Archives
1 février 2016

Ça glisse pour eux

Les designers Max Frommeld & Arno Mathies du collectif Maarno ont imaginé une luge pliable des plus pratiques. Derrière cette idée toute simple se cache un processus créatif tortueux et un mode de financement innovant.

Max Frommeld et Arno Mathies
Max Frommeld et Arno Mathies ont réinventé le plaisir de faire de la luge.

Ludique mais pas pratique, telle se présente l’indémodable luge Davos en bois cintré. Que l’on transporte ce petit traîneau en voiture (où il remplira rapidement n’importe quel coffre) ou qu’on l’emporte dans les transports publics (où il encombrera immanquablement les couloirs des trains ou des bus postaux), il est vrai que le modèle est gourmand en place. Heureusement, Max Frommeld et Arno Mathies, comme tous bons designers qui se respectent, ont décidé de rendre notre quotidien plus agréable et plus beau en imaginant une luge pliable. En deux temps, trois mouvements, voici que le volumineux objet devient aussi fin qu’un porte-documents qu’on placerait sous le bras. «Pour se rendre à Verbier où nous avons testé notre création l’hiver passé, nous avons pu en mettre six dans notre petite voiture», se souvient Arno Mathies. Un argument de taille.

Actuellement professeur à la Haute Ecole d’art et de design de Genève, le Vaudois Arno Mathies a rencontré l’Allemand Max Frommeld durant la fin de sa formation au Royal College of Art de Londres. «Nous participions à un atelier sur les plis courbés et avons tout de suite eu envie de créer quelque chose en commun», explique Arno Mathies.

Le duo part tout d’abord sur un projet de bateau pliable tenant dans une grande valise. Celui-ci deviendra leur travail de master et ne manquera pas d’intéresser le célèbre designer britannique Tom Dixon. «Nous avons pu présenter des prototypes sur des canaux jouxtant son atelier lors du London Design Festival, ce qui a permis d’aiguiser la curiosité des visiteurs.» Surfant sur la vague de la nouveauté, Maarno concourt ensuite pour les bourses fédérales en 2013, avant d’être approché par Creative Hub, un groupement suisse de coachs soutenu par Engagement Migros (lire encadré).

Les internautes financent le projet

«Nous avons été parmi les premiers à bénéficier de cette plateforme et avons donc un peu expérimenté le concept, avoue le designer. Cela dit, l’expérience a été très enrichissante, et sans Creative Hub, il nous aurait été impossible d’avancer.» La rencontre avec Alexander Fust, de l’Institut suisse de recherche pour les petites et moyennes entreprises de l’Université de Saint-Gall, a été à ce titre déterminante. «Ses élèves et lui ont élaboré un business plan sans concession. Qui a démontré que la promotion d’un bateau pliable allait demander un grand investissement en temps, temps qu’il valait mieux placer dans d’autres projets.» A cela se sont ajoutées des contraintes légales et quelques incertitudes sur l’espérance de vie des matériaux. «Les plis courbés exercent une forte pression sur la coque. Après cent utilisations, nous ne savons pas exactement comment le bateau pourrait réagir.» Bref. L’embarcation avait tendance à prendre l’eau. En parallèle par contre, l’idée de la luge pliable imaginée quelque temps auparavant, elle, refaisait surface.

«Une luge est bien plus facile à développer. Tout d’abord, l’objet a une autre échelle. Ensuite, nous avons travaillé avec des plis droits et des charnières vives, c’est-à-dire intégrées dans le matériau.»

Le concept intéresse très vite le renommé fabricant suisse 3-R. Manque toutefois des fonds pour que le projet devienne réalité. Sûrs d’eux, Arno Mathies et Max Frommeld se tournent alors vers Kickstarter, une plateforme de financement participatif. «Nous avons réuni plus de 50 000 francs en deux semaines. Ce fut très gratifiant de voir que notre idée suscitait autant d’enthousiasme.»

Construite avec du frêne pour les patins (il n’y a pas mieux pour la glisse), de l’acier pour les arceaux (il n’y a pas plus solide) et en plastique (pour le côté pratique et innovant), la luge pliable est en vente depuis cet hiver. Et comme pour accompagner au mieux son lancement, le modèle a reçu deux prix lors de la Design Parade, le prestigieux Festival international de design organisé chaque année à la villa Noailles d’Hyères (F).

«En plus de ces deux récompenses, c’est surtout la résidence d’une année dans le sud de la France qui nous comble. Le jury nous a donné carte blanche. Max et moi avons décidé de travailler avec des panneaux de fibres de bois, mais nous ne savons pas du tout où nos travaux vous nous amener cette fois.»

En savoir plus: www.maarno.com , commande en ligne: www.3-r.ch.

Se pliant aisément, la luge imaginée par Arno Mathies et Max Frommeld trouvera place dans n’importe quel coffre de voiture.
Se pliant aisément, la luge imaginée par Arno Mathies et Max Frommeld trouvera place dans n’importe quel coffre de voiture.

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Guillaume Mégevand, Guillaume Megevand