Archives
2 mai 2015

«Ne dites surtout pas aux jeunes que leurs amis Facebook sont virtuels!»

Loin d’être alarmiste, la sociologue genevoise Claire Balleys jette un regard nouveau sur l’ultra-connectivité des jeunes. Pour elle, sociabilité réelle et sociabilité virtuelle ne sauraient être mises en opposition.

Claire Balleys fait un bisou de loin à une icone de smiley avec des yeux en forme de coeur.
Claire Balleys fait un bisou de loin à une icone de smiley avec des yeux en forme de coeur.

Facebook, Snapchat, Whatsapp, jeux en réseau: les jeunes passent leurs journées les yeux rivés sur leur smartphone. De quoi s’inquiéter?

Nous vivons dans une société qui adore s’inquiéter, surtout pour les jeunes. Effectivement, ces outils occupent une grande place dans la vie des ados. Mais ils leur permettent de rester connectés entre eux, de construire, de maintenir les liens d’amitié, les premières relations amoureuses. Ils ne sont donc pas seuls avec leur machine, ils s’en servent pour communiquer avec les autres. Alors oui, ils y passent beaucoup de temps, trop certainement, mais si on pense qu’internet est juste dangereux, on passe à côté de tout ce qui compte dans la vie des ados...

Il s’agit tout de même de fixer des limites!

Bien sûr. D’autant que beaucoup de jeunes considèrent leur smartphone un peu comme un doudou, ils aiment l’avoir sous l’oreiller quand ils s’endorment. Or, s’ils y passent trop de temps au détriment de leur sommeil, leur santé peut en souffrir. C’est aux parents de poser un cadre, ce qui n’est pas forcément facile: ils n’arrivent pas toujours à prendre le téléphone à leur enfant au moment du coucher.

N’y a-t-il pas également un risque qu’ils passent trop de temps à tisser des liens uniquement virtuels?

Non, parce que ce qui les intéresse, c’est d’être connectés avec les gens qu’ils connaissent. Avec les amis les plus proches, les bandes de copains, les camarades de classe, les membres du club de foot, etc.

Il n’y a donc pas d’opposition entre la sociabilité du monde réel et celle du monde virtuel. Cela fonctionne comme des vases communicants.

C’est-à-dire?

Il y a une continuité: tout ce qui se passe à l’école va être débattu le soir sur Whatsapp, et tout ce qui est échangé sur Snapchat va être sujet de discussion à l’école le lendemain. Il ne faut surtout pas dire aux jeunes que leurs amis Facebook sont des amis virtuels!

Mais que penser d’un ado qui préfère chatter une après-midi avec son pote sur Whatsapp alors qu’il aurait la possibilité de le voir?

Pour les jeunes, ces outils ont un facteur désinhibant. Ils osent dire plus de choses via un écran, et ce, pour le meilleur comme pour le pire, pour les insultes et les déclarations d’amour et d’amitié. Ils s’aventureront plus à se dire je t’aime sur les réseaux sociaux qu’en vrai. Il y a même un phénomène de surenchère dans ces déclarations. Cela dit, je ne pense pas que ça les empêche de se rencontrer, ce n’est en tout cas pas ce que montrent les études. A l’âge du gymnase notamment, ils sont moins connectés, ils ont davantage le droit de sortir, et peuvent donc se voir en vrai.

Même lorsqu’ils se voient, ils ont les yeux rivés sur leur smartphone...

Oui, mais c’est comme ça que ça marche aujourd’hui. Ils sont ensemble, ils communiquent, ils voient quelque chose qui les amuse, le montrent aux autres. C’est aussi un moment de partage, au service du lien social.

De quelle autre manière les réseaux ont-il influencé la sociabilité des adolescents?

Ce qui a le plus changé, c’est la visibilité. Aujourd’hui, tout se sait plus, et il y a une forme de matérialisation. Je m’explique: avant, on savait que deux adolescentes étaient meilleures amies lorsqu’elles passaient du temps ensemble. Ou alors on entendait la rumeur qu’un nouveau couple s’était formé. Tout cela circulait de manière orale, non figée, non matérielle. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, ce qui était de l’ordre de l’implicite devient explicite, tout existe sous forme écrite, tout est publié, accessible en ligne.

Ce passage à l’écrit est très nouveau. Et cela implique un devoir de témoignage, il s’agit de tout documenter.

Par exemple?

