Archives
5 décembre 2016

Cinq minutes dans la bouche, cinq ans sur le trottoir

Leïla Rölli met à jour la part d'ombre du chewing-gum.

Leïla Rölli.

Vous connaissez sûrement le dicton moralisateur à propos de la consommation du chocolat: «5 secondes dans la bouche, 20 ans sur les hanches»? Eh bien, on pourrait l’adapter à la mastication du chewing-gum comme suit: «5 minutes dans la bouche, 5 ans sur le trottoir». Si le premier adage est à prendre à la rigolade, sa variante est, quant à elle, parfaitement véridique.

1869: un général mexicain en exil introduit 250 kilos de sève séchée aux Etats-Unis qu’un certain Thomas Adam décide d’écouler en pharmacie. Depuis, le chewing-gum n’a pas «bullé». Aujourd’hui, dans le monde, il s’en mâche 3,15 milliards de kilos par an pour une production totale de 374 milliards d’unités sur la même période.

Si l’on peut lui reconnaître de nombreuses vertus, digestives et bucco-dentaires notamment, le chewing-gum a aussi sa part d’ombre. Je préfère rester optimiste et croire que la plupart des consommateurs sont responsables et jettent leur gomme à la poubelle après l’avoir mâchouillée, mais à voir nos trottoirs et nos quais de gare mouchetés, certains ruminants s’obstinent à cracher leur gomme sur la voie publique en toute impunité. Il faudra alors cinq ans à Dame Nature pour l’éliminer complètement. A ce propos, saviez-vous que, pour venir à bout de cette varicelle urbaine, la ville de Londres dépense près de 6,5 millions de francs par an? Malheureusement, l’ensemble des victimes de cet acte d’incivilité ordinaire ne se limite pas aux contribuables et à leurs semelles, mais s’étend à la faune qui y est exposée.

S’il est assez rare qu’un oiseau confonde un chewing-gum avec un bout de pain et s’étouffe en l’ingurgitant, il peut néanmoins en être le prisonnier si ses plumes venaient à s’y coller, l’empêchant de prendre son envol et s’exposant à de réels dangers. Le slogan est alors tout trouvé: «Sauve une hirondelle, jette ton bubble gum à la poubelle!» 

Texte: © Migros Magazine | Leïla Rölli