Archives
12 mai 2014

Ça tourne rond. Mais dans quel sens?

Isabelle Kottelat revient sur le sens de rotation de l'eau dans un siphon.

un canard pris dans un tourbillon d'eau
L’eau dans un siphon tourne-t-elle toujours dans le sens des aiguilles d’une montre?

Encore une certitude qui fiche le camp! Quand, quasi hypnotisé, vous regardez se vider l’eau d’un lavabo ou d’une baignoire, le liquide tourne obstinément dans le sens des aiguilles d’une montre. Et chacun apprend dès son plus jeune âge que de l’autre côté de la terre, les siphons se vident dans l’autre sens. Eh bien c’est faux.

Il faudrait un immense lavabo de plusieurs… kilomètres de diamètre pour que la direction de l’eau ressente les effets de la force de Coriolis – du nom de l’ingénieur français; Gaspard-Gustave de ses prénoms. Car cette force existe bel et bien: elle est due à la rotation de la terre et à la latitude où on est. Elle pousse donc ce qui est en mouvement vers la droite dans l’hémisphère nord et vers la gauche au sud. Mais elle n’a d’influence que sur ce qui spirale lentement et largement, comme les masses d’air: les dépressions ou les cyclones dans le ciel s’enroulent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère sud et inversement sous nos latitudes. Les anticyclones c’est le contraire. Les mouvements des eaux des océans n’y échappent pas non plus. Et c’est bon à savoir aussi si on a l’intention de tirer des missiles, obus, fusées ou autres projectiles à longue portée… ça vire à l’est, ou vers la droite par chez nous!

Sinon, dans nos minuscules lavabos, le tourbillon d’eau peut tourner dans un sens ou dans l’autre, ici comme à l’autre bout du monde. Ça dépend plus de la forme et des irrégularités de l’évier et des mini, micro-courants qui agitent l’eau. Avec une petite impulsion, on peut même forcer l’eau à tourner dans le sens qu’on veut. Facile à vérifier dans n’importe quelle salle de bains: rien qu’en vidant plusieurs fois de suite son lavabo, on a toutes les chances de voir, ébahi, le phénomène se dérouler tout seul sous nos yeux. Une expérience qu’on ne saurait que trop conseiller, sans modération, de Paris à Sydney.

© Migros Magazine / Isabelle Kottelat

Auteur: Isabelle Kottelat