Archives
20 avril 2015

Ça roule pour lui

Migros possède près de 150 000 chariots répartis dans toute la Suisse. Cette flotte est gérée par un seul homme: Martin Schnellmann, qui n'hésite pas à tester personnellement les nouveaux modèles – parfois de manière peu conventionnelle.

Martin Schnellmann
Martin Schnellmann supervise les réparations et les achats des chariots pour tous les magasins Migros.

Höri, dans l’Oberland zurichois. Tel un étrange îlot, une vieille ferme grise se dresse au milieu d’un océan de chariots Migros, parqués en rangées et s’étendant à perte de vue. Nous sommes sur le site d’Esyss, l’une des multiples entreprises chargées de nettoyer et de rénover les caddies de la coopérative.

Nombre d’entre eux portent les traces de leur vie en magasin: les roues de celui-ci ne tournent plus rond, les moyeux de celui-là ont besoin d’un bon décrassage… Sur certains, on peut même observer les stigmates d’un vandalisme forcené, comme cette poignée visiblement torturée au briquet et dont le plastique est désormais tordu.

Ce jour-là, Martin Schnellmann est en visite à Höri. Cet homme de 54 ans, spécialiste en techniques de vente, est incollable sur les chariots de supermarché. Employé par Migros Zurich, il coordonne cependant les caddies des dix coopératives régionales Migros, soit, au bas mot, 150 000 «véhicules» sur l’ensemble du territoire suisse.

Concrètement, Martin Schnellmann analyse l’utilisation qu’en font les clients et les collaborateurs, se tient au courant des dernières nouveautés proposées par les fabricants et organise les achats.

Des chariots aussi variés que Migros

Les voiturettes proviennent pratiquement toutes de l’étranger, et pour cause: il n’existe aucun producteur d’envergure dans notre pays. Concernant les achats de nouveaux modèles, le dernier mot revient toujours au groupe de travail chargé de l’approvisionnement commun à tous les magasins, une instance dans laquelle siègent toutes les coopératives.

Martin Schnellmann profite de son passage à Esyss pour discuter avec les collaborateurs, examiner les rangées de chariots et vérifier leur conformité. Le capitaine officieux de cette flotte atypique est-il affecté de constater certaines dégradations? «Je ne laisse pas ce genre de détails me saper le moral, assure l’expert. L’immense majorité des clients utilisent nos chariots de manière respectueuse, conscients des services qu’ils leur rendent.»

Martin Schnellmann est un homme énergique et joyeux qui préfère se concentrer sur les aspects positifs de son travail. Il aime notamment la diversité propre à Migros. De fait, dans les magasins, les demandes de la clientèle influent aussi bien sur la composition de l’assortiment que sur les modèles de chariots utilisés, choisis pratiquement sur mesure. Ainsi, les supermarchés implantés des agglomérations, qui ont une clientèle plutôt familiale, optent pour le plus grand modèle, appelé EL 212 en interne, qui est au chariot ce que le van est à l’automobile: sa capacité atteint 212 litres et il est pourvu de deux sièges enfant. Dans les villes, où il y a davantage de célibataires, les caddies ressemblent plutôt à des voitures de sport. C’est le cas du chariot Tango, léger et maniable avec sa contenance limitée à 90 litres.

Les enfants ont eux aussi leur modèle, une voiturette multicolore adaptée à leur taille. Celle-ci est en outre dotée d’un fanion accroché à une longue perche, afin que les parents puissent à tout instant garder leur progéniture à l’œil dans la foule du supermarché.

Martin Schnellmann teste constamment les nouveaux modèles lancés sur le marché international. Et il les met parfois lui-même à rude épreuve. Il a ainsi laissé une semaine entière un prototype italien constitué d’une corbeille en plastique dans une chambre froide à -35 °C.

Après quoi, il s’est installé sans autre forme de procès dans le caddie: «Si celui-ci est capable de supporter le poids d’un homme adulte, c’est que le froid n’a pas déformé le matériau», s’est-il dit. Et le chariot a tenu bon, accédant ainsi à la prochaine étape: le test en milieu réel, dans le quotidien trépidant d’un supermarché.

Auteur: Michael West