Archives
28 juillet 2014

Amis pour la vie?

Si les ruptures amoureuses font couler beaucoup d’encre, les séparations entre amis ne sont pas rares et peuvent également engendrer de grandes souffrances. A l’attaque du mythe des amitiés éternelles…

Dessin de deux amis partant chacun de leur côté lors d'une dispute
L'amitié entre deux êtres est parfois mise à rude épreuve.

«Les histoires d’amour finissent mal en général.» Et les amitiés alors? Rompant avec la croyance populaire de l’«ami pour la vie», ces relations peuvent connaître également des fins tragiques.

Portrait de Sylvie Maeder
Sylvie Maeder

«S’il est fréquent que l’on vienne me consulter suite à un chagrin d’amour, il est très rare que l’on prenne rendez-vous suite à une rupture amicale, modère Sylvie Maeder, psychologue-psychothérapeute FSP à Bulle. Mais cela ne signifie pas que les fins d’amitiés ne soient pas douloureuses.

Il arrive souvent qu’en cours de thérapie, un patient évoque la perte d’un ami qui l’a marqué…»

Car deux amis nourrissent des liens très puissants, jusqu’à apparentés parfois aux sentiments qui règnent au sein d’un couple. «L’amitié n’est autre qu’une forme d’amour, confirme la psychologue. Il ne manque parfois que le désir sexuel.» Pas étonnant dès lors qu’une amitié qui se brise puisse entraîner, dans certains cas, des souffrances aussi sévères que lors d’une séparation amoureuse.

«Dans les deux cas, on peut ressentir un sentiment d’abandon, voire de trahison, poursuit-elle. Si les liens étaient très puissants avec cet ami, on peut même avoir l’impression d’avoir perdu une partie de nous-mêmes.» Un cas particulièrement fréquent chez les adolescents qui ont l’habitude d’entretenir des amitiés très fusionnelles.

Une relation mise en danger par des attentes démesurées

Ce sont d’ailleurs ces relations très proches qui seraient le plus vouées à voler en éclats. «Il arrive que des amitiés trop fusionnelles puissent être ressenties comme envahissantes. C’est le cas par exemple si l’un des deux amis exige de l’autre une relation exclusive.»

Dans de telles situations, il s’agit alors de faire preuve de délicatesse. «Je ne pense pas qu’il faille absolument opter pour une solution radicale, allant par exemple jusqu’à couper tout contact avec cette personne. Il vaut mieux laisser la relation évoluer naturellement. Et, si cela est nécessaire, exprimer son ressenti à son ami.»

Dessin de deux personnages se remémorant le bon temps passé ensemble.
Une amitié est rarement brisée sans regrets.

Une relation peut aussi se transformer sans qu’aucun des deux amis n’en soit réellement responsable. «A certains moments on peut être très proche d’un ami parce qu’il connaît les mêmes situations que nous. Alors que plus tard, traversant des périodes de vie différentes, cette relation perd de son intensité.»

Si de tels scénarios font partie de toute existence, il n’est pas toujours facile pour autant de les digérer. Peut-être en raison du sentiment de loyauté qui régit toute amitié sincère. Tout le monde le sait, c’est lors des moments les plus difficiles que l’on reconnaît ses vrais amis... La psychologue précise:

Il est toujours très pénible de mettre de la distance avec un ami. On peut alors ressentir une certaine forme de tristesse. Mais également de culpabilité si ce dernier répondait toujours présent lorsqu’on avait besoin de son aide.»

L’autre raison qui est à l’origine de cette souffrance, c’est peut-être l’importance que l’amitié a prise dans notre société. «Autrefois on avait tendance à faire partie de clans. Et l’on savait qu’on pouvait s’appuyer sur ses membres en cas de problème.»

Aujourd’hui, dans notre monde toujours plus gouverné par l’individualisme, ces groupes ont tendance à disparaître. Tout comme les liens familiaux, toujours plus fragilisés. «Si nos contacts sociaux restent nombreux, entretenus notamment par les réseaux sociaux, ce sont bel et bien nos amis proches qui se révèlent être les plus précieux.

Ce sont eux qui nous permettent de nous sentir aimés… Et donc de trouver le bonheur.»

Texte © Migros Magazine – Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin

Photographe: Andrea Caprez (illustration)