Archives
1 août 2016

Un monstre sacré au Verbier Festival

Le chef d’orchestre Charles Dutoit, ovationné dans le monde entier, a ouvert le 22 juillet dernier le Verbier Festival. Toujours inspiré, le Vaudois, qui fêtera cet automne ses 80 ans, ne compte pas prendre sa retraite.

Charles Dutoit a ouvert le Verbier Festival avec la Symphonie fantastique de Berlioz.

Premier de cordée

A Verbier, par amour de la musique classique, on ne déplace pas les montagnes, on les gravit. Ainsi, chaque année, les plus talentueux musiciens de la planète montent sur l’alpe pour deux semaines de festivités. Fidèle parmi les fidèles, Charles Dutoit joue alors quasiment le premier de cordée en tant que directeur artistique du Verbier Festival Orchestra.

«C’est un luxe pur d’avoir Charles Dutoit à Verbier, commente Martin Engstroem, fondateur et directeur du Verbier Festival. Je me réjouis de l’entendre ce soir dans Berlioz. Pour la musique française, il n’y a tout simplement pas meilleur que lui.»

Cet avis, de nombreux programmateurs de concerts le partagent. Au point que l’ex-protégé d’ Ansermet et de Karajan est invité à diriger les plus prestigieux orchestres sur tous les continents. Après Verbier, l’actuel directeur artistique du Royal Philharmonic Orchestra de Londres s’envolera pour des concerts au Royaume-Uni et aux Etats-Unis avant de revenir fin août à Montreux.

A bientôt 80 ans, le Vaudois qui a marqué de sa présence durant vingt-cinq ans l'Orchestre symphonique de Montréal et enregistré des centaines de CD est bel et bien un monstre sacré – une expression qui n’est, pour une fois, pas galvaudée.

Une journée avec Charles Dutoit

9 h 00 A la maison
«J’aime toujours revenir en Suisse, notamment à Verbier. L’ambiance ici est toujours sympathique malgré la météo qui est souvent capricieuse le premier jour du festival.»

10 h 00 En coulisse«Je connais Martin Engstroem, le fondateur et directeur du Verbier festival, depuis plus de quarante ans. C’est un grand ami. Nous nous sommes connus en Suède. Il avait 19 ans. Aujour­d’hui même il fête ses 63 ans. Joyeux anniversaire Martin.»

11 h 00 En répétition «Je suis directeur musical du Verbier Festival Orchestra depuis huit ans. C’est un orchestre de jeunes venant des quatre coins de la planète. Les former est une mission essentielle à mes yeux. Nous répétons ensemble depuis une semaine mais seulement depuis hier dans la salle de concert des Combins. Nous devons donc maintenant nous adapter à l’espace. Il s’agit de trouver le bon équilibre sonore entre tous les groupes de musiciens.»

13 h 00 Dans les loges «Avec la violoniste sud-coréenne Kyung Wha Chung, nous avons fait des dizaines de concerts et de nombreux enregistrements. Je suis très heureux qu’elle puisse à nouveau jouer après son accident à la main gauche.»

19 h 00 Sur scène «Pour la soirée d’ouverture du festival, Martin Engstroem et moi avons prévu le programme. Après le Concerto pour violon de Brahms, nous jouerons la Symphonie fantastique de Berlioz. Pour le premier soir, il faut quelque chose de spectaculaire pour le public et d’intéressant à jouer pour les jeunes de l’orchestre. La plupart découvrent Berlioz et cette musique romantique.»

22 h 00 Après-concert «Diriger en Suisse me permet de retrouver mes amis. Georges-André Grin est mon plus vieux copain. On était ensemble à l’école à Ecublens (VD). C’est lui qui, par la suite, a organisé mes premiers concerts.»

Texte: © Migros Magazine | Pierre Wuthrich

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Nicolas Brodard