Archives
16 mars 2015

Contre le gaspillage

Les denrées alimentaires ne devraient pas aboutir à la poubelle. Ernö Staub, spécialiste en gestion de la qualité alimentaire, explique comment la double date figurant sur les produits Migros aide à prévenir le gaspillage.

migros data
L’emballage du lait pasteurisé indique le délai de vente et la date limite de consommation (Photo: DR).

Ernö Staub, pourquoi les articles Migros arborent-ils deux dates?

La première, suivie de la mention «à vendre jusqu’au», indique jusqu’à quand un produit peut rester dans les rayons. La deuxième précise la date limite de consommation par le client.

La deuxième date peut être suivie de «à consommer de préférence avant» ou «à consommer jusqu’au». Pourquoi cette distinction?

Tout dépend de la nature du risque encouru. Les produits portant la mention «à consommer de préférence avant» peuvent être consommés sans risque au-delà de la date. C’est le cas des pâtes, des chips, des fromages à pâte dure, du yogourt et des conserves. Le goût et l’apparence peuvent être altérés: la confiture de fraises brunit et les chips ne sont plus aussi croustillantes. Les denrées sont moins savoureuses mais en aucun cas dangereuses. En revanche, si un client consomme un article après la limite de consommation, celle suivie de la mention «à consommer jusqu’au», il peut s’intoxiquer. C’est ce qui se passe avec la viande et le poisson achetés au rayon frais, les fromages à pâte molle et le lait pasteurisé.

Pourquoi faut-il être plus prudent avec ces produits-là?

Parce que les denrées portant la mention «à consommer jusqu’au» se conservent moins bien. Passé le délai de péremption, des germes dangereux, notamment ceux de la listeria, peuvent y proliférer. Bien qu’indétectables au goût et à l’œil, ils peuvent provoquer des maladies. C’est pourquoi il est déconseillé de consommer ce type d’aliments après la date de péremption.

Pourquoi Migros tient-elle à garder la double date alors que d’autres détaillants souhaitent supprimer la mention «à vendre jusqu’au»?

Ce dispositif aide à lutter contre le gaspillage. Les deux dates étant souvent séparées de plusieurs jours, il reste suffisamment de temps pour consommer le produit. Si nous supprimions le délai de vente, les articles seraient proposés plus longtemps en magasin et le client serait contraint de les manger plus rapidement. Conséquence: le risque de voir les denrées partir à la poubelle augmenterait.

Migros ne jette-t-elle pas elle-même trop de marchandises?

Depuis que nous tenons des statistiques, c’est-à-dire depuis 2012, nous savons que 98,6% des denrées alimentaires Migros sont vendues ou données à des organisations de bienfaisance comme «Table Suisse» ou «Table couvre-toi» juste après l’échéance du délai de vente. 1,3% sont récupérées pour servir d’aliments aux animaux, de compost ou pour produire du biogaz. Seules 0,1% partent à la poubelle et sont incinérées.

Quelles autres actions le groupe entreprend-il pour enrayer le gaspillage des denrées alimentaires?

Nous avons réussi à prolonger la date limite de consommation d’aliments comme les fromages à pâte dure et le lard à cuire en améliorant notamment la qualité de nos emballages. Migros étudie régulièrement de nouvelles solutions permettant d’améliorer la conservation des aliments et met en œuvre un certain nombre de mesures allant dans ce sens. 

Ernö Staub
travaille comme spécialiste en gestion de la qualité alimentaire auprès de la Fédération des coopératives Migros (Photo: DR).
Ernö Staub travaille comme spécialiste en gestion de la qualité alimentaire auprès de la Fédération des coopératives Migros (Photo:DR).

Auteur: Michael West