Archives
24 novembre 2014

Campagne de dons de Noël

Le Secours d’hiver fournit des lits de qualité aux personnes dans le besoin. Parmi celles-ci, Natalie Reichenbach et ses quadruplés. Migros soutient cette action dans le cadre de sa campagne de dons de Noël.

Natalie Reichenbach et ses enfants (Nico, Sara, Leila et Jasmin) sur le nouveau lit offert par Secour d'hiver.
Natalie Reichenbach partage l’enthousiasme de ses enfants Nico, Sara, Leila et Jasmin.

Apremière vue, les Reichenbach semblent vivre dans un petit nid douillet. Natalie et ses quadruplés Leila, Jasmin, Sara et Nico, âgés de 11 ans, habitent dans la bourgade de Kallnach, dans le Seeland bernois. La maman loue quelques pièces proprettes et agréables dans une ferme de la commune.

Les fenêtres offrent une vue dégagée sur de vertes prairies et l’on devine, à travers la brume, les contours du Chasseral. Mais en réalité, la famille est privée du confort matériel dont jouissent la plupart des Suisses – un coup d’œil aux meubles trop rares suffit à le constater. Et pour cause: Natalie Reichenbach, sans emploi, est dépendante de l’aide sociale.

Une avalanche après l’autre

Cette télégraphiste de formation, ex-employée de commerce, a travaillé pour Swisscom durant de nombreuses années. Mais après la naissance de ses quadruplés, elle a été contrainte d’interrompre sa carrière. Quatre enfants du même âge, ce n’est pas rien! «J’ai vécu chaque étape de leur développement comme une avalanche, raconte la maman en riant.Je me souviens de journées et de nuits particulièrement difficiles lorsqu’ils ont tous fait leurs dents en même temps.

Mais toutes les petites joies qu’ils m’ont apportées ont été quatre fois plus belles…»

Pour Natalie Reichenbach, reprendre une activité professionnelle n’a pas été facile. Elle a cherché des postes à temps partiel, travaillant à l’occasion comme serveuse. Elle tenait à rester suffisamment disponible pour ses enfants, ce qui excluait d’office les emplois très prenants et les longs trajets. Des contraintes qui ont limité ses options et expliquent en partie pourquoi elle se retrouve aujourd’hui au chômage.

Natalie et le père des quadruplés ont divorcé il y a sept ans. Après cette séparation, la Bernoise s’est installée avec un autre homme. Mais cette relation a pris fin il y a quelques mois, ce qui a encore aggravé la situation matérielle de la famille. Cette précarité est devenue insupportable lorsqu’il s’est avéré impossible d’acheter un nouveau lit pour Jasmin et pour Leila, malgré un besoin urgent.

Au pied du mur, Natalie s’est alors tournée vers le Secours d’hiver . Depuis 1945, cette œuvre de bienfaisance, présente dans toute la Suisse, fournit des lits neufs ainsi que des couvertures et de la literie aux personnes frappées par la pauvreté. Les chiffres actuels témoignent de la nécessité de cette initiative: rien que l’année dernière, le Secours d’hiver a mis à disposition quelque 900 lits labellisés «Swiss made», réputés pour leur solidité.

Ainsi, deux lits superposés en bois de hêtre massif, aussi simples que robustes, trônent désormais dans l’une des deux chambres d’enfant des Reichenbach. Leila s’est installée dans celui du bas tandis que sa sœur a pris possession de celui du haut. «J’adore sauter par terre depuis mon lit», s’exclame la petite aux anges. Natalie partage l’enthousiasme de ses filles:

Lorsque nous avons reçu les lits, j’étais surexcitée, comme le matin de Noël!»

Migros soutient cette action du Secours d’hiver dans le cadre de sa campagne de dons de Noël (voir encadré). L’argumentation de l’organisation caritative est simple: pour bien se reposer, il ne suffit pas d’avoir un toit au-dessus de la tête, il faut aussi pouvoir dormir dans un vrai lit.

Tout le monde, y compris les personnes aux revenus modestes, a droit à la dignité et à la santésouligne Esther Güdel, porte-parole du Secours d’hiver.

Chacun d’entre nous a donc besoin d’un lit digne de ce nom.»

Auteur: Michael West