Si une adolescente ne publie rien sur le mur Facebook de sa meilleure amie, si elle ne poste aucune photo d’elles deux sur Instagram, c’est louche. Cela veut dire que ce n’est pas une vraie relation, qu’elle n’est pas authentique. De même que si un garçon ne fait pas exister sa toute nouvelle histoire d’amour sur les médias sociaux, il y a suspicion: les autres se demandent s’il a honte, s’il n’assume pas son couple, s’il veut faire croire qu’il est toujours libre...

Claire Balleys imitant un smiley qui pleure et dont elle tient l'icone entre ses mains.
Le devoir de témoignage est aussi une pression lourde à porter.

C’est une lourde pression, ce devoir de témoignage!

Oui, effectivement. D’autant que pour être visible sur les réseaux, il s’agit d’avoir une vie privée à valoriser. C’est une injonction sentimentale. Il faut avoir des amis proches. Ce n’est pas uniquement une question de quantité, mais aussi de qualité. Il faut montrer qu’on a des vrais amis, avec qui on partage quelque chose d’intime, d’exclusif. Ceux qui n’en ont pas sont désignés comme des sans-amis: c’est une figure de rejet total. Avoir des amis, des relations amoureuses, c’est aussi montrer qu’on est un grand: le principal souci des enfants qui sortent de l’école primaire.

Et les réseaux sociaux exacerbent tout cela...

Exactement. Mais la logique est la même qu’avant, lorsqu’on traversait le village avec sa copine sur sa mobylette. Les ados ont toujours eu une vision très collective du couple, de l’amitié, des liens sociaux. Ce n’est pas nouveau, de même que la pression de se soumettre au regard des autres.

Qu’en est-il de la tendance à se mettre en scène, notamment avec les selfies?

Cette théâtralisation est en effet très importante, mais elle a toujours existé. Il y a toujours eu les jeunes avec les bons looks, les bons habits. Bien sûr, les selfies ont renforcé cette mouvance, avec des effets de pose, de stylisation: les jeunes deviennent assez pros en la matière. Cependant, on a tendance à oublier que c’est un phénomène de société beaucoup plus large, qui ne touche pas uniquement les ados.

Et il ne faut pas perdre de vue que ces enfants vivent avec un appareil photo braqué sur leur visage depuis leur premier jour. C’est facile de pointer les jeunes du doigt, les adultes l’ont toujours fait.

Claire Balleys avec un symbole "j'aime pas" en guise de main.
Les réseaux sociaux encouragent le meilleur comme le pire.

Vous parliez du facteur désinhibant des réseaux sociaux, pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Vous pensez au harcèlement?

Oui, exactement. Mais là encore, le phénomène n’est pas nouveau, il n’est pas né avec les réseaux sociaux. Le cyber-harcèlement est toujours le prolongement du harcèlement scolaire. Ce qu’il y a de nouveau, c’est que l’enfant est poursuivi jour et nuit, mais il a toujours la possibilité de se déconnecter. S’il a ce réflexe, les discussions à son encontre se tariront: elles n’ont lieu d’être que si elles peuvent l’atteindre.

Vous ne pensez pas que le cyber-harcèlement soit un réel problème alors?

Attention, je ne cherche pas à minimiser les choses, ce n’est pas mon intention. Mais c’est très important de distinguer ce qui est nouveau de ce qui ne l’est pas, afin de pouvoir agir efficacement.

Il y a aussi ces histoires de jeunes filles qui envoient à leur petit ami des photos intimes...

On est toujours dans cette logique de témoignage. Ce geste est perçu par l’adolescente comme un gage de confiance. De tout temps, les jeunes filles ont bravé des interdits par amour. L’élan n’est pas nouveau. C’est le risque de diffusion qui l’est. A l’époque, avec une photo imprimée, le garçon la montrait peut-être à quelques copains mais cela n’allait pas plus loin. Aujourd’hui le partage est beaucoup plus large, beaucoup plus rapide. Mais il faut savoir que la majorité des garçons gardent pour eux ces images. Ce n’est que quand il y a eu rupture de confiance qu’on en entend parler. Et ce genre de situation n’est pas propre aux ados: on a vu des politiciens se faire prendre au piège.

Au-delà des liens entre ados, on entend souvent des parents se plaindre qu’à la maison, leurs enfants passent tout leur temps sur leur smartphone...

Là encore, c’est aux parents de définir très tôt les contextes dans lesquels les smartphones, les tablettes sont à proscrire. Durant les repas pris en famille par exemple. Mais une certaine cohérence est indispensable: de nombreux papas gardent leur téléphone à table.

Cette tendance s’inscrit dans un mouvement beaucoup plus large d’individualisation de la société. Et la famille a énormément évolué.

Texte: © Migros Magazine | Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Photographe: François Wavre