Archives
25 mars 2013

Une écharpe digne de la haute couture

Grâce à Virginie Negro et à Natasha Gómez Vuilleumier, apprenties au COFOP au secteur «Création de vêtements», découvrez les astuces pour confectionner des châles aussi beaux qu’originaux.

les deux apprenties en train de se prendre au lasso avec les écharpes
Personne n'échappe à ces jolies écharpes!

Rien de tel qu’une écharpe pour parfaire une tenue et attirer le regard. Alors pourquoi ne pas se mettre à les confectionner soi-même? Chaque modèle peut se parer de détails différents et devenir une création unique. Ainsi:

  • les écharpes présentées ici sont composées de trois couches. Mais il est possible de jouer aussi avec moins de tissus – ou plus!
  • chaque chute de tissu peut permettre de créer un nouveau modèle. Le tissu ne présente pas la longueur requise? Qu’à cela ne tienne: on peut le couper et assembler les différents morceaux!
  • le voile, en particulier, se prête à un joli travail: la déstructuration. Elle permet à la fois d’éviter au tissu de s’effiler et de créer des «plumets» du plus bel effet.
  • si le travail présenté ici est effectué à la machine, il va sans dire que tout peut aussi être confectionné à la main.
  • tissus, coloris, motifs, décorations: seule votre imagination marquera la limite de vos créations…

Les étapes

Une même méthode pour des écharpes bien différentes.
Une même méthode pour des écharpes bien différentes.

Chaque écharpe est constituée de trois couches superposées. Pour choisir les tissus: préférer des tissus doux au contact de la peau, mais avec une certaine tenue, comme par exemple:

  • organdi (mousseline de coton légère et empesée)
  • organza (voile de soie empesé). Attention: organdi et organza ne supportent pas le lavage!
  • voile en polyester, qui convient mieux au niveau de l’entretien
  • tissus opaques unis ou imprimés (taffetas, satin polyester, doupion, etc.)
  • tulle souple rebrodé
  • dentelle au mètre ou à couper dans un reste.

Pour la première couche

Choisir un voile.
Choisir un voile.

Choisir un voile. Le poser à plat, puis observer: les bords de base non coupés s’appellent «lisières ». Les fils du tissu parallèles aux lisières s’appellent les «fils de chaîne». Ceux qui sont perpendiculaires à ces fils de chaîne s’appellent les «fils de trame». Ceci étant connu, il s’agit de couper un biais (voir schéma ci-dessous) dans le tissu.

La découpe du biais
La découpe du biais

Pour ce faire, saisir l’angle de l’étoffe et placer la lisière en parallèle aux fils de trame. L’angle formé se trouve au croisement des fils de chaîne et de trame. Attention: s’il on ne peut pas couper en biais, il n’y aura pas de déstructuration possible! Mesurer la longueur de pli: ici, 190 cm de long. Si l'on n'a pas de pièce de tissu assez longue, coudre deux morceaux ensemble.
Vous pouvez télécharger ce schéma montrant comment couper un biais.

Epingler le tissu sur toute la longueur.
Epingler le tissu sur toute la longueur.

Epingler le tissu sur toute la longueur, afin qu’il ne bouge pas. Bien maintenir le tissu du plat de la main (attention, le voile glisse facilement!), et couper le long du pli. Enlever les épingles.

Couper sur la ligne.
Couper sur la ligne.

Mesurer ensuite la largeur désirée: ici, 30 cm. Tracer la ligne à l’aide d’un crayon ou d’une craie. Couper sur la ligne à l’aide de ciseaux, ou, afin d’être encore plus précis, avec une réglette et une roulette coupante, cette dernière permettant d’obtenir des bords beaucoup plus nets. Dans le cas d’une utilisation de la roulette, ne pas oublier de glisser d’abord sous le tissu une planche de protection adaptée à cet effet!

Tracer le demi-cercle.
Tracer le demi-cercle.

Si l’on désire des bords arrondis: plier le rectangle de tissu en deux, assembler exactement les pointes l’une sur l’autre et épingler de part et d’autre. Puis, avec un compas ou grâce au fond d’une tasse, tracer le demi-cercle. Couper.

Déstructurer régulièrement les bords.
Déstructurer régulièrement les bords.

Une fois le biais obtenu, déstructurer régulièrement les bords tout autour du tissu (dans le cas d’un voile uniquement!). La méthode: tous les centimètres environ, mais en tout cas en laissant à chaque fois un écart équivalent, saisir le tissu entre les deux pouces et les deux index en face à face. Ecarter alors les deux mains en tirant sur le tissu en un mouvement d’arrondi.

Faire ainsi tout le tour de l’écharpe.
Faire ainsi tout le tour de l’écharpe.

De petits plumets vont ainsi apparaître, donnant beaucoup de légèreté à l’étoffe. Faire ainsi tout le tour de l’écharpe.

Pour la deuxième couche

Choisir un tissu opaque, uni ou fantaisie, avec du maintien et relativement doux au toucher. Par exemple, du taffetas, doupion, shantung, satin, etc.

