Archives
29 décembre 2016

Défaites ou des Fêtes?

Fred Valet nous raconte son Noël...

Fred Valet.

Il y avait des prénoms sous les branches et du gras sur les hanches. Jérémie est venu accompagné (cette conne, toujours). Virginie a perdu son père. Kevin, 4 ans, festoyait avec sa mère. Sœurette tutoyait la belle-famille. «Et ton plan cul, il fête Noël aussi?» Les cousins sont toujours aux Amériques, Progéniture était aux anges. Le demi-frère, noyé dans les langes. Les familles font fi des noms et les noms n’ont plus de famille.

Autour du sapin, orgie d’ADN. Boxon généalogique. Parentalité éclatée. «Chouchou, je te présente sa mère.» Des êtres chers. Des accolades en solde. Les cœurs s’éparpillent et se saigneraient pour pouvoir se serrer sous les rubans. Double nœud, double vie.

Il y avait du vent d’hiver et des ados par milliers. Des cris et de la salive sur les joues. On voulait juste être emballés, mais tout a été déballé. Les bouquins de développement personnel et les secrets de polichinelle. Dans le tumulte et les bulles. Il faut dire que lorsqu’on ne trouve pas le repos, on achète des cadeaux. On était beaux, pourtant. Table bigarrée. L’apparat disparate.

Progéniture jongle parfaitement avec son passé décomposé, mais s’est vue conjuguer ses présents au futur. «Tu jetteras le papier après. Il faudra acheter des piles. Il y aura des petites pièces partout. Ce truc restera chez ton père. Au moins, cette console durera dix ans. Ça t’ira jusqu’aux vacances d’été.» Les gamins projetaient l’innocence au sol pendant que tonton donnait le LA.

Au menu, dinde, rancœur et pommes au four. «2016, c’était de la merde. George Michael, ça a toujours été de la merde. Tu trompes toujours Sonia, ah, ah! Il reste de la sauce cocktail?»

Il y avait une année à mixer (et remixer). Les morts regrettés, les jobs abandonnés, les utérus dilatés. Progéniture a perdu sa grand-mère et trouvé un demi-frère. La vie joue à cache-cache, petite. Et toi, tu comptes. Trois, deux, un. Boule de nerfs et jour de l’An. Et bonne année amère. Va voir ta mère pour les bonnes résolutions.

Amour, gloire, beauté. On se souhaite souvent ce qu’on n’ose plus s’offrir. Le seul point commun entre le Père Noël et le père à Noël, c’est qu’ils voudraient miser leur légitimité sur quelques grammes de magie. 

Texte:© Migros Magazine - Fred Valet, journaliste, auteur et chroniqueur

Auteur: Fred Valet