Archives
5 décembre 2014

Jeux vidéo: le choc des blockbusters

Après le sport, l’aventure et le FPS. Petit test de deux des jeux les plus attendus pour les fêtes: «Assassin’s Creed Unity» et «Call of Duty Warfare».

call of duty advanced warefare Deux jeunes hommes en train de jouer à des jeux vidéo
Assassin's Creed Unity et Call Of Duty Advanced Warfare se vendront-ils à des millions d'exemplaires comme les précédents? Photo: Istockphot
La pochette d'Assassin's Creed Unity.
La pochette d'Assassin's Creed Unity.

Avertissement: les deux jeux présentés ci-dessous sont déconseillés aux moins de 18 ans.

Le bruit entourant la sortie du nouvel Assassin’s Creed a dépassé les attentes d’Ubisoft, l’éditeur. Hélas, pas tout à fait dans la tonalité prévue. Car plusieurs des bugs ont entaché la découverte de cet opus. Incompréhension des fans, plongée boursière et finalement excuses du patron d’Ubisoft Montréal et Toronto, plusieurs patchs correctifs et cadeaux aux joueurs courroucés à la clé.

Tout devrait donc rentrer dans l’ordre. Et c’est tant mieux parce que cette plongée des hommes à capuche dans la Révolution française a autant d’atouts qu’Arno, le jeune héros franco-autrichien. A commencer par une modélisation incroyable de Paris. (vidéo: la bande-annonce d'Assassin's Creed) Le gameplay n’est pas en reste, avec notamment un accent mis sur l’infiltration et de nombreuses améliorations par exemple dans les combats ou les descentes de toit, séquences désormais quasi aussi jubilatoires que les séances de grimpette.

Call of Duty: Sledgehammer frappe fort

La pochette de Call of Duty Advanced Warfare.
La pochette de Call of Duty Advanced Warfare.

Sledgehammer est le troisième développeur à s’atteler à la licence superstar du FPS, Call of Duty. Dire que des millions de fans les attendaient en embuscade tient de l’inutile. Confirmer que le résultat dépasse les attentes relève presque de la litote.

Pour deux raisons au moins: d’abord parce que le studio a compris qu’il fallait renouveler l’intérêt du pif-paf militaire à la 1re personne. Ce que Ghost, le précédent épisode, n’a réussi qu’imparfaitement. Ici, grâce à un exosquelette plutôt sympa et à une foule d’équipements, le joueur a vraiment le sentiment d’incarner un supersoldat du futur, d’autant que l’exo apporte une nouvelle dimension: la verticalité. Vidéo: le trailer de Call of Duty Advanced Warefare. Secundo, Sledgehammer se rappelle qu’il ne suffit pas d’avoir un vaste et efficace mode multijoueur. Avec Kevin Spacey en guest star d’une sombre histoire futuriste tournant autour de la question bien actuelle de ces armées privées de plus en plus puissantes, le mode solo est tout simplement haletant.

© Migros Magazine - Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey