Archives
14 avril 2014

Boeing Boeing

La revue de l'actualité de Marie-Thérèse Porchet

Marie-Thérèse Porchet
Marie-Thérèse Porchet, 
née Bertholet.

Avec les dames de l’immeuble, nous avons été très touchées par les deux disparitions survenues ces dernières semaines: le Boeing malaisien et le parti socialiste français. Dans les deux cas, l’accident est semble-t-il dû au pilote qui a délibérément amorcé un grand virage à droite, avant de sombrer avec tout son appareil dans les eaux du grand bleu marine.

Le président Hollande a compris un peu tard qu’un gouvernement, c’est comme un avion: pour piloter, faut le Manuel!»

Au début, la disparition du Boeing malaisien, Ueli Maurer a cru que c’était un nouveau tour de David Copperfield! Faut dire qu’Ueli lui aussi nous prépare son meilleur tour: l’apparition de 22 Gripen! A nos frais! «Hocus, Pocus, Pilatus, et tu l’as dans l’anus!» Le Gripen, c’est comme Yvan Perrin: après quelques heures d’exploitation, les conclusions des experts sont les mêmes: on l’a choisi, on n’a pas pu le tester, et il a explosé en vol!

Ce qui est incroyable, c’est le nombre d’élucubrations qu’a provoquées la mystérieuse disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines. Pendant les quinze jours où personne ne savait où il était passé, tout le monde avait une théorie: Au début des recherches, alors qu’on n’avait pas encore la certitude que l’avion s’était abîmé dans l’océan, un pilote de la compagnie Easyjet a tenté de rassurer tout le monde: «Faut pas exagérer, dix jours de retard, c’est pas la mer à boire!»

Le dalaï-lama a répété plusieurs fois qu’il était optimiste, parce qu’un avion qui vole vers la Chine et qui décide tout à coup de rebrousser chemin fait preuve d’une grande clairvoyance.»

Eric Stauffer, président du MCG, a suggéré que la Confédération confie à Malaysia Airlines les fameux vols retour qui reconduisent chez eux les requérants d’asile déboutés. «Pour être bien sûr qu’ils reviendront jamais!» a-t-il précisé. On avait compris!

Enfin, Gilles Marchand, directeur de la RTS, a souligné, avec une certaine fierté, que Malaysia Airlines diffusait à ses passagers les programmes de la RTS. Pour preuve, les derniers mots enregistrés du commandant: «Et maintenant bonne nuit!»

© Migros Magazine – Marie-Thérèse Porchet

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet