Archives
12 août 2013

Dénouer les conflits familiaux à l'aide de figurines Playmobil

Comment sortir des scénarios douloureux qui se répètent? La thérapeute Fabienne Cotting, à Fribourg, propose une approche originale des constellations familiales.

La thérapeute
Fabienne Cotting invite ses patients à mettre en scène leur vie avec
des personnages Playmobil.
La thérapeute Fabienne Cotting invite ses patients à mettre en scène leur vie avec des personnages Playmobil.
Temps de lecture 5 minutes

Dans ce cabinet thérapeutique, on ne commence pas par dessiner son arbre généalogique, mais par choisir son personnage. Oui, on va même vous présenter des paniers remplis de jouets Playmobil. Policier, clown, princesse, pirate, toute la panoplie du fameux fabricant se trouve soudain à portée de main. «Habituellement, on travaille avec des personnages uniformes, sans caractéristiques. Mais j’ai commencé à utiliser les vraies figurines des boîtes de jeu, avec les animaux et divers accessoires. C’est mieux pour faire une mise en scène de notre vie», explique Fabienne Cotting, qui pratique les constellations familiales depuis quelques années à Fribourg.

Si généralement cette approche thérapeutique se fait en groupe par des jeux de rôle, Fabienne Cotting préfère la version intimiste des jouets, qui «permet aux gens de se lâcher davantage qu’en présence d’autres personnes». Et c’est à son domicile qu’elle reçoit ses clients, dans une pièce sans horloge, comme pour effacer les heures, supprimer l’espace-temps et mieux plonger dans l’histoire de chacun.

Ces secrets de famille et non-dits qui pèsent sur l’inconscient

Car c’est bien d’histoire qu’il s’agit: chaque personne est invitée à remonter dans son passé, à dérouler la chronologie aussi loin que la portent ses souvenirs. Il faut donc poser sur la table, au propre et au figuré, tous les membres de la famille, conjoint, enfants, parents, grands-parents. Même ceux que l’on n’a pas connus ou qui sont décédés. Sur ce grand tableau mouvant figureront donc les membres de plusieurs générations, rencontrés ou non, aimés ou non.

Les constellations familiales consistent à redonner à chacun sa place, qu’il soit vivant ou mort. Chacun fait partie de l’arbre généalogique. Prendre conscience de cela permet souvent un nouvel équilibre et une autre dynamique familiale.

Secrets de famille, non-dits, même sans gravité, jouent souvent un rôle. Et pèseraient parfois sur l’inconscient de toute une descendance. Freud, déjà, évoquait la possibilité de la transmission d’une faute de génération en génération. Plus tard, les psychanalystes se sont intéressés aux dynamiques inconscientes de la famille et à la psychogénéalogie. Et c’est le psychothérapeute allemand Bert Hellinger, dans les années 1990, qui a mis au point la thérapie familiale par les constellations, instaurant les jeux de rôle au sein d’un groupe.

Fabienne Cotting présente les figurines Playmobil avec lesquelles elle travaille afin de dénouer les conflits familiaux.
Fabienne Cotting s'est formée auprès de psychologues allemands.

Fabienne Cotting, formée auprès de psychologues allemands, en est convaincue: «On appartient à une famille, on hérite de croyances, de peurs. Et il existe des liens de loyauté visibles et invisibles qui font que des expériences ou blocages se répètent parfois sur plusieurs générations.

Il n’y a pas que la mémoire de ce que l’on a vécu, il y a aussi la mémoire génétique.

Et de citer ce petit garçon qui souffrait de coliques inexpliquées. En travaillant sur son histoire, il s’est avéré que le grand-père, portant le même prénom, avait souffert d’un cancer de l’intestin… «L’enfant ne le savait pas. Mais c’est un cas typique de loyauté inconsciente. Il se trouve qu’après en avoir parlé, son problème s’est résorbé.»

Parmi ses patients, quelques hommes, beaucoup de femmes. Qui arrivent parfois en pleurant ou en déversant leur colère, leur angoisse. Les motifs? L’incapacité à garder une place de travail, l’abonnement aux relations amoureuses qui tournent court, phobies, problèmes de poids, maladies récurrentes, etc. «Le jeu avec les Playmobil amène à la surface des choses conscientes ou inconscientes. Le fait de voir la situation sous un autre angle permet souvent de la dépasser, de casser des schémas répétitifs. Une façon de devenir le réalisateur de sa propre histoire et de changer le scénario sous forme ludique», explique Fabienne Cotting.

Accepter ses racines, quelles qu’elles soient

Car tout est là: réfléchir à la place que l’on donne à chaque membre de la famille. Les grands-parents sont-ils tenus à l’écart? Cet oncle a-t-il été exclu du clan? Et cet enfant mort-né, pourquoi personne n’en a-t-il parlé? Autant de silences qui pèsent sur les vies et les empêchent parfois de s’accomplir.

«Quand on tient à distance des personnes de la famille, il arrive que l’on reproduise certains schémas pour s’en rapprocher, inconsciemment. Il faut accepter ses racines quelles qu’elles soient, propose la thérapeute. Souvent ça change quelque chose à l’intérieur de soi de se réconcilier avec les destins de chacun.»

Il faut trouver une harmonie, une acceptation, qui fait qu’on ne sera plus en lutte avec des figures du passé.

Mais pas de conseils à la clé. Fabienne Cotting accompagne les patients, les guide tout au plus dans la façon de transformer leur situation. Une thérapie brève qui peut porter ses fruits en très peu de temps parfois. «Il arrive qu’après une séance on ressente déjà des effets positifs. Quelque chose se dénoue à l’intérieur et agit aussitôt sur soi et son environnement.» Ainsi, certains clients ne viennent qu’une fois, d’autres reprennent contact quelques mois ou même quelques années plus tard. «Je ne donne jamais de rendez-vous. C’est à la personne de sentir si elle a besoin de revenir ou non.»

Photographe: Mathieu Rod