Archives
13 juin 2016

Coaching: début laborieux

Notre rédacteur poursuit sa remise en forme. Marie, sa coach, en plus de le motiver, reste attentive à tous les petits défauts typiques du débutant.

Le journlaiste coaché par Marie, en train de faire un exercice de gainage facial
Le gainage facial
Le journaliste en train de s'échauffer sur un vélo.
Echauffement obligatoire!

Echauffement obligatoire
«Pas d’effort sans échauffement», tel est le mantra de Marie. L’heure de personal training étant précieuse il faut arriver ce préliminaire accompli. Rameur, saut à la corde, course sur tapis, les possibilités sont nombreuses. Le vélo reste efficace et dix minutes peuvent suffire. On peut ensuite augmenter la durée de l’échauffement et/ou la résistance du vélo.

Le squat
Le squat

Le squat, un classique
C’est un peu l’alpha et l’oméga de la remise en forme, tant cet exercice de flexion des jambes, ciblant surtout les muscles de la cuisse (quadriceps et ischio-jambiers) et les fessiers, est devenu incontournable. Le squat est ainsi l’un des trois mouvements de base de la force athlétique avec le développé couché et le soulevé de terre.

Le gainage facial (illustration principale en haut de l'article)
Là aussi, c’est un grand classique. En principe (c’est-à-dire davantage que sur cette photo), le dos doit rester bien droit. Les épaules sont à hauteur des coudes, le regard vers le sol. On tient sur les avant-bras et les pointes de pied pendant 30 secondes. Trois séries. Avec l’habitude, on augmente la durée, qui peut facilement monter à trois répétitions d’une minute.

Le gainage latéral
Allongé sur le côté, jambes parallèles, l’on prend appui sur un avant-bras et le côté du pied. Attention, rester bien haut avec le bassin, là est tout le sel de l’exercice. On contracte bien le buste et on soulève le bassin de manière à aligner tête, cou, torse et jambes. Maintenir en prenant soin de garder son corps droit, sans pencher ni affaisser le bassin. Egalement trois séries de 30 secondes, à augmenter éventuellement par la suite.

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Mathieu Rod