Archives
28 novembre 2016

Au service des autres

Une fois par semaine, René Rumo s’occupe de Christoph Stocker, qui souffre de sclérose en plaques. Pour ce faire, le Fribourgeois a acquis les compétences nécessaires à l’Ecole-club Migros.

René Rumo et Christoph Stocker
Au fil des rencontres, une réelle amitié est née entre René Rumo et Christoph Stocker.

Difficile de trouver un lac dans la région que nous ne connaissons pas», affirme René Rumo en aidant Christoph Stocker à enfiler son manteau. Si le bras gauche passe dans la manche sans trop de mal, le bras droit exige un peu plus de temps. «Nous avons même fait le tour des plus modestes», renchérit Christoph Stocker en manœuvrant son fauteuil roulant de sa «bonne» main. Il est temps d’aller se balader, cette fois-ci non pas sur les rives d’un plan d’eau, mais dans les environs. L’important, c’est que les chemins soient aussi plats que ceux qui bordent les lacs, car la moindre secousse amplifie les douleurs dont souffre Christoph Stocker – le quinquagénaire est en effet atteint de sclérose en plaques, une maladie inflammatoire du système nerveux.

Tous les vendredis, René Rumo, 48 ans, se rend chez son patient à Gossau (ZH) – un moment entre hommes. L’épouse de Christoph Stocker, qui travaille pour l’association suisse des services d’aide et soins à domicile et s’occupe de son mari, a quartier libre et en a profité pour sortir.

Les deux compères vont eux aussi prendre l’air, faisant comme toujours de belles rencontres. De fait, la situation de Christoph Stocker suscite souvent la curiosité des passants. Mais cela ne le dérange pas: «On peut me poser n’importe quelle question.» Ainsi, il raconte facilement que c’est à l’âge de 29 ans seulement, alors qu’il briguait la vice-présidence de son entreprise, que le diagnostic est tombé: une sclérose en plaques, maladie aux mille visages dont les causes restent floues. Chez lui, elle a mal évolué: il souffre aujourd’hui de douleurs chroniques et se déplace depuis sept ans en fauteuil roulant: «Mais je reste positif malgré tout.»

Une liste de projets un peu fous

«Je n’ai jamais rencontré personne comme Christoph», raconte René Rumo. Il y a un an, à l’issue d’une séance de massage, le soignant n’a pas réussi à remettre du premier coup son patient dans son fauteuil roulant. Les deux hommes se sont retrouvés par terre, riant tous deux aux éclats.

Aujourd’hui, René Rumo maîtrise parfaitement tous ces gestes: «J’ai suivi le cours de base Accompagnement de l’Ecole-club Migros. J’y ai appris énormément de choses en très peu de temps.» Il s’est ensuite formé à l’académie Goldstück pour devenir aide-soignant. «Je suis heureux d’exercer un métier qui a du sens», confie ce Fribourgeois d’origine.

Auteur: Sarah Hadorn

Photographe: Samuel Trümpy