Archives
24 décembre 2012

Conte de Noël

Notre lectrice Ariane Francey-Spicher, de Villars-sur-Glâne, a tendu l'oreille haut vers le ciel et saisi au vol la conversation de flocons de neige plutôt bavards...

Une fillette tient des flocons de neige dans ses mains et souffle dessus
Un tourbillon de flocon entre les mains... (Photo: Getty Images/Vicky Kasala)

Parmi tous les nuages, le plus particulier est celui de Noël. A l'intérieur, des milliers de petits flocons de neige s'impatientent de s’envoler ce jour-là. Parmi eux: Bleu scintillant. Jeune flocon, il est prêt pour son premier voyage sur terre.

⁃ Alors, c’est le grand soir? le taquina Blanc soyeux.
⁃ Oui. Je ne peux plus attendre! Mais… je suis un peu angoissé.
⁃ Ne t'en fais pas ! Laisse-toi emporter par le vent ! Il t'amènera à la bonne place, le rassura le flocon ayant déjà bon nombre de Noëls à son actif.
Bleu scintillant demanda:
⁃ Comment a été ton premier Noël ? Merveilleux?
Les yeux de Blanc soyeux pétillèrent aussitôt.
⁃ Plus que cela! Il a été magique! Je te raconte?

Le petit flocon scintilla en guise de réponse. Ils s'installèrent confortablement dans un coin tranquille du nuage floconneux. La voix grave de Blanc soyeux emplit l’espace vaporeux:

⁃ Le soir du départ, j’étais effrayé. J'ai essayé de me cacher dans la brume du nuage. Mais rien ne peut échapper au Maître du Ciel. Alors, courageusement, je m’élançai avec tous mes amis dans la nuit profonde de l'hiver. Avec eux, ce fut plus facile. Nous allions atterrir sur les toits des maisons d'un village lorsqu'une bourrasque de vent me sépara brutalement de mes camarades, m'emportant dans son souffle glacé. Petit et léger, je tourbillonnai dans tous les sens. Je ne pouvais que me laisser ballotter rudement par ce vent capricieux. Il riait de me voir la tête toute chamboulée par ses bourrasques fantasques. Il s'amusait à me traiter comme une vulgaire balle de jonglage. J'étais paniqué, éloigné de mes amis, dans un lieu inconnu, ne sachant si je pourrais me poser, pris dans de tels tourbillons.

Soudain, les cloches d'une église sonnèrent. Aussitôt, le vent se calma. Pourquoi avait-il changé si brusquement d'attitude ? Avait-il eu peur, surpris par le son des cloches? L'avaient-elles rappelé à l'ordre? Mais l'important était pour moi d'avoir remis mes idées en place. Des villageois aux visages réjouis sortirent de l'église. Les flammes de leurs bougies lançaient des éclats de feu dans le noir de la nuit. Ils se rassemblèrent autour d'un imposant sapin illuminé d'étoiles. Leurs chants chaleureux s'élevèrent jusqu'à moi. A ce moment, le vent me poussa vers le sol. Je ne pus maîtriser mon atterrissage. Je me retrouvai, tout surpris, dans le creux d'une petite main, observé par des yeux tout aussi surpris.
⁃ Oh! s'exclama la petite fille. Comme tu es joli! Si blanc, si doux!

Instruit sur tous les dangers de mort, je savais que rester dans la chaleur de cette main en était un. Mais je ne pouvais briser cette joie qui dansait sur ce visage émerveillé. Je me résolus à fondre lentement et disparaître dans cette tiédeur amicale. Ce serait mon premier et dernier Noël. Mais cette belle rencontre valait le prix. Déjà je ne voyais plus que faiblement ces deux yeux bruns qui me regardaient avec tendresse. Mais, la petite réalisa ce qui se passait. Elle approcha sa main de sa bouche et souffla. Je m'envolai aussitôt, vite repris par le vent décidé à me secourir. Il me déposa sur une branche vert sombre du sapin. De là, je vis l’enfant me faisant des signes de la main. Le plus merveilleux, c'est que tout l'hiver, elle est revenue me raconter ses secrets, me réciter des poésies. Et nous fûmes bien tristes quand l'hiver donna des signes de faiblesse. Avec tous les flocons, je devais regagner notre nuage. Mais avant de partir, emporté par le vent, je scintillai de toute mon âme. La petite fille comprit mon message et cria:
⁃ Au revoir, Petit Flocon! Reviens vite! Je t'attendrai!

Depuis, à chaque Noël, je me dépose sur les branches du sapin devant l'église. Mon bonheur est de lire toujours le même émerveillement dans les yeux de mon amie et dans ceux de ses enfants, car beaucoup de Noëls sont passés depuis. La magie de cette fête donne une si belle couleur aux sentiments!

Les deux flocons restèrent un instant silencieux, à savourer ces souvenirs heureux. Puis Blanc soyeux demanda sur un ton enjoué:
⁃ Cela te plairait de m'accompagner et de faire leur connaissance? Ainsi, tu ne serais pas seul pour ton premier voyage.
Le petit flocon émit de gais éclats de lumière de glace. A ce moment-là, retentirent des clochettes d'argent.
⁃ Tu entends? On nous appelle! fit avec enthousiasme Blanc soyeux. En route pour la terre!

Avec tous leurs camarades, les deux flocons s’envolèrent, au gré du vent, guidés par les lumières en fête, prêts à vivre leur plus beau Noël.