Archives
19 novembre 2012

Bien préparer sa voiture pour l’hiver

Les premières neiges qui ont saupoudré les routes fin octobre ont déjà poussé bon nombre d’automobilistes à parer leurs véhicules de pneus neige, mais préparer sa voiture à l’hiver ne se résume pas à ce seul geste. D’autres mesures peuvent s’avérer bien utiles.

Bien préparer sa voiture pour l’hiver
Préparer sa voiture pour l'hiver ne se résume pas à lui mettre des pneus neige.

La carrosserie

Une carrosserie, c’est un peu comme une peau humaine, ça se bichonne! Si votre voiture dort dehors, un bon polish, écologique de préférence, sera appliqué une fois par mois pour prévenir les micro-griffures dues à la neige et la corrosion du sel. Pensez également à soigner les dégâts de peinture plus importants comme l’écaillement: vous pouvez faire quelques retouches avec un vernis disponible dans le commerce et ainsi éviter la rouille. Si vous n’avez pas de garage, vous pouvez également recouvrir votre véhicule d’une bâche. En plus de protéger votre véhicule, cela vous épargnera la pénible épreuve du dégivrage au petit matin!

La batterie

Selon l’utilisation, elle a une durée de vie avoisinant les quatre ans. Si le cœur vous en dit, vous pouvez vérifier vous-même la tension de la batterie à l’aide d’un voltmètre. Moteur éteint, la tension doit se situer entre 12,5 et 12,8 volts. En dessous de 11,7 volts, la batterie n’est pas assez chargée et lâchera plus facilement.

… et si la batterie me lâche?

Munissez-vous d’un jeu de câbles de démarrage avec pinces et suivez ces étapes:

1. Brancher le câble rouge à la borne positive de la batterie de la voiture en panne.

2. Raccorder le câble rouge à la borne positive de la batterie de la voiture qui fonctionne.

3. Démarrer le moteur de la voiture en bon état.

4. Raccorder le câble noir à la borne négative du véhicule à démarrer.

5. Relier ce même câble noir à la borne négative de la voiture en marche.

6. Laisser tourner le moteur pendant une bonne minute.

7. Démarrer le moteur du véhicule en panne.

8. Débrancher les câbles dans l’ordre inverse de leur branchement: d’abord le noir sur le véhicule en bon état, puis le noir sur celui à dépanner. Ensuite enlevez le câble rouge de la voiture en bon état, puis enlevez le rouge du véhicule à démarrer.

Les pneus

Rien n’est éternel et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on parle de pneumatiques. Au-dessus de 15° C, les pneus d’hiver s’usent très vite et perdent en adhérence et, donc, en sécurité. Si vos pneus neige ont déjà été utilisés les années précédentes, vérifiez avant toute chose qu’ils soient encore suffisamment profilés. En cas de doute, votre garagiste pourra vous renseigner. Un petit conseil, d’une année à l’autre, alterner pneus avant et pneus arrière pour répartir l’usure.

Les vitres

Afin d’éviter le givre, vous pouvez passer un chiffon humide imbibé d’alcool ménager sur les vitres encore sèches de votre véhicule ou les vaporiser avec un mélange de 3 volumes de vinaigre blanc pour 1 volume d’eau. Miraculeux!

Les caoutchoucs

On n’y pense jamais assez, les différents caoutchoucs qui ornent essuie-glaces, tours de fenêtre et autres joints souffrent également du froid. Pour éviter qu’ils ne durcissent et se craquellent, enduisez-les de silicone à l’aide d’un spray prévu à cet effet. Vous rallongerez ainsi leur durée de vie et éviterez bien des désagréments. Vous pouvez aussi penser à pulvériser un peu de lubrifiant dans les charnières, le loquet du capot et les serrures, votre véhicule vous en sera grandement reconnaissant!

Le lave-glace

Qui n’a jamais usé de son lave-glace pour dégivrer son pare-brise? Si cette technique ne fonctionne qu’en cas de fine couche de givre, l’opération peut tourner au désastre avec un produit non adapté aux froideurs hivernales. Dans le commerce ou en station- service, vous trouverez facilement des produits résistant aux basses températures, mais en cas d’urgence, vous pouvez également couper votre lave-glace habituel avec un tiers d’alcool ménager. Ça fonctionne tout aussi bien!

Le liquide de refroidissement et l’huile

Avec le temps, le liquide de refroidissement a tendance à s’oxyder et à perdre en qualité. Changez-le tous les deux ans et vérifiez régulièrement son niveau ainsi que celui de l’huile. Ce conseil est d’autant plus valable si vous êtes adepte des routes de montagne qui mettent à rude épreuve les mécaniques.

Auteur: Leïla Rölli

Photographe: Louiza (dessinatrice)