Archives
19 mars 2012

Apporter de l’aide aux pays du cacao

Les produits à base de cacao vendus à Migros sont de plus en plus nombreux à arborer le label «Utz Certified». Celui-ci désigne un programme de développement durable dont bénéficient les paysans du tiers-monde.

Patrick Roth devant de gros sacs de fèves de cacao.
Patrick Roth, responsable des achats chez Chocolat Frey, dasn l'entrepôt de l'entreprise à Buchs (AG).

Le label «Utz Certified», qui est reconnaissable à son logo rouge foncé ou noir et blanc, orne beaucoup de boissons vendues à Migros et qui font partie du rituel du petit-déjeuner de nombreux Suisses, comme le Califora au chocolat et le traditionnel Eimalzin.

Le programme international de développement durable «Utz Certified» vise à améliorer les conditions de travail des agriculteurs des pays en voie de développement. Il leur donne la possibilité de se former à des méthodes de production efficaces et d’améliorer leurs récoltes de cacao en utilisant des procédés respectueux de l’environnement.

«Le prix de vente des produits labellisés Utz Certified n’augmente pas, indique Roland Bösiger, responsable de l’assortiment des boissons matinales de Migros, nous investissons dans le développement durable et nous en assumons les frais.»

La certification des boissons à base de cacao ne représente qu’une partie du partenariat qui lie Migros et l’organisme à but non lucratif Utz Certified. Les producteurs de café des pays du tiers-monde bénéficient aussi de cette collaboration. Déjà en 2010, Migros a imposé le standard Utz pour tout son assortiment de base dans le domaine du café.

La plupart des tablettes de chocolat Frey portent le label Utz Certified. Et jusqu’à la fin 2015, cette industrie Migros s’est de plus assigné un objectif ambitieux. D’ici là, en effet, 90% des fèves de cacao, de la poudre et du beurre de cacao utilisés par Chocolat Frey devront satisfaire aux standards du label Utz Certified.

Cette entreprise établie à Buchs (AG) produit chaque année plus de 40 000 tonnes de chocolat. On mesure donc bien l’ampleur du projet.

Chocolat Frey est allée s’en rendre compte en Afrique

Patrick Roth sait quels efforts sont nécessaires pour procéder à ces changements. Ce responsable des achats chez Chocolat Frey s’est rendu récemment en Afrique de l’Ouest, au Ghana, pour négocier avec une coopérative agricole certifiée Utz. «Nous voulons nous assurer que cette communauté de producteurs peut nous livrer du cacao dans la qualité et la quantité souhaitées.» Pour cet acheteur expérimenté, il importe surtout d’être personnellement présent afin d’établir avec les producteurs une relation de partenariat directe et durable. Il ne veut pas seulement être en contact avec eux par le biais d’intermédiaires.

«Nous souhaitons aussi nous rendre compte sur place des effets du programme et de la façon dont il change la vie des agriculteurs.» La coopérative visitée par Patrick Roth réunit de nombreux petits agriculteurs, cultivant chacun un à deux hectares. Ils vivent dans des conditions très modestes et habitent des cabanes de torchis, couvertes de tôle et de feuilles de palmier. Les primes attribuées par Chocolat Frey peuvent notamment contribuer à améliorer l’équipement de ces logements dispersés, à y aménager des conduites d’eau, ainsi que l’électricité.

Dessin d'un plant de cacao.
Dessin d'un plant de cacao.

Ce programme de développement durable vise la rentabilité et cherche avant tout à augmenter les revenus des agriculteurs. «J’ai personnellement constaté que les cacaoyers des producteurs certifiés Utz portaient davantage de fruits que ceux des exploitations conventionnelles», témoigne l’acheteur. Les paysans qui participent au programme suivent souvent des formations. Il s’agit parfois de mesures simples mais qui déploient leurs effets à long terme. Les branches portant des fèves atteintes de moisissure sont abattues et brûlées, par exemple. Le traitement des fèves après la récolte joue aussi un rôle important.

Le transport du cacao entre l’Afrique de l’Ouest et la Suisse est aussi durable et il l’était déjà depuis longtemps, même avant la création du label «Utz Certified» à la fin des années 1990. Les fèves de cacao arrivent à Amsterdam par bateau, avant d’être acheminées en train jusqu’à la fabrique de chocolat argovienne. Dans les entrepôts de l’entreprise, Patrick Roth désigne d’immenses sacs qui contiennent une tonne de cacao chacun. «C’est dans ces sacs que les fèves de cacao nous parviennent, indique le spécialiste. Les sacs vides retournent ensuite à Amsterdam où ils peuvent être réutilisés. Encore un point pour le développement durable.»

Auteur: Michael West

Photographe: Siggi Bucher