Archives
18 novembre 2013

Maux de passe

Lorsque Martina Chyba oublie le code de sa carte de débit…

Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS
Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS

Fin de journée normale d’une femme normale. Le supermarché après huit heures de boulot avec 87 6 453 personnes qui font la queue à la caisse, et moi tétanisée devant le machin pour mettre la carte Maestro. Je ne sais plus le code! Je l’utilise douze fois par jour depuis trente ans et je ne sais plus le code! Là, je vois se profiler trois ennuis:

1. Je ne vais pas pouvoir payer mes courses.

2. Je dois avoir une tumeur au cerveau.

3. Ce n’est pas grave, car les personnes qui attendent derrière moi en levant les yeux au ciel vont me tuer dans exactement deux minutes.

Bon, j’ai une excuse. Dans ce monde merveilleux et numérique, nous avons aujourd’hui heu… 10, 20, 30, 100 mots de passe et codes différents pour tout. Pour déverrouiller mon téléphone bim. Pour l’ordinateur bim. Pour les billets d’avion bim. Pour les billets de train bim. Pour les commandes de bouquins, DVD, machins, bim. Pour les courses sur internet bim. Pour la banque bim. Et on vous dit: ah il ne faut surtout pas mettre toujours le même. Ben voyons! Et il ne faut surtout pas l’écrire. Re-ben voyons! Et il ne faut surtout pas mettre vos dates de naissance, le nom de vos enfants, de votre chéri, de votre chien. Une copine, dans un élan désespéré, avait mis «masturbation», et que s’est-il passé? Son chef l’a appelée pendant un congé parce qu’il devait absolument aller chercher une info dans son ordi et lui a demandé son mot de passe. Bim.

Il ne faut pas non plus mettre un truc simple mais mélanger les chiffres et les lettres. Alors moi la bobette de service, j’en ai 50 différents et il arrive que j’essaie de commander le sable du chat avec le login du magasin de sport et ça ne marche pas. Alors je commande une paire de runnings pour me consoler parce que ça au moins ça marche (ça court). Mais le chat ne pourra pas faire pipi sur mes runnings. Donc je dois aller à la Migros. Et c’est là que je ne me souviens plus du code de la carte Maestro. Heureusement, j’avais du cash pour le prof de piano… qui n’a pas été payé ce soir-là, que voulez-vous, il y a des urgences vitales.

Après, je rentre à la maison et évidemment quoi? Sur le clavier de la porte d’entrée, je tape le numéro de code de la Maestro. Aux dernières nouvelles je suis toujours là avec mes courses. Je ne peux pas appeler parce que mon téléphone est bloqué. J’ai fait le PIN faux trois fois.

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Martina Chyba