Archives
5 janvier 2015

Claude Hêche, le nouvel ambassadeur du Jura

Premier Jurassien à la tête d’une des chambres de l’Assemblée fédérale, Claude Hêche entend faire connaître son canton et son village de Courroux durant sa présidence du Conseil des Etats.

Claude Hêche sur un quai de gare
Pour une région décentralisée comme le Jura, les voies de communication sont fondamentales. Je m’y suis donc intéressé d’abord à la commission des transports du Conseil des Etats, puis avec la présidence d’Ouestrail.

«Consensuel», «prudent», «modéré», tels sont les qualificatifs qui ont salué l’accession du socialiste jurassien Claude Hêche à la présidence du Conseil des Etats. Des épithètes qui ne font pas forcément rêver. Lui n’en a cure. «Les résultats ont suivi notamment au gouvernement jurassien dans les domaines dont j’avais la responsabilité.»

L’un des projets de son année présidentielle sera de mieux faire connaître ce canton du Jura où il a gravi un à un tous les échelons d’une carrière publique sans accroc: «J’ai commencé par la vie associative, je tenais les procès-verbaux dans une société de foot. Mon intérêt pour la collectivité m’a ensuite poussé à m’inscrire dans un parti.» On retrouve Claude Hêche conseiller communal, puis maire de son village, Courroux, puis député au Grand Conseil, ministre du gouvernement jurassien et enfin conseiller aux Etats. Un parcours qu’il explique par divers facteurs: «L’ambition, la volonté de servir et quelques concours de circonstances.»

9h: Le centre sportif

Claude Hêche au bord du terrain de foot qu'il a foulé en ligue régionale.
Claude Hêche au bord du terrain de foot qu'il a foulé en ligue régionale.

C’est sur ce terrain que j’ai pratiqué le foot en ligue régionale. Aujourd’hui, je suis les matchs des SRD (Sports réunis de Délémont), du HC Ajoie, du BC Boncourt, du VFM (équipe féminine de volley des Franches-Montagnes). C’est un devoir de soutenir ces clubs et ça permet de rencontrer beaucoup de monde, de faire passer des messages, d’être à l’écoute, ce qui manque souvent aux politiciens.

10h: La mairie

Claude Hêche, ancien maire de Courroux (JU).
Le maire à l’époque, c’était l’homme à tout faire: l’administratif, le social, la police.

Courroux compte 3000 habitants. Quand j’ai commencé comme maire on était 2300. La création du canton a suscité une dynamique importante, ainsi que la proximité de Delémont et l’objectif très répandu chez les jeunes aujourd’hui de construire une petite maison. Le maire à l’époque, c’était l’homme à tout faire: l’administratif, le social, la police. Une expérience de vie magnifique.

11h45: L’école

Claude Hêche a fait toutes ses classe primaires dans cette école.
Claude Hêche a fait toutes ses classe primaires dans cette école.

J’ai fait toutes mes classes primaires ici, dans le même bâtiment. Rien n’a changé. Mes enfants Sylvie et Marc l’ont aussi fréquentée. Et maintenant, quand j’ai le temps, j’y accompagne la plus grande
de mes petites-filles et je viens la rechercher à la sortie.

12h30: Le bistrot familial

Dans le restaurant familial.
Dans le restaurant familial.

Mes parents étaient ouvriers d’usine et ils ont décidé un jour de reprendre un restaurant. J’avais 12 ans. Je me souviens du Stammtisch où les gens à l’apéro avaient des débats très forts, qui finalement atténuaient les tensions. Moi je devais descendre le verre à la cave, remonter des bouteilles, servir.

15h: A vélo

Le politicien se déplace volontiers à vélo.
Le politicien se déplace volontiers à vélo.

Depuis chez moi la forêt est à 500 mètres. Le vélo, j’en fais dès que j’ai un moment de libre. Quand il fait beau, je m’en sers aussi pour aller prendre le train à la gare de Delémont, où j’ai réservé une place «vélostation», un système géré par des personnes sans emploi.

Rue de Bellevie

Une rue au bien jolie nom.

J’ai eu la chance de rencontrer à Berne une délégation du Bhoutan, pays qui a mis en avant le BIB – bonheur intérieur brut – à la place du traditionnel PIB. Proposer comme objectif le bonheur de ses concitoyens, j’ai trouvé cette approche extraordinaire.

20h: Le jeu de cartes

Jeu de cartes à l'effigie de Claude Hêche.
Jeu de cartes à l'effigie de Claude Hêche.

Lors de ma réception dans le Jura, les organisateurs ont remis à chaque invité un jeu de cartes. J’aime bien jouer, en famille, avec des amis. Tout récemment j’ai remporté un tournoi, dont le premier prix était un jambon.

© Migros Magazine – Laurent Nicolet

Auteur: Laurent Nicolet

Photographe: Basile Bornand