Archives
14 octobre 2013

Arnaque informatique

Actuellement, des criminels envoient des e-mails dans lesquels ils proposent des cartes cadeaux Migros à des prix défiant toute concurrence. Mais ceux qui s’acquittent de la somme réclamée se retrouvent le bec dans l’eau…

arnaque informatique
L'ordinateur comme arme du crime: depuis trois ans, les fraudes sur internet se sont multipliées en Suisse. (Photo: istockphoto)

A première vue, l’offre est extrêmement alléchante: des cartes cadeaux Migros d’une valeur de 600 francs à un tarif de 150 francs seulement. Envoyés par des inconnus depuis fin septembre, les e-mails, qui portent le logo de l’enseigne et utilisent l’adresse shopping@migros.ch, semblent en tous points authentiques. Mais gare à ne pas tomber dans le panneau!

«Nous demandons à nos clients de ne pas répondre à cet e-mail frauduleux et de l’effacer immédiatement», déclare Urs Peter Naef, porte-parole de Migros. Ce dernier précise en outre que le distributeur ne proposerait jamais de promotion en échange du versement d’une somme d’argent dans le cadre d’une campagne de masse anonyme. Dès qu’elle a eu connaissance de l’arnaque, Migros a pris contact avec les autorités, qui recherchent actuellement les coupables.

Ces tristement fameuses tentatives de «hameçonnage», qui consistent à appâter les clients de sociétés connues au moyen de fausses offres, se multiplient en Suisse depuis environ trois ans. «La plupart du temps, les escrocs se font passer pour des banques, indique Tobias Bolliger, chef de commissariat suppléant du Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur internet (SCOCI). Mais d’autres entreprises suisses renommées sont également concernées.»

Près du tiers de toutes ces fraudes sont faciles à identifier, car elles comportent des erreurs et sont très mal formulées: les criminels étrangers se heurtent en effet à la barrière de la langue. «Malheureusement, il existe aussi de nombreux e-mails et sites internet rédigés tout à fait correctement», poursuit Tobias Bolliger. Cependant, même dans ce cas, certains indices doivent mettre la puce à l’oreille.

Le bon sens est l’arme la plus efficace contre la fraude

Les malfaiteurs exigent souvent des moyens de paiement électroniques tels que «Paysafecard», qui reposent sur un système de prépaiement. Ils refusent en outre les règlements par carte de crédit ou, plus traditionnellement, sur facture: ces méthodes impliquent en effet que la banque identifie le destinataire du montant versé.

«L’arme la plus efficace dans la lutte contre le hameçonnage reste le bon sens», insiste Tobias Bolliger. Il faut se méfier des offres qui semblent incroyablement avantageuses. Beaucoup de gens sont incrédules lorsqu’un tract ou un correspondant inconnu leur promet la lune. Il n’y a aucune raison de baisser sa garde dès lors que l’on navigue sur internet.»

Auteur: Michael West