Archives
19 janvier 2015

Choisir la ponceuse adéquate

Poncer exige de la délicatesse – et le bon appareil. Les explications de Denis Mezentin, vendeur au secteur «machines et outillage» chez Obi Renens.

Denis Mezentin en pleine démonstration de poncage
Denis Mezentin en pleine démonstration.

Il arrive toujours un moment où on doit poncer du bois – que ce soit pour une barrière de jardin, une table à rénover ou une lame de parquet tachée. Mais face à la quantité de ponceuses proposées sur le marché, laquelle choisir? Denis Mezentin, vendeur au secteur «machines et outillage» chez Obi Renens, vous présente quatre types d’appareils courants et leurs caractéristiques.

Quelques éléments à connaître au préalable:

  • il est conseillé d’utiliser des papiers de verre du plus gros grain au plus fin, en commençant par du 40, ensuite 60, puis 80, et enfin 100. Utiliser brièvement le dernier, de manière à ce que la surface présente encore une adhérence suffisante pour la peinture, le vernis ou la lasure.
  • il existe plusieurs différences entre les modèles: certains sont pourvus d’un velcro, sur lequel se fixe la feuille de papier de verre. D’autres comportent un système de fixation à pinces. Certains modèles sont vendus avec un récupérateur à poussière, mais pas tous, et d’autres disposent d’une poignée. Enfin, certains sont pourvus d’un variateur de vitesse.
  • il est conseillé de porter des lunettes et un masque de protection.

Marche à suivre

Elle reste toujours la même, quel que soit l’appareil utilisé:

Le serre-joint fixé
Bien fixer aux deux extrémités la pièce à traiter à l’aide d’un serre-joint.

Commencer par bien fixer aux deux extrémités la pièce à traiter à l’aide d’un serre-joint. Avant de brancher la ponceuse, bien vérifier que le bouton est sur 0. Poncer régulièrement jusqu’à ce que la surface soit propre (si elle est vernie, poncer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun enduit), sans trop appuyer. Attention: toujours effectuer le mouvement de ponçage dans le sens des veines du bois!

Une cale enrobée de papier de verre.
Pour les espaces difficiles à atteindre: utiliser une cale

Pour les petits coins ou espaces difficiles à atteindre: préférer la cale et le papier de verre pour un ponçage manuel, en appliquant la même règle de gradation de grain.

Les diférents types de ponceuse

Les ponceuses à bande

Ponceuse à bande
Ponceuse à bande

Avantages: le travail s’effectue très vite, car le ponçage est vigoureux.
Inconvénients: il faut garder l’appareil en mouvement et ne pas exercer trop de pression, car sinon, l’endroit où l’on s’attarde risque d’être creusé. Par ailleurs, les surfaces fragiles peuvent être griffées.
Usage recommandé: pour les gros travaux, comme le ponçage de poutres.

Notre vidéo ci-dessous vous montre comment placer facilement la bande de papier de verre de votre ponceuse:

Les ponceuses vibrantes

Ponceuse vibrante
Ponceuse vibrante

Avantages: l’appareil permet un travail en douceur et précis.
Inconvénients: le travail prend plus de temps qu’avec une ponceuse à bande.
Usage recommandé: pour les travaux de finition.

Les ponceuses vibrantes triangulaires

Ponceuse vibrante traingulaire
Ponceuse vibrante triangulaire

Avantages: l’extrémité pointue permet de travailler aussi dans les coins difficiles d’accès et d’effectuer des ponçages précis, comme arrondir un angle ou égaliser un creux.
Inconvénients: tout comme les ponceuses vibrantes classiques, le travail demandera un peu plus de temps qu’avec une ponceuse à bande.
Usage recommandé: pour les mêmes finitions qu’une vibrante, et pour le ponçage dans les angles.

Les ponceuses excentriques

Ponceuses excentrique
Ponceuses excentrique

Avantages: elles permettent de poncer une surface plus rapidement qu’avec un modèle vibrant.
Inconvénients: elles peuvent laisser des griffures en arrondi, qui seront encore accentuées visuellement si la surface est ensuite recouverte de vernis (pas de souci en revanche avec la peinture, qui recouvrira tout!).
Usage recommandé: polyvalentes, elles permettent de dégrossir ou de réaliser la semi-finition.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Bernard-Reymond