Archives
29 avril 2013

De l’argent contre une bonne note

Du service rendu aux bêtes tâches quotidiennes, de la bonne prestation à l’école à la chambre rangée: faut-il rémunérer ses enfants?

Dessin de travaux qu'un enfant  pourrait faire contre de l'argent
Les occasions de gagner quelques sous ne manquent pas!

Tout travail mérite salaire, dit l’adage. C’est peut-être vrai pour ce qui est de la vie professionnelle, mais lorsqu’il s’agit de simples tâches ménagères ou de menus travaux exécutés à domicile par ses enfants, ce qui relevait de l’évidence devient tout à coup moins clair. Alors, lorsqu’en panne de fonds propres pour s’acheter un paquet de bonbons votre petit dernier se met à monnayer le rangement de sa chambre, faut-il accepter de le rémunérer? Tout comme faut-il récompenser les bonnes notes?

Apprendre à réussir pour soi-même

Nahum Frenck, 
pédiatre. Photo: DR
Nahum Frenck, pédiatre. Photo: DR

La question est loin d’être anodine, car elle interroge tout parent sur les valeurs qu’il souhaite transmettre à ses enfants. Celles du travail accompli, de l’argent, du geste gratuit ou de la solidarité. Elle intervient aussi dans un contexte où le monnayage est omniprésent, relève le pédiatre et thérapeute familial établi à Lausanne Nahum Frenck:

Notre société devient malheureusement de plus en plus vénale et néglige les valeurs fondamentales. Les parents comme les enfants veulent tout, tout de suite, et l’argent en fait partie.

Faire un geste pour l’autre sans contrepartie, par générosité et par solidarité familiale, est un apprentissage essentiel dans la vie d’un enfant, poursuit-il: «C’est à cet âge que l’on s’habitue à faire les choses pour rien, par pur plaisir. En monnayant ces gestes, on risque de tomber dans le chantage à la rémunération.» (lire encadré)

Maman de deux enfants de 12 et 8 ans, Patricia accepte de rémunérer occasionnellement ses enfants, mais à des conditions très précises. «Il doit s’agir de tâches qui sortent de l’ordinaire. Ma fille a par exemple reçu un peu d’argent après être allée passer l’aspirateur chez sa grand-mère ou après avoir ramassé les feuilles mortes dans le jardin.»

Les tâches quotidiennes, comme mettre la table ou ranger sa chambre, ne sont pas rémunérées, tout comme les bonnes notes. «Je veux que mes enfants apprennent à travailler à l’école pour eux-mêmes et pas dans le but de recevoir de l’argent.

Quant aux tâches ménagères, j’estime qu’il s’agit d’un travail d’équipe, un service rendu à la famille qui participe à son bon fonctionnement.

Même avec des règles claires, Patricia a dû faire face aux sollicitations de ses enfants: «A une période, ils étaient très demandeurs de rendre des services, ils cherchaient à se faire de l’argent parce qu’ils avaient envie de s’acheter quelque chose. Mais cela a passé depuis que leur tirelire s’est remplie à Noël!»

Une manière de responsabiliser son enfant?

Accepter de jouer le jeu, même du bout des lèvres, peut ainsi très vite se révéler un engrenage infernal. C’est ce qui est arrivé à Maya, qui a consenti à rémunérer sa fille contre des services rendus. «Je pensais que cela la responsabiliserait, et l’aiderait à savoir gérer son argent, écrit-elle sur un forum féminin. Mais en réalité, elle le dépensait pour s’acheter des futilités, et en deux jours, elle n’avait plus rien. J’ai donc arrêté.»

Aujourd’hui, Maya préfère récompenser sa fille en lui offrant le jeu ou le vêtement dont elle rêve suite à un bon comportement. «Comme ça, je suis certaine qu’il sera bien utilisé. Car la seule façon pour eux de se rendre compte de la valeur de l’argent, c’est de le gagner un jour avec un vrai travail. Là, ils verront aussi comment réussir à boucler leurs fins de mois!»

D’aucuns estiment pourtant qu’offrir de temps à autre quelques francs contre un service aide à prendre conscience de la valeur de l’argent. Comme Alex, qui préfère «rémunérer un enfant qui «bosse» plutôt que de donner de l’argent à un enfant oisif qui attend chaque mois son argent de poche.» Reste à savoir combien.

Auteur: Viviane Menétrey

Photographe: Andrea Caprez (illustration)