Archives
22 juin 2015

Cet été, on sort des sentiers battus!

Ennuyeuse la Suisse? Que nenni! La preuve avec une sélection – forcément non exhaustive – de loisirs originaux à tester. Et pourquoi ne pas commencer par une ascension vertigineuse à Emosson (VS)?

A VerticAlp Emosson, un petit ascenseur, baptisé minifunic, gravit en sept minutes la dernière pente du parcours.
A VerticAlp Emosson, un petit ascenseur, baptisé minifunic, gravit en sept minutes la dernière pente du parcours.

«Si la montée vous impressionne, vous n’avez pas encore vu la descente!» Cyrill May, attaché commercial à VerticAlp Emosson, sourit en nous voyant regarder la pente à bord du funiculaire à double cabine le plus raide du monde. Celle-ci atteint 87% dans sa partie la plus pentue. Impressionnant!

Afin de tester cette attraction singulière, il faut se rendre dans le village du Châtelard en Valais. De là, trois installations – un funiculaire, un train panoramique ainsi qu’un minifunic - permettent de se rendre jusqu’au site d’Emosson, à 1965 m d’altitude. Fermé durant deux ans, l’ancien parc d’attractions du Châtelard, rebaptisé VerticAlp, est opérationnel depuis le mois de mai. De quoi enchanter les amoureux de la montagne.

Pour la petite histoire

Avant de devenir une attraction touristique, en 1975, le funiculaire était utilisé par des ouvriers pour acheminer le matériel nécessaire à la construction du barrage de Barberine en 1920. «C’était très ingénieux pour l’époque», souligne un touriste anglais, apparemment fasciné par cette installation. Aujourd’hui, si le tronçon est le même qu’il y a presque un siècle, le funiculaire est flambant neuf. Il a ainsi été changé cette année, car son prédécesseur ne répondait plus aux normes de l’Office fédéral des transports (OFT). «On a récupéré le travail des anciens pour en faire quelque chose de plus moderne», commente Cyrill May.

Le premier tronçon s’effectue à bord d’un funiculaire.
Le premier tronçon s’effectue à bord d’un funiculaire

Le premier tronçon est bluffant tant il est vertigineux! Après dix minutes de funiculaire, nous arrivons à une gare intermédiaire à 1825 m d’altitude. Et nous embarquons à bord du deuxième moyen de locomotion.

Le train panoramique a tout d’une animation de parc d’attractions. Tous sifflets dehors, une petite locomotive rouge tire des wagons ouverts blanc cassé. Les touristes semblent conquis. A l’instar d’une famille indienne dont les enfants de deux et cinq ans «sont complétement fans de ce petit train», confie la maman. Les nombreux retraités présents ce jour-là sont également ravis. «Le paysage est splendide, je suis subjugué par la vue sur la chaîne du Mont-Blanc et les gorges du Bouqui», s’exclame l’un d’eux.

Puis les voyageurs embarquent dans un charmant train aux wagons ouverts.
Puis les voyageurs embarquent dans un charmant train aux wagons ouverts.

En ce début de mois de juin, le soleil tape: lunettes et casquette sont donc indispensables. D’autant plus que le train roule à 6 km/h à flanc de montagne. Il traverse des forêts, longe des précipices, puis, soudain, s’engouffre dans l’un des cinq tunnels où l’air frais surprend.

Après une dizaine de minute, nous nous retrouvons au pied de l’imposant barrage d’Emosson. Pour arriver à la hauteur du lac, il faut prendre le dernier moyen de transport: le minifunic. Ce mignon petit ascenseur relie, en sept minutes, le terminus du train panoramique à la grande place d’Emosson. La pente est abrupte. La cabine petite. Une bonne inspiration plus tard et nous voilà en haut.

Balades et restauration

Depuis l’arrivée, différentes promenades s’offrent au visiteur. Se balader le long du lac formé par le barrage s’avère très agréable. La vue y est magique. En outre, le site à empreintes de dinosaures – vieilles de plus de 250 millions d’années – constitue l’un des plus fameux buts d’excursion du coin. Pour les voir, il faut néanmoins le mériter: comptez cinq heures de marche aller-retour depuis Emosson.

Finalement, que cela soit pour se remettre les idées en place après l’ascension ou après une bonne marche, un restaurant avec vue panoramique sur les montagnes permet aux passants de se sustenter. On peut, par exemple, déguster une succulente et copieuse croûte au fromage du coin... Les estomacs fragiles devront néanmoins s’abstenir car, comme nous le promettait Cyrill May, le retour en funiculaire est particulièrement épique. Ce n’est pas son conducteur qui dira le contraire:«La descente est merveilleuse, on a l’impression de plonger!»

D'autres activités insolites en Valais...

Venez pratiquer le Disc Golf à Loèche-les-Bains! (Photo: toreent.ch)
Venez pratiquer le Disc Golf à Loèche-les-Bains! (Photo: torrent.ch)

Disc Golf
Après une montée en télécabine depuis Loèche-les-Bains, le Disc Golf du Torrent accueille petits et grands pour un sport insolite. Mélange de golf et de frisbee, la discipline se pratique ici avec comme décor une vue panoramique sur les Alpes.
Prix: adultes, Fr. 10.-, enfants, Fr. 5.-, famille, Fr. 20.-
Infos: Office du tourisme, Torrent-Bahnen. Tél. 027 472 81 10

Toboggan Houla Hoop
Au Bouveret, le centre de loisirs AcquaParc s’est doté cette année d’une nouvelle installation glissante. Baptisé Houla Hoop, elle s’étire sur 169 mètres et promet des sensations fortes.
Prix: de Fr. 39.- à Fr. 49.-
Infos: Aquaparc, route de la Plage 122, Le Bouveret. Tél. 024 482 00 00

... et dans le Jura

Hamacs en forêt
A Rebeuvelier, le parc de loisirs Aventure Jura Parc, propose une nouvelle animation: dormir au cœur de la forêt dans un hamac! Pensé pour des groupes de 2 à 35 personnes, l’endroit est agrémenté de toilettes sèches et d’un coin cuisine.
Prix: de Fr. 10.- à Fr. 20.- par personne et par nuit.
Infos: réservation obligatoire. Aventure Jura Parc. Tél. 032 435 14 18

Circuit secret
Muni d’une clé numérique, le visiteur part à la découverte de la ville de Porrentruy.
Le parcours permet de découvrir des endroits secrets et insolites dans la Vieille-Ville et au Château.
Prix: Fr. 20.- pour louer la clé.
Infos: pour la location et les conseils, lu-sa: Jura Tourisme, rue du 23-Juin 20, Porrentruy. Samedi après-midi et dimanche après-midi: Musée de l’Hôtel-Dieu, Grand-Rue 5, Porrentruy. Tél. 032 432 41 80

Texte © Migros Magazine – Emily Lugon Moulin

Auteur: Emily Lugon Moulin

Photographe: Laurent de Senarclens