Archives
11 avril 2016

«Au tchouk, on joue avec l’autre équipe»

Damien Arbez, 9 ans et demi, a les yeux qui brillent lorsqu’il parle de son sport, le tchoukball. Ce jeune habitant des Hauts-Geneveys (NE) porte les couleurs du TB Val-de-Ruz, l’un des meilleurs clubs du pays.

Au tchoukball, les équipes peuvent être mixtes.
Au tchoukball, les équipes peuvent être mixtes.
Damien Arbez, 9 ans et demi, joueur de tchoukball.
Damien Arbez, 9 ans et demi, joueur de tchoukball.

«Ce qui est original au tchouk, c’est qu’on joue avec l’autre équipe, pas contre! Ça veut dire qu’on ne bouscule pas les joueurs adverses, qu’on n’intercepte pas la balle quand elle est en leur possession et qu’on est donc très fair-play. Il nous arrive d’ailleurs de signaler des fautes que l’arbitre n’aurait pas vues. Bon, on veut quand même gagner, mais ce n’est pas grave si on perd, on est juste un peu déçu.

Chaque terrain est pourvu de deux cadres de renvoi.
Chaque terrain est pourvu de deux cadres de renvoi.

J’ai commencé le tchouk il y a environ une année et demie, j’avais 8 ans. Je jouais déjà un petit peu avec mon papa et mon frère qui font tous les deux partie du club du Val-de-Ruz (NE). J’ai aussi pu tester mon envie de les rejoindre lors d’un tournoi qui était ouvert à tous. J’ai aimé et je me suis inscrit. Avant je faisais du judo, mais je crois que je préfère vraiment les sports d’équipe…

Aujourd’hui, je joue dans la catégorie M12 avec des garçons et aussi des filles parce que c’est mixte. J’ai déjà participé à une dizaine de tournois dans toute la Suisse romande. Comme je suis gaucher, on me met souvent à l’aile gauche. C’est le poste où je suis le meilleur, surtout en attaque. Mes qualités? J’arrive à effectuer plusieurs tirs différents, à récupérer pas mal de balles et à faire des feintes. Plus tard, j’aimerais être sélectionné dans l’équipe nationale comme mon grand frère pour pouvoir rencontrer des équipes fortes et voyager.»

© Migros Magazine - Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Matthieu Spohn