Archives
1 février 2016

Cet hiver, on le met sur les skis

C’est décidé, votre trésor goûtera aux joies de la glisse pour la première fois cette saison. Mais mieux vaut bien préparer le grand jour pour que l’aventure ne vire pas au cauchemar.

Le premier jour de ski est un moment délicat pour les petits qui n'apprécient pas en général d’être entravés dans leurs mouvements. (Photo: Keystone)

«Cet hiver, tu feras du ski!» A l’annonce de cette bonne nouvelle, la joie est souvent du côté des parents. Car comment imaginer dévaler les pentes juché sur deux planches lorsqu’on est haut comme trois pommes et que son expérience de glisse se limite à la trottinette? Les «Z’ai pas envie» ou «Z’ai peur» viennent par conséquent souvent contre-balancer l’enthousiasme des adultes. Alors, pour que le grand jour ne rime pas avec cris et larmes, les premiers pas à ski se préparent.

A partir de quel âge?

Si certains chaussent leurs premiers skis à 2 ans, l’âge idéal se situe entre 3 et 4 ans. Pour une raison simple: «Le matériel adapté fait souvent défaut», observe Patrick André, adjoint de direction à l’Ecole suisse de ski de Villars (VD) . Ce moniteur breveté a vu défiler de nombreux mini-skieurs sur les pentes enneigées des Alpes vaudoises et s’il n’est pas contre le fait d’initier les tout-petits dès leur plus jeune âge, il recommande d’attendre que l’enfant ait acquis une certaine mobilité et suffisamment de force musculaire.

On peut essayer à partir de 2 ans et demi, mais il faut avoir à l’esprit que la tête d’un enfant de cet âge est très lourde par rapport à son corps.

Certains s’en sortiront peut-être bien tandis que d’autres devront attendre 4 ou 5 ans avant de trouver l’équilibre.» Car l’enfant doit impérativement savoir bien marcher, renchérit Marie-Catherine Béguin, infirmière consultante pour les infirmières de la petite enfance du canton de Vaud.

Comment le préparer?

Imaginez vous retrouver de grosses chaussures aux pieds, dans le froid et sans arriver à bouger comme bon vous semble. Afin que l’aventure ne vire pas au cauchemar, il est bon de conditionner son enfant avant le premier cours, conseille Patrick André. «On leur dit qu’ils vont porter de grosses chaussures de cosmonautes, on peut aussi lui montrer une vidéo d’enfant en train de skier au jardin des neiges, etc.»

Ski ou snowboard?

Tout dépend de l’âge auquel votre enfant débute. A 4 ans, un petit ne tiendra probablement pas sur un snowboard, la difficulté étant encore accrue par le fait que les pieds sont liés. De plus, comme pour les skis chez les tout-petits, il est très difficile de trouver des planches adaptées à leur taille. Les premières glissades en snow se font par conséquent plutôt entre 6 et 8 ans, même si certaines écoles de ski proposent des cours pour tout-petits.

Patrick André,adjoint de direction à l’Ecole suisse de ski de Villars (VD) .

A l’école de ski ou en famille?

C’est la grande question et surtout un choix personnel. A l’école de ski, les cours dispensés par des professionnels ont l’avantage d’offrir la possibilité aux parents d’avoir du temps libre et d’échapper à d’éventuelles crises de larmes. Le recours à un moniteur permet également d’éviter d’enseigner de mauvais gestes. Mais il faut aussi tenir compte de la personnalité et du développement de l’enfant.

Pour ceux qui fréquentent une crèche et qui ont l’habitude d’être en groupe, les cours collectifs iront très bien,

note Patrick André. En revanche, chez un petit qui n’aurait pas l’habitude d’être avec d’autres enfants, il est peut-être préférable de commencer par quelques cours privés.» En famille, cela coûte évidemment moins cher, mais il faudra qu’un des deux parents accepte de s’y coller en restant en bas des pistes, «car skier avec son enfant entre les jambes est dangereux», rappelle Patrick André. «De plus, ils n’apprennent pas à trouver l'équilibre et ne développent pas leur musculature puisque le parent fait le travail.»

Pour quelle durée?

Inutile d’imaginer dévaler les pentes de 8 h à 16 h votre trésor entre les jambes. La montagne et ses joies sont aussi une source de fatigue importante pour les petits. Les écoles de ski proposent en général une à deux heures de cours en matinée puis des jeux dans la neige. Largement suffisant pour que votre enfant ait son compte de glisse.

Quel équipement?

Adapté! Des moufles trop grandes empêcheront de tenir un éventuel remonte-pente et des moufles trop petites augmenteront la sensation de froid. Idem pour le casque, dont le port n’est pas obligatoire, mais fortement conseillé. Certaines écoles de ski l’exigent pour les tout-petits. Bref, un équipement étanche et à la taille de votre enfant.

A quel moment de la saison?

Si votre enfant n’est pas encore scolarisé, optez pour les périodes hors vacances scolaires où les pistes sont nettement moins bondées. Le mois de mars, où les températures remontent, est aussi une bonne option.

Et s’il n’a pas envie?

«Rien ne sert de donner à boire à un âne qui n’a pas soif», dit l’adage. Si votre enfant pleurniche ou a peur, ne le forcez pas, il reviendra peut-être au ski l’année suivante. Pierre, papa de deux garçons de 8 ans et demi et 12 ans, se souvient que son aîné, qui a débuté à 5 ans, a fait une pause d’un ou deux ans avant de s’y remettre lorsque son petit frère a commencé. «Nous les avons inscrits à quelques cours, puis nous avons commencé à skier ensemble et c’est à ce moment qu’il a pris du plaisir. C’est vraiment le ski en famille qui a lancé la machine.»

Texte © Migros Magazine – Viviane Menétrey

Auteur: Viviane Menétrey