Archives
10 novembre 2016

Animal-être

Martina Chyba se pose beaucoup de questions sur notre amour des animaux.

Martina Chyba.

J’ai adoré la polémique saignante sur le buffet de la gare de Lausanne qui devient végétarien. Adieu veaux, vaches, cochons et bonjour commentaires rassis et images vintage de bistrots enfumés sur le ton de «c’était mieux avant». Oui c’est vrai, c’était tellement mieux dans les années 1960 quand les ouvriers dépensaient la paie en alcool et en clopes pendant que bobonne préparait le rôti de veau et torchait les lardons. La vie était simple, on mangeait de la viande deux fois par jour et on s’en battait les steaks du climat, de la santé, du bien-être animal et de tous ces détails.

J’avoue, je suis passée depuis un an du côté obscur de la farce; plus de viande, plus de zoo, plus de cirque. Et pourtant je partais de loin, des pays de l’Est où on mangeait du pâté au petit-déjeuner et du saindoux au goûter, pour vous situer. Eh bien, c’est dingue, mais on peut vivre sans… tout en gardant un œil critique sur ce changement de société majeur quand même. Bref aimer les animaux et ne pas être bête.

  • Si toute vie est sacrée, et qu’on n’a plus le droit de tuer d’être vivant, quid du droit à l’avortement et de l’assistance au suicide?
  • Si tout être vivant est capable de souffrir, quid de la carotte, que j’arrache, que j’écorche vive et que je découpe en rondelles? (Bon, dans «Games of Thrones», ils font ça avec les gens, mais pas pour de vrai).
  • Si je chope des poux, je les tue ou pas? J’ai quand même lu dans un forum vegan la phrase suivante: «Si on leur demande de manière sympa, ils partent tout seuls.» J’ai essayé avec les moustiques, je peux vous dire, ça marche pas. Pschittt.
  • Pourquoi manger des moules c’est «non» et tuer un ver solitaire c’est «oui»?
  • Si je suis vegan et que je tombe gravement malade, je fais quoi? Je ne me soigne pas parce que les médicaments sont testés sur des animaux? Je suis censée refuser la chimio qui pourrait sauver la vie de mon enfant? On arrête la recherche sur les grands singes qui permettrait à des paraplégiques de remarcher?
  • Si j’ai choisi d’avoir plutôt un animal sur les genoux que dans mon assiette et que je n’ai plus le droit d’en être propriétaire mais uniquement tutrice, ça change quoi? Je lui demande s’il est d’accord pour les vaccins? Je le laisse aller dans la rue où il va se faire écraser parce que ça lui plaît de sortir tout seul?
  • Et last but not least, une question extrêmement pratique: je lui donne quoi à bouffer à mon chat? Des croquettes de quinoa? Alors qu’il est un «carnivore strict» selon la définition biologique?

Vertigineux non? Et passionnant. The Times They Are A-Changin’ chantait le prix Nobel de littérature. Mais lui c’est un poète, ici au café du commerce on dit plutôt que tofu le camp.

Texte © Migros Magazine - Martina Chyba

Auteur: Martina Chyba