Archives
12 août 2015

Une créatrice de macarons complètement fous

En jouant sur les formes et les reliefs, Brigida Clément transforme ses confiseries en pièces ludiques. Normal, pour celle qui ne rêve que de couleurs et de gaieté…

Brigida Clément, créatrice de macarons, pose devant une fresque murale réalisée par ses élèves de l'école enfantine d'Ecublens (VD).
Brigida Clément: «J’aime tout ce qui est ludique et festif. Cela amène toujours des couleurs à la vie!»

Vous avez déjà vu un macaron en forme de tong? De soleil, de trèfle à quatre? C’est l’œuvre quotidienne de Brigida Clément. Et pourtant, il y a trois ans encore, elle ne savait pas confectionner ces gourmandises. «J’ai dû beaucoup me battre avant de bien les réussir, c’était la première fois qu’une activité me résistait autant.»

Modelages en série

Il faut dire que cette bricoleuse autodidacte ne craint pas les défis: tout en enseignant à l’école enfantine d’Ecublens (VD) et en élevant ses deux fils, elle s’est lancée il y a quinze ans dans des modelages 3D en pâte à sel, puis en porcelaine froide. «A l’époque, c’était la mode au Portugal et au Brésil. Je l’ai lancée en Suisse en tenant un blog (cliquez pour accéder à son blog) sur cette matière incroyable.»

Une affaire qui roule

En parallèle, elle dessine des illustrations pour enfants et a décidé de s’initier à l’art du macaron «par simple hobby». «Un ami créateur d’entreprises m’a proposé de nous associer pour fonder Cloé macaron. Six mois après, on vendait les premiers!»

Depuis, ils ont fait construire un laboratoire de production à Echandens (VD) et elle dirige plusieurs pâtissiers et hôtesses de vente: «J’ai dû apprendre à gérer des adultes, le rapport n’est pas le même quand on est cheffe d’entreprise ou maîtresse d’école.» L’an passé, rien qu’en décembre, l’équipe a produit 20 000 pièces à la main: «J’aime tout ce qui est ludique et festif. Cela amène toujours des couleurs à la vie!»

Une journée avec Brigida Clément

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Guillaume Mégevand