Archives
8 août 2016

Des camps WWF pour mieux comprendre la nature

Tous les ans, le WWF organise des camps de sensibilisation à la nature soutenus par Migros. Par exemple, en sillonnant la Suisse à vélo, des jeunes ont pu découvrir le monde paysan.

Camp WWF
En campant chez des paysans, les jeunes ont découvert un monde qu’ils ne connaissaient pas ou peu.

«C’est difficile, mais vraiment génial.» Voilà le sentiment partagé par les quatorze adolescents à leur arrivée à Knutwil (LU), avant-­dernière étape de leur périple qui les aura menés de Wil (SG) à Olten (SO). Après six jours sur leur vélo, les jeunes aventuriers ont environ 250 km, 6500 mètres de dénivelé et l’ascension de deux cols dans les jambes. Les marques de bronzage sont clairement visibles tandis qu’ils montent leur tente une ultime fois. Grâce à la générosité d’un paysan, qui le laisse camper gratuitement dans son champ, le groupe peut s’installer entre les pommiers, utiliser les toilettes et se servir de l’eau à la source. Et le lendemain, les jeunes pourront boire du lait frais..

Une semaine en pleine nature

«Notre objectif était de proposer de super vacances avec peu de moyens», raconte Laura Wildberger, la responsable du camp WWF, qui accompagne des jeunes pendant son temps libre depuis de nombreuses années.

Les visages radieux des ados montrent que le pari est gagné. Ces derniers peuvent être fiers d’avoir franchi deux cols à la force de leurs mollets: celui du Ricken, qui relie la plaine de la Linth au Toggenbourg, et celui du Pragel, situé entre le Muotatal et le Klöntal. Outre les kilomètres parcourus, les jeunes ont appris à dresser eux-mêmes leur tente, à préparer un repas à l’aide d’un simple réchaud et à renoncer à leur confort durant une semaine.

Ils se sont aussi liés d’amitié, ont joué, ri et discuté ensemble, ont appris à mieux connaître la nature et se sont beaucoup dépensés.

Une semaine sans téléphone portable – est-ce possible pour des adolescents? «Sans problème», nous répondent-ils en chœur. «J’ai à peine regardé le mien, confie par exemple Miriam, 15 ans. Cette semaine, j’ai compris qu’il y avait des choses plus importantes que mon profil Instagram.» Ce n’est pas non plus le wifi qui leur a le plus manqué: «La première chose que je ferai en rentrant chez moi, c’est prendre une bonne douche et boire un café.»

Noah
Noah

Noah, 16 ans, Winterthour (ZH)

«Pendant mes loisirs, je fais souvent du vélo. Je suis donc content que l’on fasse beaucoup de sport dans ce camp. Mais je suis surtout ravi d’avoir rencontré Manuel: avec lui, on n’est pas près de s’ennuyer.»

Miriam
Miriam

Miriam, 15 ans, Saint-Gall

«Je me suis fait un peu mal en tombant, mais rien de grave. Le plus beau souvenir que je garderai, c’est l’ascension du col du Pragel, qui culmine à 1500 mètres. C’était très fatigant, mais je suis vraiment fière de moi.»

Manuel
Manuel

Manuel, 16 ans, Safenwil (AG)

«C’est génial, on est toujours dehors et on se fait un tas d’amis. Je suis sûr, par exemple, que je reverrai Noah après le camp.»

Auteur: Janine Wagner

Photographe: René Ruis