Archives
15 juin 2015

Craintifs s’abstenir

Il ne faut pas avoir peur des gros engins pour conduire la nouvelle Mazda CX-5. Mais elle n’en reste pas moins un SUV résolument moderne qui allie confort, design et performances.

La nouvelle Mazda CX-5
La nouvelle Mazda CX-5

Il y a quelques semaines, je me suis rendue en Valais pour différentes raisons: la foire Prim’Vert à Martigny, l’inauguration d’un nouveau club à Sion et une journée de qualifications de combats de reines en dessous de Zinal. Pour ce week-end chargé, j’étais accompagnée du tout dernier Mazda CX-5, un SUV (abréviation de l’anglais Sport utility vehicle, soit véhicule utilitaire sport, ndlr) particulièrement efficace et agréable à conduire qui s’adapte aussi bien aux familles qu’aux aventuriers qui ne savent voyager léger.

Sur autoroute, à travers les chemins étroits de villages de montagne, sur des parkings improvisés dans des champs humides ou en pleine ville, le CX-5 s’est montré particulièrement polyvalent et réactif. En plus d’être très stable et de procurer un sentiment de sécurité marqué, le SUV japonais hisse ses occupants en position dominante, car il est très haut. Toutefois, pas de crainte à avoir, nul besoin d’un escabeau pour y accéder. J’avais une vision globale de la route que je ne retrouve pas forcément dans les citadines. Et pour tout vous dire, lorsque j’ai repris ma voiture à la fin du test, un break tout ce qu’il y a de plus normal, j’avais l’impression d’être collée au sol, comme écrasée.

Une voiture imposante

Pour les points très positifs, hormis son look qui m’a tout de suite séduite, si on ne s’attarde pas sur ses écussons très présents, on notera son appétit raisonnable, ses performances charmeuses et son armada d’options de confort et de sécurité qui en font un véhicule très complet.

En ville, il est vrai qu’il ne faut pas avoir peur des grosses bêtes pour conduire un pareil engin. Non pas que le nouveau Mazda CX-5 soit disproportionné, mais il est tout de même très imposant, ce qui d’ailleurs en fait tout son charme! Heureusement, la technologie vient à la rescousse des conducteurs les plus craintifs et, grâce notamment à ses radars de parcage et à sa caméra de recul, les manœuvres périlleuses deviennent un jeu d’enfant.

Et en détail, elle est comment, cette voiture?

Le look
Difficile pour moi d’être objective, tant j’aime les SUV. Le nouveau CX-5 est tout simplement grandiose! Imposant, classe, un poil agressif avec sa carrosserie qui donne l’illusion qu’il penche vers l’avant, telle une vache d’Hérens qui gratte le sol avec ses cornes avant de charger. Tout y est merveilleusement proportionné... sauf l’insigne de la marque que j’aurais aimé plus discret, à l’avant comme à l’arrière.

Photo de l'habitacle
L’habitacle

L’habitacle Spacieux, confortable, lumineux et, bien que Mazda soit japonaise, j’y ai trouvé un petit quelque chose de ces grosses voitures américaines qu’on voit dans les clips. Les matériaux sont de bonne qualité, les finitions fort bien exécutées, mais le plus grand atout est l’assise haute qui donne une position dominante sur la route.

Environnement
Derrière ses allures de gros SUV et ce que cela implique, le nouveau Mazda CX-5 se distingue par des performances environnementales remarquables, sans pour autant diminuer les ardeurs du moteur. Comment est-ce possible? Mazda a développé les technologies Skyactiv qui, entre autres, favorisent l’aérodynamisme et utilisent des matériaux aussi légers que robustes pour une consommation toujours plus économique.

Le système de siège Karakuri
La banquette se rabat en trois parties selon un rapport 40/20/40. Très faciles à manier et ingénieux, les dossiers se baissent grâce à un levier de commande à distance accessible depuis le coffre ou grâce aux boutons situés en haut des sièges. En un seul geste, le dossier se rabat et l’assise se décale pour offrir une zone de chargement complètement plane. Lorsqu’il est rabattu, le siège central s’utilise comme accoudoir avec porte-gobelets intégrés et permet de transporter des éléments longs tout en préservant deux vraies places assises à l’arrière.

Le coffre vu de l'exterieur par la porte ouverte du coffre
Le coffre

Le coffre
Vaste et pratique, le coffre s’ouvre sur 463 litres de volume entre le plancher et le couvre-bagages et, lorsque ce dernier est replié, ce sont plus de 500 litres disponibles en configuration cinq places. Banquette rabattue, on obtient 1620 litres d’espace de chargement et plus de 1 m 75 de longueur jusqu’aux sièges de la première rangée.

Auteur: Leïla Rölli