Archives
18 novembre 2016

Caritas vient en aide aux paysans de montagne

Caritas recrute des auxiliaires volontaires pour donner un coup de main à des paysans de montagne – un projet que les fonds collectés durant la campagne de dons de Migros contribuent à financer.

Caritas-Montagnards
Heiri Pfister (à droite) aide le paysan de montagne Peter Borter à abreuver ses vaches.

Peter Borter, 64 ans, est paysan de montagne de Ringgenberg (BE). Il vit de l’élevage et de sa petite entreprise laitière et possède de multiples parcelles éparpillées qui surplombent le lac de Brienz. Les prés sont pentus et éloignés les uns des autres. Pendant des années, Peter Borter s’en est sorti sans autre aide que celle de son épouse Heidi, âgée aujourd’hui de 82 ans. Mais désormais, ses forces ne suffisent plus: son dos le fait souffrir et il a été opéré de l’épaule et du genou: «Aujourd’hui, j’ai vraiment besoin d’un coup de main pour les travaux les plus durs», confirme-t-il.

Cette semaine, c’est Heiri Pfister, 62 ans, originaire du Seeland, qui lui prête main-forte. Il l’aide à sortir le fumier, à abreuver les bêtes, à clôturer les prés et à laver les meules de fromage: «C’est un dur labeur, mais j’aime travailler de mes mains de temps en temps», affirme-t-il. Heiri, qui travaille en temps normal comme socio-pédagogue dans un établissement psychiatrique, sacrifie une semaine de vacances pour cette action. L’an dernier, quelque huit cents volontaires sont venus épauler des paysans de montagne dans le cadre d’une opération similaire. L’initiative fait partie des programmes d’entraide qui bénéficient de la campagne de dons de Noël de Migros.

Un soutien précieux

Depuis bientôt quarante ans, les paysans de montagne en situation difficile peuvent faire appel au programme Caritas-Montagnards. Les causes de leur détresse peuvent être très diverses: maladie, accident, décès d’un membre de la famille ou travaux de rénovation à effectuer à la ferme et à l’infrastructure du domaine. Peter Borter connaît ces difficultés. Au début, d’autres paysans le secondaient lorsqu’ils le pouvaient. Mais quand son épouse Heidi est à son tour tombée malade, il n’avait plus le choix: «J’ai dû me faire violence pour demander de l’aide», reconnaît-il. Lorsqu’un collègue lui a parlé de Caritas-Montagnards, il a entrepris les démarches. C’était il y a six ans. Depuis, il bénéficie chaque année de l’aide de bénévoles motivés.

Une centaine d’exploitations de montagne font chaque année une demande de soutien. L’office central de Caritas examine la nécessité d’une aide. Si la demande est validée, l’organisation publie sur la plateforme internet du programme un portrait de l’exploitation ainsi qu’une description des travaux à accomplir. Les bénévoles motivés peuvent alors s’inscrire pour un engagement d’au moins cinq jours. L’exploitation leur fournit la nourriture et le logis.

C’est la deuxième année qu’Heiri Pfister se rend à la ferme Borter: «J’y suis très bien accueilli et j’aime m’engager pour eux», confie-t-il. Il en retire une grande satisfaction, d’autant que Peter Borter se montre très patient pour lui apprendre de nouvelles choses sur la nature et les animaux.

Le paysan est lui aussi satisfait de sa nouvelle «recrue» et des autres auxiliaires: «Les bénévoles qui viennent sont toujours des personnes motivées dont l’apport est très précieux», raconte-t-il. Il a d’ailleurs noué des liens d’amitié avec plusieurs d’entre eux.

En savoir plus

Pour en savoir plus sur la collecte de dons de Noël organisée par Migros, rendez-vous sur la page du sommaire.

Auteur: Beat Matter

Photographe: Mischa Christen