Archives
3 septembre 2012

C’est l’heure du Jeûne, préparez les tartes aux pruneaux!

Isabelle Kottelat revient sur les bienfaits de la tarte aux pruneaux, en tout temps, même lors de Jeûne.

croquis d'une part de gâteau
La tarte aux pruneaux était traditionellement le seul élément du du repas de midi en période de Jeûne.

Avant l’été, il est de rigueur de faire un régime. Après l’été, il est de coutume… de jeûner. Enfin, en théorie, parce qu’en réalité, aujourd’hui, les Jeûnes fédéral et genevois sont encore autant d’occasions de faire bombance, puisqu’ils donnent lieu à un jour de congé supplémentaire.

Hier, c’était une autre paire de manches. Depuis le Moyen Age, on jeûnait souvent. Pour faire pénitence. Même qu’ils avaient déjà bien moins dans leur assiette que nous en temps normal, nos ancêtres jeûnaient quand il y avait des épidémies, des catastrophes naturelles, des menaces de conflits. Plus il y avait de malheurs, plus les autorités instauraient des jours de jeûne. Pas pour en rajouter une couche, plutôt pour demander aux cieux d’en enlever une ou pour les remercier de leur clémence s’ils étaient épargnés. Des journées d’action de grâce, donc: la pratique du jeûne soutient la prière.

Bref, c’est ainsi que de jeûne de repentance en jeûne de célébration, on en est venu à instaurer un même jour pour tous dans toute la Suisse: le premier Jeûne fédéral a été fêté le 8 septembre 1796. Mais, pour la paix religieuse, puisque catholiques et protestants n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur un jour commun, la Diète (ça ne s’invente pas) – c’est-à-dire la plus haute autorité fédérale du moment – a décrété que ce serait le troisième dimanche de septembre pour tout le monde depuis 1832. Sauf que Genève continue à jeûner le jeudi qui suit le premier dimanche de septembre. On raconte que c’est pour honorer le souvenir du massacre de la Saint-Barthélemy (1572). Mais pourquoi donc la traditionnelle tarte aux pruneaux du Jeûne, censée être le seul élément du repas de midi? Parce que c’est de saison, préparable la veille, donc laissant tout le monde libre de participer au culte le jour même, parce que ce n’est ni cher ni trop riche. Et accessoirement très utile à la purification du corps puisque favorisant le transit… Je plaisante.

Aujourd’hui, la fameuse tarte aux pruneaux sert surtout de dessert à des repas bien plus garnis. Et si l’on veut bien s’abstenir de quelque chose ce jour-là, c’est peut-être de conduire. Encore que, les initiatives populaires le proposant n’ont jusqu’ici pas eu beaucoup de succès.

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck