Archives
3 décembre 2012

C’est quoi un bon cadeau?

Alors que la frénésie d’achats de Noël s’intensifie, nombreux sont les parents à se demander comment faire plaisir à leur progéniture.

Cadeau
Lorsqu’on offre 
un cadeau à un enfant, l’emballage a toute 
son importance. (Photo: Getty Images)

Y aura-t-il des cadeaux à Noël? Lorsque tout va bien, quel enfant pose encore ce genre de question? Bien sûr que le pied du sapin sera bien garni, même pour les petits garnements. Oui, mais avec quoi? Quels sont les types de cadeaux les mieux adaptés à chaque âge? Suivez le guide…

Critère essentiel, note Isabelle Henzi qui a consacré un dossier au jouet sur le site romand LaFamily.ch qu’elle a créé:

Lorsqu’on demande aux psychologues ce qu’est un bon jouet, ils répondent que c’est celui qui est précisément adapté à l’âge, qui tombe au bon moment, qui correspond aussi aux besoins et aux possibilités.

Faire attention à la solidité des jouets

De manière générale, le parent peut se demander si le cadeau prévu sollicitera l’imagination de son futur bénéficiaire, s’il stimulera sa créativité. On s’arrêtera également sur sa solidité: un jouet cassé après deux manipulations limite un peu le plaisir. Attention aussi à la question des petites pièces mobiles ou pouvant être facilement avalées par un enfant en bas âge. L’adaptation à tel ou tel enfant? Elle est affaire d’adéquation avec le développement physique et psychique. N’exige-t-il pas trop (ou trop peu) de concentration, de coordination et d’habileté dans les mouvements? Trop d’écart dans un sens ou dans l’autre, et c’est le désintérêt rapide et programmé.

Et les valeurs familiales dans tout ça?

Se pose aussi la question d’une sorte d’accord moral avec les valeurs de la famille. Ce qui, par exemple dans le cas de certains jeux vidéo (dont on rappelle qu’ils sont tous assortis d’un âge à respecter), mais aussi d’un action man façon commando, n’est pas toujours simple à respecter. A chaque parent de se demander quelle concession il est prêt à faire en la matière. Puis d’expliquer un éventuel refus.

Noël est aussi l’occasion de réfléchir au sens et à la fonction 
du don. (Photos: Getty Images)
Noël est aussi l’occasion de réfléchir au sens et à la fonction 
du don. (Photos: Getty Images)

Jusqu’à 1 an, les jouets aideront bébé à expérimenter le monde qui l’entoure, avec ses mains, mais aussi ses yeux, son ouïe, son odorat, etc. Peluches, tapis d’éveil, hochets, livres à toucher et autres mobiles musicaux s’avèrent disponibles en de multiples variations.

De 12 à 18 mois, LaFamily conseille des jeux pour le bain, des livres d’images cartonnés ou scratchés, ou qui font du bruit, les premières petites voitures que l’on pousse avec les pieds et de manière générale tout ce qui peut amuser en poussant à la station verticale (table à musique, animal sur roulettes, etc.) Dès 3 ans s’ajoutent les déguisements, les coloriages, les jeux de construction basiques, les engins articulés ou les poupées, le premier tricycle ou les livres qui racontent des histoires. Une année de plus? Par exemple encore puzzles et jeux de société, un ballon pour enfant.

A partir de 5-6 ans, les goûts de l’enfant sont mieux établis. Ce qui d’un côté simplifie les choses, mais qui les complique aussi, naturellement, puisque les demandes sont parfois irréalistes, notamment au regard des critères généraux ci-dessus. De manière générale, les jeux de construction deviennent de plus en plus complexes et demandent souvent l’aide des parents pour les premiers essais ou tout simplement pour suivre la notice d’imbrication du gros château fort ou du bateau pirate.

Une jolie incitation aux premières lectures

L’encouragement au bricolage passe par de multiples possibilités, du kit de dessin ou de peinture à la boîte à «outils» dans laquelle transporter tout son petit matériel (en tenant compte du jeune âge naturellement, c’est-à-dire avec des ciseaux pour enfants à bouts arrondis, une colle non toxique, etc.). L’abonnement à un magazine peut constituer une jolie incitation aux premières lectures (sans compter la joie de recevoir du courrier amusant). Dans notre société d’écrans c’est également souvent à ce moment-là que se pose la question de la première console de jeu vidéo (portable ou non).

Auteur: Pierre Léderrey