Archives
24 août 2015

Un heureux événement

Présente autrefois dans presque tous les villages suisses, la cigogne blanche avait complètement disparu du pays en 1950. Grâce aux efforts des défenseurs de l’environnement, plus de 300 couples sont aujourd’hui de retour sur notre territoire.

En mangeant, entre autres, des insectes nuisibles, la cigogne blanche nous rend un grand service.
En mangeant, entre autres, des insectes nuisibles, la cigogne blanche nous rend un grand service.

Peut-être connais-tu l’histoire des cigognes qui apportent des bébés? Ce n’est bien sûr qu’une légende, mais cet oiseau est malgré tout capable de performances impressionnantes. Son envergure, c’est-à-dire la distance qui sépare l’extrémité de ses ailes déployées, peut atteindre deux mètres.

Au mois d’août, la cigogne entreprend une longue migration de plusieurs milliers de kilomètres vers l’Afrique, où elle passe l’hiver au chaud. Au printemps, toute la colonie de cigognes blanches fait le chemin inverse pour venir nicher. Les oiseaux empruntent toujours le même itinéraire, qu’ils connaissent dès leur naissance. Les jeunes, qui migrent souvent avant leurs parents, retrouvent leur route, comme s’ils avaient une boussole intérieure! De rares spécimens passent l’hiver dans notre pays, par exemple ceux qui vivent dans des zoos. Ils pourraient s’envoler, mais comme ils disposent d’assez de nourriture, il leur est plus confortable de rester près de leur nid.

De retour de migration, les cigognes regagnent presque toujours le même nid. Elles sont utiles à l’homme, car elles mangent de nombreux insectes nuisibles. Leur régime alimentaire comprend aussi des vers, des grenouilles et des souris.

Texte © Migros Magazine – Andrea Fischer-Schulthess

Auteur: Andrea Fischer-Schulthess

Illustrations: Bunterhund,