Archives
17 mars 2014

Clown de cœur

Généreuse, pétillante, bourrée d’énergie, Nadine Bender enfile son nez rouge quelques heures par mois. Histoire d’apporter un peu de lumière aux personnes en marge de la vie.

nadine Bender en train de faire le clown avec un résident du foyer.
Nadine Bender: «Les résidents se prennent souvent au jeu.»

Jupons en tulle, bas orangés et chaussures écarlates. Mais c’est quand elle enfile son nez rouge qu’ elle se glisse vraiment dans la peau d’un clown. Pas un clown de cirque, mais plutôt un clown personnalisé, tout en couleurs. Dont le chapiteau ne serait ni une tente ni un théâtre, mais les établissements médico-sociaux et les institutions spécialisées à Genève.

Depuis 2005, Nadine Bender, également infirmière en psychiatrie et musicothérapeute, joue donc les lutins facétieux quelques heures par mois.

Je savais que je devais le faire, mais sans savoir pourquoi. Alors, je me suis lancée. Je fais confiance à la vie!»

Une façon d’apporter aux personnes âgées ou en situation de handicap mental «autre chose que le quotidien»: bonne humeur, jeux, chansons pour des moments de rire et de tendresse toujours improvisés. «On a le temps, on ose tout, mais toujours dans le respect de l’autre. Le clown permet de créer un univers, mais il faut être sincère et authentique, sinon ça ne marche pas. C’est une activité qui me touche beaucoup et qui m’amène énormément d’énergie.»

Depuis trois ans, elle forme également les professionnels de la santé grâce à l’association Auguste, qui compte quelque huitante clowns en Suisse romande. La dixième volée, ouverte à tout le monde, démarre justement cette année, à la rentrée de septembre. Avis à ceux qui ont envie de réveiller leur clown intérieur!

www.musiqueencorps.ch

Une journée avec Nadine Bender

09 h 00: réveil difficile
«Je n’ai jamais aimé me lever le matin… Mais je me prépare un bon petit-déjeuner, un bircher avec des morceaux d’ananas, un yaourt au soja. Et je me presse un jus d’orange frais.»

11 h 00: à vélo
«Depuis que je vis à Genève, je n’ai plus de voiture. J’ai opté pour le vélo électrique, un choix écologique. Du coup, je le prends partout, été comme hiver, avec mon violoncelle sur le dos.»

13 h 00: mise en jeu

«Avant de faire le clown, je retrouve ma partenaire Muriel Texier. On discute de tout et de rien, on s’habille, on tourne en rond pour faire monter l’énergie. C’est un rituel très important.»

13 h 45: une histoire de nez

«J’avais une sorte d’aversion pour le sport, mais depuis trois ans, je prends un cours de zumba une fois par semaine. J’aime les activités qui bougent. Ça donne une énergie tellurique, comme la danse africaine.»

14 h 00: moments de vérité
«Les résidents se prennent souvent au jeu. Du coup, on se retrouve un peu dans le même univers décalé. On chante, on se fait des câlins, ce sont des moments de tendresse et de vérité, jamais un spectacle.»

18 h 00: sur les bancs d’école
«L’université était un rêve de longue date… Alors, j’ai repris les études en 2009 en psycho. C’est une matière qui fait partie de ma vie. Je suis curieuse des comportements humains.»

19 h 00: défoulement
«J’avais une sorte d’aversion pour le sport, mais depuis trois ans, je prends un cours de zumba une fois par semaine. J’aime les activités qui bougent. Ça donne une énergie tellurique, comme la danse africaine.»

La valise à émotions

La valise de Nadine Bender
Une valise plein à craquer d'émotions!

«J’y mets mes habits de clown et tous mes accessoires. Harmonica, percussions, marionnettes… Cette valise m’accompagne partout. J’y tiens beaucoup, c’est le seul truc qui me reste de ma grand-mère.»

Boîte à musique

Boîte à musique ayant pour mélodie "la valse d'Amélie".
Une des boîtes à musique de Nadien Bender.

«J’ai plein de boîtes à musique pour faire des petits quiz. Un point de départ pour chanter ou faire des exercices de motricité.»

Texte: © Migros Magazine - Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Magli Girardin