Pour couper parfaitement droit: couper 2 centimètres de tissu, puis écarter les deux parties.
Pour couper parfaitement droit: couper 2 centimètres de tissu, puis écarter les deux parties.

Couper une bande plus étroite que la première (environ 15 cm), mais de longueur identique ou presque. Une astuce pour couper parfaitement droit: couper 2 centimètres de tissu, puis écarter les deux parties.

Le fil qui dépasse s’appelle le «droit fil».
Le fil qui dépasse s’appelle le «droit fil».

Le fil qui dépasse s’appelle le «droit fil». Tirer délicatement ce dernier (s’il se casse, le faire en plusieurs fois), ce qui va plisser le tissu sur une ligne. Couper ensuite le tissu en suivant cette ligne. La méthode est valable aussi bien à l’horizontale qu’à la verticale.

Un très petit ourlet à la machine est idéal.
Un très petit ourlet à la machine est idéal.

Choisir ensuite la méthode la plus adaptée au tissu pour ourler les bords. Par exemple, un très petit ourlet à la machine en utilisant le point droit, en déstructurant la matière entre les doigts, en roulottant à la surfileuse simplement ou en y insérant un cordonnet ou un fil de pêche. Autre solution: s’armer d’une bonne dose de patience et roulotter à la main. A noter: le roulottage à la machine avec fil de pêche et cordonnet exige un pied de biche spécial mais permet de donner un effet de «vaguelettes» très esthétique au tissu.

Le choix de couleur du fil est aussi une question de goût bien sûr.
Le choix de couleur du fil est aussi une question de goût bien sûr.

Choisir un fil assorti à la couleur du tissu, c’est plus discret ; un fil contrasté peut apporter toutefois une touche intéressante !

Pour la troisième couche

Choisir une troisième matière.
Choisir une troisième matière.

Choisir une troisième matière, comme par exemple de la dentelle aux bords symétriques, un reste de tissu, etc. Couper une bande de 5 cm de large environ, et un peu plus courte que les deux autres.

Assemblage des couches

Coudre le lastex au milieu de l'écharpe.
Coudre le lastex au milieu de l'écharpe.

Marquer le milieu des trois couches à l’aide d’un fil, d’un trait de craie invisible ou en faisant un très léger pli au fer. Epingler milieu sur milieu, en vérifiant que les extrémités soient à la même distance de chaque côté. Faire tenir le tout avec un faufil ou une couture droite à la machine (en réglant celle-ci sur les longs points numéro 5). Poser à la machine un fil élastique en se tenant sur l’envers de l’écharpe. A cet effet, utiliser le pied de biche à broder qui a un petit trou sur l’avant permettant d’y passer l’élastique.

Arrêter sur l’envers tous les fils ainsi que l’élastique.
Arrêter sur l’envers tous les fils ainsi que l’élastique.

Régler la machine de la manière suivante: zigzag: 2, longueur de point: 2, position de l’aiguille: milieu. Placer le lastex dans le trou du pied de biche et laisser environ 15 cm d’élastique non utilisé au début de la couture. Commencer la couture à partir de la deuxième couche, et tenir l’élastique bien droit, en le tendant légèrement avec toujours la même force. Plus il sera tendu, plus les fronces seront serrées. Un seul passage suffit. Arrêter la couture à la fin de la seconde couche. Garder également environ 15 cm d’élastique et de fil, et couper le reste. Créer ses fronces en tirant doucement sur les extrémités d’élastique, et en répartissant les plis sur la longueur.

Enlever le faufil à l’aide de ciseaux.
Enlever le faufil à l’aide de ciseaux.

Lorsqu’on a atteint la quantité de fronces désiré, arrêter sur l’envers tous les fils ainsi que l’élastique, en faisant 2-3 nœuds le plus proches possible du tissu. Glisser les fils et l’élastique dans les points de zigzag pour une meilleure solidité et couper. Enlever le faufil à l’aide de ciseaux ou en tirant sur les points avec une aiguille.

Pour la seconde écharpe, la méthode est la même. Excepté en deux points:

Ici, le tulle était décoré de fleurs uniquement d’un côté.
Ici, le tulle était décoré de fleurs uniquement d’un côté.
Le tissu a été coupé en deux, et assemblé en jouant sur la symétrie des motifs.
Le tissu a été coupé en deux, et assemblé en jouant sur la symétrie des motifs.


  • pour le tulle: il suffit de couper le bord à l’aide de ciseaux zigzag ou simplement droit, le tulle ne s’effilochant pas. Pour les autres tissus, surfiler et faire un nœud proche du tissu et arrêter les fils en les glissant dans le roulotté. Couper le reste de fil qui dépasse. Ici, le tulle était décoré de fleurs uniquement d’un côté. Le tissu a donc été coupé en deux, et assemblé en jouant sur la symétrie des motifs.
  • l’élastique utilisé et le fil sont noirs, pour un effet ton sur ton plus classe.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen et Vicky Althaus