Archives
23 mai 2016

Dans l’univers de Charlie Chaplin

Après seize ans de maturation, Chaplin’s World, le musée dédié au célèbre réalisateur britannique, a ouvert ses portes à Corsier-sur-Vevey (VD). Jean-Pierre Pigeon, son directeur, nous y accueille.

Jean Pierre Pigeon assis devant une effigie che Charlot en cire en train de faire le coiffeur
Jean-Pierre Pigeon en très bonne compagnie.

«La première fois que je suis entré dans le manoir, j’ai eu envie de me pincer pour y croire: j’étais chez Charlie Chaplin!» Voilà plus de six mois que Jean-Pierre Pigeon dirige Chaplin’s World, le nouveau musée dédié au réalisateur et acteur britannique. «Nous avons vécu un vrai marathon! Il a fallu préparer l’inauguration et constituer l’équipe.

Je tenais à m’entourer de locaux fiers de la présence de Chaplin dans la région.»

Et comment lui-même, dont l’accent trahit les origines québécoises – il vient de Montréal –, s’est-il retrouvé à la tête d’une telle entreprise? «Ma mère est suisse et je vis en Lavaux depuis sept ans. Mais jusqu’à il y a trois ans, j’ignorais que Charlie Chaplin avait habité dans le coin.

C’est en passant devant sa statue à Vevey que je me suis interrogé.»

Ce quadragénaire jouissant d’une solide carrière dans l’événementiel file au manoir, histoire de voir les lieux de ses propres yeux. «Nous sommes presque voisins!

Et il s’agit du Léonard de Vinci du cinéma, de par sa polyvalence et son talent.

Quand j’ai entendu parler du musée, j’ai manifesté mon intérêt et j’ai été engagé.»

Un mois après l’ouverture, Chaplin’s World ne désemplit pas. «Son succès va au-delà de ce qu’on avait anticipé. Mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers: il s’agit à présent de continuer à faire vivre le site!»

Une journée avec Jean-Pierre Pigeon

Jean-Pierre Pigeon travaille beaucoup derrière l'ordinateur.

9 heures: derrière l’ordinateur
«Je passe deux tiers de mon temps dans mon bureau et le reste sur le terrain. Il faut bien s’occuper des aspects administratifs! Comme le site est en rodage, il s’agit d’analyser les statistiques et de s’assurer que tout roule.»

L'équipe se réunit tous les matins pour faire le point.

9 h 45: réunion d’équipe
«Chaque matin, avant l’ouverture du musée, l’équipe discute des éventuels problèmes rencontrés la veille et décide des ajustements nécessaires. J’aime assister de temps en temps à cette réunion pour prendre la température.»

Le parc demande des soins attentifs.

11 h 00: au vert
«Le parc attenant au manoir s’étend sur 4 hectares. Nous devons constamment être attentifs: si, la veille, un coup de vent a fait tomber des branches d’arbres, il faut réagir. Nous étudions aussi la signalétique et la réviserons au besoin, en fonction des déplacements des visiteurs.»

Il vaut la peine de goûter aux profiteroles!

13 h 00: Miam!
«Comme je n’habite pas loin, je mange souvent chez moi. Il m’arrive de prendre mon repas dans notre restaurant, je suis spécialement friand de nos profiteroles!»

14 h 00: virée au studio
«Mon film préféré de Chaplin? Le Dictateur! Ses valeurs humanistes y sont très bien représentées, et par bien des aspects, c’est une œuvre ultracontemporaine. C’était un artiste qui n’avait pas peur de prendre position. Dans le musée, les visiteurs peuvent s’installer dans le décor, aux côtés de personnages de cire.»

Le piano a une place particulière pour Jean-Pierre Pigeon.

16 h 00: dans l’intimité des Chaplin
«J’aime beaucoup le salon du manoir, notamment à cause du piano. J’ai une certaine sensibilité musicale et, en plus, il s’agit du premier meuble ayant appartenu à la famille que j’ai eu la possibilité de voir et de toucher.»

Jean-Pierre Pigeon accorde beaucoup d'importance à l'échange avec les visiteurs.

17 h 00: à la rencontre du public
«J’adore intercepter les visiteurs à la sortie et leur demander ce qu’ils ont pensé du musée. Ils me donnent leurs impressions et ce moment de partage me plaît. Leurs retours nous permettent de constamment nous améliorer.»

Texte: © Migros Magazine | Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Photographe: Mathieu Rod