est là que se sont installées Prisca Müller, 23 ans, et Majka Baur, 26 ans. Grâce à leur projet Weact, les deux jeunes femmes ont décroché, début octobre 2012, la première place du concours Idées vertes, organisé par Migros et le WWF. Celui-ci avait pour but de dénicher de nouvelles idées commerciales afin de développer la consommation durable. L’équipe gagnante a reçu une prime de 30 000 francs et un poste de travail au Hub, mis gratuitement à disposition durant une année. «Après la remise du prix, nous avons poussé un cri de joie», raconte Prisca Müller.

L’idée de Weact est simple: organiser des concours de groupes sur une plate-forme en ligne afin d’inciter, de manière ludique, les participants à adopter de nouveaux comportements plus écologiques au quotidien. Certains choisiront de se déplacer à vélo pour une durée déterminée, d’autres ne mangeront de la viande qu’une ou deux fois par semaine ou baisseront d’un degré la température de leur logement en hiver.

«Si un grand nombre de personnes consentent à de petits changements dans leur mode de vie, nous pouvons réduire les émissions de CO2 de 10%», précise Majka Baur, qui comme sa collègue a étudié les sciences de l’environnement à l’EPF.

Les deux fondatrices du projet montrent l’exemple

L’objectif est de convaincre des entreprises et des institutions à jouer le jeu. «A chaque fois, différentes équipes participeront à un concours de trois semaines et utiliseront notre site pour documenter leurs actions», explique Prisca Müller. Le groupe qui aura récolté le plus de points aura gagné.

A la clé, des prix et une grande fête de clôture à laquelle seront conviés tous les participants.

Les deux instigatrices du projet sont persuadées qu’il est inutile de vouloir changer les comportements par la contrainte. «C’est en s’amusant que ça marche le mieux», assure Prisca Müller, qui poursuit actuellement des études de psychologie.

Idéalistes, les deux jeunes femmes n’en sont pas moins des battantes. Pour l’esprit baba-cool, il faudra donc repasser. C’est que Weact est une start-up qui, à terme, devra être rentable. Pour y parvenir, les entreprises participant aux concours sont invitées à contribuer financièrement au projet. Quant à Migros et au WWF, ils apporteront eux aussi leur soutien: «Nous accompagnerons les deux conceptrices sur le plan de la communication», précise Cornelia Diethelm, responsable du développement durable à Migros.

Et qu’en est-il des efforts personnels des deux associées? «L’an passé, j’ai renoncé à prendre l’avion», indique Majka Baur. «Je suis végétarienne. Et dernièrement, j’ai essayé d’adopter la douche à l’eau froide», ajoute Prisca Müller. Alors, c’était comment? «Pas facile. Mais désormais, je coupe l’eau pendant que je me lave les cheveux.»

Infos: www.weact.ch (lien en anglais et en allemand).

Avis d'expert

Holger Hoffmann-Riem
Holger Hoffmann-Riem

Holger Hoffmann-Riem est chef de projet au WWF et président du jury Idées vertes.

En quoi Weact vous a personnellement convaincu?

J’ai aimé l’idée d’influencer positivement les comportements écologiques des gens par le jeu. Les concours de groupes ont du potentiel: ils poussent les participants à se lancer dans de nouvelles actions tout en impliquant leurs amis. L’intégration de l’entourage a une grande importance dans les changements comportementaux.

Cette idée colle à l’air du temps.

Voilà déjà longtemps que les appels et les initiatives se succèdent à ce sujet. Qu’est-ce qui fait que ce projet devrait réussir?

Cette idée colle à l’air du temps. Il ne s’agit pas de sermonner les gens pour les forcer à adopter de nouvelles valeurs, mais de les inviter à essayer quelque chose de nouveau avec leurs amis. Les concours offrent par ailleurs une très grande flexibilité quant au contenu, ce qui permet par exemple de collaborer avec les entreprises, les écoles ou les administrations.

Dans ce concours en ligne, chacun peut prétendre avoir renoncé à quelque chose pour le bien de l’environnement. Est-ce que cela peut vraiment marcher?

Avec Weact, le but premier n’est pas de battre tous ses concurrents mais de modifier son propre comportement et de faire quelque chose pour l’environnement. Aussi, tricher ne vous apporte rien. De plus, l’équipe de Weact peut soumettre les données livrées à un contrôle de plausibilité. Je ne crois donc pas que la tricherie aura une grande influence sur le résultat final. Et au fond, cela ne change rien à l’efficacité du concours, puisque les autres équipes participantes auront quand même modifié leur comportement.

Auteur: Christoph Petermann

Photographe: René Ruis